Friday, July 24, 1992

Foreword to Barbara Kulaszka's "Did Six Million Really Die?: Report of the Evidence in the Canadian 'False News' Trial of Ernst Zündel - 1988"


Did the "Holocaust" of the European Jews really occur? Is it true that during the Second World War, the Germans ordered, planned and carried out a policy of physical destruction of the European Jews? More specifically, did they design, build and use execution gas chambers for that purpose? Did they cause the deaths of millions of Jews in that manner?

To these questions, the majority of authors say yes; they believe in the "Holocaust" of the European Jews. We shall call these authors "exterminationists" because they defend the thesis of the physical extermination of the Jews. To these same questions, other authors say no; these authors are called "revisionists" but it goes without saying that the revisionists do not dispute the fact that, during a world conflict which caused 40 to 50 million deaths, many Jews (the approximate number remains to be determined) died.

Who is right? The exterminationists or the revisionists?

For the layman, there are, in principle, three main ways of forming a personal opinion on a historical controversy.

The first way consists in reading the writings of both sides but in this specific case that would require much time and revisionist literature is often difficult to obtain.

The second way is to attend a public debate between the two sides: the orthodox side (the exterminationists) and the heterodox side (the revisionists). Unfortunately, the exterminationists have always refused the public debate proposed to them by the revisionists and which the revisionists continue to propose. In certain countries such as France and Austria, the supporters of the exterminationist thesis have recently gone so far as to obtain special laws that punish revisionists with heavy prison terms and fines for "contesting" the existence of the "Holocaust" and the execution gas chambers.

Fortunately, there remains a third way of forming an opinion on this controversy, that of reading the transcript of a trial where the two sides found themselves face to face before a judge and jury. In the case which concerns us, that is what happened twice, in 1985 and 1988, in actions brought against the revisionist Ernst Zündel in Toronto by exterminationist members of a Jewish organization.

This remarkable book by Barbara Kulaszka rests upon the transcripts of the 1988 trial. It will enable the layman to obtain a precise idea of the historical controversy surrounding the Jewish "Holocaust" and to form an opinion for himself. I must, however, express a reservation and issue a warning to the reader: a courtroom is not an appropriate place for a historical debate. A trial has its own formal rules of procedure and it is very limited as to time; freedom of expression is not total since one of the parties is seeking to obtain a condemnation as the other party is trying to avoid that condemnation. Finally, a judge and jury, even if they listen to experts, have neither the competence nor the means required to settle a point of history.

I participated in the preliminary hearing of Ernst Zündel in 1984, in the first Zündel trial in 1985 (quashed on procedural and substantive grounds), and, finally, in the second Zündel trial in 1988. I published a complete account of the case in The Journal of Historical Review, Winter 1988-1989, pp. 417-431 in an article entitled "The Zündel Trials (1985-1988)". I take the liberty of referring the reader to it but I would also wish to quote here a passage from the article and to comment on it in the light of what has happened since 1988. This passage deals essentially with my own discovery in the 1970s of the chemical impossibility of the Auschwitz execution gassings and the confirmation of that impossibility by Fred Leuchter. I wrote then:

For my part, I appeared as an expert witness for nearly six days. I concentrated particularly on my investigations of the American gas chambers. I recalled that Zyklon B is essentially hydrocyanic acid and that it is with this gas that certain American penitentiaries execute those who have been condemned to death. In 1945 the Allies should have asked specialists on American gas chambers to examine the buildings, at Auschwitz and elsewhere, which were supposed to have been used to gas millions of people. Since 1977, I have had the following idea: when one deals with a vast historical problem like that of the reality or the legend of the Holocaust, one must strive to get to the core of the problem. In this case the central problem is Auschwitz and the core of that problem is a space of 275 square metres: the 65 square metres of the "gas chamber" of crematorium I at Auschwitz and, at Birkenau, the 210 square metres of the "gas chamber" of crematorium II. In 1988, my idea remained the same: let us have expert studies of those 275 square metres and we will have an answer to the vast problem of the Holocaust! I showed the jury my photos of the gas chamber at the Maryland State Penitentiary in Baltimore as well as my plans for the Auschwitz gas chambers and I underlined the physical and chemical impossibilities of the latter ones.

A Sensational Turn of Events: The Leuchter Report

Ernst Zündel, in possession of the correspondence I had exchanged in 1977-78 with the six American penitentiaries outfitted with gas chambers, gave attorney Barbara Kulaszka the job of getting in touch with the chief wardens of those penitentiaries in order to see if one of them would agree to appear in court to explain how a real gas chamber operates. Bill Armontrout, chief warden of the penitentiary at Jefferson City (Missouri), agreed to testify and in doing so pointed out that no one in the USA was more knowledgeable about the functioning of gas chambers than Fred A. Leuchter, an engineer from Boston. I went to visit Leuchter on February 3 and 4, 1988. I found that he had never asked himself any questions about the "gas chambers" in the German camps. He had simply believed in their existence. After I began to show him my files, he became aware of the chemical and physical impossibility of the German "gassings" and he agreed to examine our documents in Toronto.

After that, at Zündel's expense, he left for Poland with a secretary (his wife), a draftsman, a video-cameraman and an interpreter. He came back and drew up a 192 page report (including appendices). He also brought back 32 samples taken, on the one hand, from the crematories of Auschwitz and Birkenau at the site of the homicidal "gassings" and, on the other hand, in a disinfection gas chamber at Birkenau. His conclusion was simple: there had never been any homicidal gassings at Auschwitz, Birkenau, or Majdanek.

On April 20 and 21, 1988, Fred Leuchter appeared on the witness stand in the Toronto courtroom. He told the story of his investigation and presented his conclusions. I am convinced that during those two days I was an eyewitness to the death of the gas chamber myth, a myth which, in my opinion, had entered its death throes at the Sorbonne colloquium on "Nazi Germany and the Extermination of the Jews" (June 29 to July 2, 1982), where the organizers themselves began to grasp that there was no proof of the existence of the gas chambers.

In the Toronto courtroom emotions were intense, in particular among the friends of Sabina Citron. Ernst Zündel's friends were also moved, but for a different reason: they were witnessing the veil of the great swindle being torn away. As for me, I felt both relief and melancholy: relief because a thesis that I had defended for so many years was at last fully confirmed, and melancholy because I had fathered the idea in the first place. I had even, with the clumsiness of a man of letters, presented physical, chemical, topographical and architectural arguments which I now saw summed up by a scientist who was astonishingly precise and thorough. Would people one day remember the skepticism I had encountered, even from other Revisionists?

Just before Fred Leuchter, Bill Armontrout had been on the witness stand, where he confirmed, in every detail, what I had said to the jury about the extreme difficulties of a homicidal gassing (not to be confused with a suicidal or accidental gassing). Ken Wilson, a specialist in aerial photographs, had shown that the homicidal "gas chambers" of Auschwitz and Birkenau did not have gas evacuation chimneys, which would have been indispensable. He also showed that I had been right in accusing Serge Klarsfeld and Jean-Claude Pressac of falsifying the map of Birkenau in L'Album d'Auschwitz [1]. Those authors, in order to make the reader believe that groups of Jewish women and children surprised by the photographer between crematories II and III could not go any farther and were thus going to end up in the "gas chambers" and those crematories, had simply eliminated from the map the path which, in reality, led up to the "Zentralsauna," a large shower facility (located beyond the zone of the crematories), where those women and children were actually going.

James Roth, director of a laboratory in Massachusetts, then testified on the analysis of the 32 samples, the origin of which he was unaware of: all the samples taken in the homicidal "gas chambers" contained a quantity of cyanide which was either unmeasurable or infinitesimal, while the sample from the disinfection gas chamber, taken for comparison's sake, contained an enormous amount of cyanide (the infinitesimal quantity detected in the former case can be explained by the fact that the supposed homicidal gas chambers were in fact morgues for preserving bodies; such morgues could have been occasionally disinfected with Zyklon B) [2].

That happened in 1988. Four years later, the "Leuchter Report" was confirmed by three other reports: first, that of the Krakow Forensic Institute; then, that of the German Germar Rudolf, and finally, that of the Austrian Walter Lüftl. The most stunning of these three reports is the one from Cracow. It had been pressed for by the authorities at the Auschwitz State Museum in the hope that it would disprove the Leuchter Report's conclusions. The opposite happened and despite embarrassed explanations to try to minimize the meaning of their own tests, the authors of the Cracow report indeed confirmed - involuntarily - that Fred Leuchter was right. As a result, the exterminationists prefer to treat the report of the Krakow Forensic Institute with silence.

In 1989, the pharmacist Jean-Claude Pressac published, under the aegis of New York's Beate Klarsfeld Foundation, an enormous book entitled Auschwitz: Technique and Operation of the Gas Chambers. I rendered an account of that exterminationist attempt in The Journal of Historical Review in 1991 [Spring 1991, pp. 25-66 and Summer, 1991, pp. 133-175]. I showed there that "the exterminationist mountain" in labour had brought forth "a revisionist mouse." The occasion gave me the opportunity to emphasize again what I call "one of the 20th century's great paradoxes": that millions of people, stupefied by incessant media propaganda, believe in the Nazi gas chambers without ever having seen one, without having the slightest idea of what this allegedly fantastic weapon was, without any ability to describe its shape and operation. The Nazi gas chamber is alleged to have physically existed; yet no one can provide us with a representation of it! This gas chamber is immaterial and magical. Nobody, and above all, not J.-C. Pressac in his work with the misleading title, has been able in a half-century to provide us with a photograph, a blueprint or a model. The rare attempts in that direction have ended in failure. In their works, such men as Poliakov, Wellers, Hilberg or Pressac have not dared - and for a good reason - to reproduce a complete photograph of the alleged "gas chambers" which tourists can visit in certain concentration camps. Nor do they reproduce the large mock-up which tourists can see at the Auschwitz Museum's Block 4, for they know that this is but a grotesque trick. Thus, the challenge I have made to the adepts of the "Holocaust" religion for decades remains the same: "I will be prepared to believe in the Nazi gas chamber, the central pillar of the 'Holocaust' religion, on the day you can describe 'a single one of those gas chambers' to me." Sometimes I add: "But you are unable to do so. Those chemical slaughterhouses where, according to you, one could have entered with impunity to retrieve millions of bodies out of an ocean of hydrocyanic acid were a physical and chemical impossibility. One cannot describe or draw the alleged homicidal gas chamber of Auschwitz as one cannot describe or draw a square circle or a circular square."

Our age believes itself to be skeptical, believing only that which it sees. It claims to be the age of television. Yet it believes in a material thing of which it does not have the least material representation and never has a book, a movie or the television provided us with an image of this material thing. The best way to deceive the masses is by suggestion which entails auto-suggestion. Television cannot show or describe a Nazi gas chamber but it suggests the idea; for example, it shows a building and the commentary asserts: "Building containing a gas chamber"; or it settles for showing us a simple shower sprinkler and like Pavlovian dogs we are conditioned, lo and behold, "to see" a "gas chamber." Other times, our pity will be aroused over some "hair of the gassed", "suitcases of the gassed", "baby carriages of the gassed infants." Thus do we go from suggestion to auto-suggestion.

The myth of the gassing of civilians in enclosed places dates back to 1916; already, at that time, the Germans, Austrians or the Bulgarians were accused of gassing Serbian men, women and children. After the war, this myth was quickly overshadowed by the myth of the Belgian children having their hands cut off by the uhlans; it vanished only to reappear twenty years later. This time the victims were no longer Serbs but Jews. And it is this myth, absurd and painful, that at the end of the 20th century is persistently imposed upon us.

In centuries past, people believed, likewise, in the devil, in his physical shape, in his pales and tenterhooks, in his shouts and in his smells. Tribunals, chaired by judges who reckoned themselves intelligent and enlightened, posited in principle (judicial notice!) that such was true, so obviously true that demonstrating it was unwarranted. Yet it was false. Smack in the middle of the 20th century, devilry came back and judges who thought themselves more intelligent and more enlightened than their predecessors of centuries past, posited in principle (judicial notice anew!) that the devilish Nazi gas chambers had indeed existed. In Toronto in 1988, Judge Ron Thomas took "judicial notice" of the "Holocaust" notwithstanding that this was the very issue at the core of the trial where the matter was one of determining whether Ernst Zündel was spreading false news or not when he distributed a piece of revisionist literature entitled Did Six Million Really Die?

I was a witness to Ernst Zündel's judicial and extra-judicial calvary. This man is a heroic figure of our time. He honours the German people of whom he was born. He honours Canada where he came to settle. But Germany and Canada, without reason, work against him at the instigation of the leaders of the world Jewish community. It is a disgrace. As historian David Irving said so well: "The Jewish community have to examine their consciences. They have been propagating something that isn't true" [3].

Under a simple exterior, Ernst Zündel has a visionary's depth. This peasant of Swabian origin, this artist, this businessman, casts a penetrating gaze on history, society, politics, institutions and men. In my article on his trials which I have already referred to, my conclusion had been the following:

Ernst Zündel had promised that his trial would be "the trial of the Nuremberg Trial" or "the Stalingrad of the Exterminationists." The unfolding of those two long trials proved him right, even though the jury, "instructed" by the judge to consider the Holocaust as an established fact "which no reasonable person can doubt," finally found him guilty. Zündel has already won. It remains for him to make it known to Canada and to the entire world. The media blackout of the 1988 trial was almost complete. Jewish organizations campaigned vigorously for such a blackout, and even went so far as to say that they did not want an impartial account of the trial. They did not want any account of it at all. The paradox is that the only publication which reported relatively honestly about the trial was the Canadian Jewish News.

Ernst Zündel and the Leuchter report have left a profound mark on history; both will be remembered for many years to come.

Today I would add that to me Ernst Zündel's fate appears both more tragic and more enviable than in 1988. It is even more tragic because I fear that the leaders of the world Jewish community will not leave any respite to a man of this breadth, able not only to discern what he calls truth, freedom and justice but also to struggle with so much skill and courage for that truth, that freedom and that justice. In a general way, I am pessimistic for the future of revisionists. But I am optimistic for the future of revisionism: the work initiated by Paul Rassinier and crowned by the brilliant work of the American Arthur Robert Butz, The Hoax of the Twentieth Century, has known, thanks to Ernst Zündel, such a great expansion that no obstacle will be able to impede its course. And it is in this sense that, notwithstanding everything, one can envy the fate of Ernst Zündel.
July 24, 1992

Notes

[1] P. Hellman and J.-C. Pressac, Seuil, Paris, 1983, p. 42.
[2] The Journal of Historical Review, Winter 1988-1989, pp. 428-430.
[3] The Jewish Chronicle, London, 23 June 1989.

L’«Holocauste» des juifs européens a-t-il vraiment existé ?


Préface au livre de Barbara KulaszkaDid Six Million Really Die? Report of the Evidence in the Canadian "False News" Trial of Ernst Zündel – 1988


Est-il vrai que les Allemands ont, durant la seconde guerre mondiale, ordonné, planifié et perpétré une politique de destruction physique des juifs européens? En particulier, ont-ils, pour cela, conçu, réalisé et utilisé des chambres à gaz d’exécution ? Ont-ils ainsi provoqué la mort de millions de juifs ?

A ces questions, la plupart des auteurs répondent oui ; ils croient à l’«Holocauste» des juifs européens ; ces auteurs, nous les appellerons «exterminationnistes» parce qu’ils défendent la thèse de l’extermination physique des juifs. A ces mêmes questions, d’autres auteurs répondent non ; on les appelle révisionnistes ; mais il va de soi que les révisionnistes ne contestent pas le fait que, dans un conflit mondial qui a provoqué de quarante à cinquante millions de morts, beaucoup de juifs (le chiffre approximatif reste à déterminer) ont trouvé la mort.

Qui a raison ? Les exterminationnistes ou les révisionnistes ?

Pour le profane, il existe, en principe, trois moyens principaux de se forger une opinion personnelle au sujet d’une controverse historique.

Le premier moyen est de lire les écrits de l’une et l’autre parties, mais, dans le cas particulier, cela nécessiterait beaucoup de temps et il est souvent difficile de se procurer la littérature révisionniste.

Le deuxième moyen est d’assister à un débat public entre les deux parties : la partie orthodoxe (celle des exterminationnistes) et la partie hérétique (celle des révisionnistes). Malheureusement, les exterminationnistes ont toujours refusé le débat public que leur proposaient, et que continuent de leur proposer, les révisionnistes. Dans certains pays comme la France et l’Autriche, les partisans de la thèse exterminationniste ont même récemment obtenu la création d’une loi spéciale qui punit le révisionnisme de lourdes peines de prison et d’amende pour «contestation» de l’existence de l’« Holocauste» et des chambres à gaz.

Reste heureusement un troisième moyen qui est de lire les minutes d’un procès où les deux parties se sont trouvées face à face devant un juge et un jury. Dans le cas qui nous intéresse, c’est ce qui s’est produit à deux reprises, en 1985 et en 1988, lors des procès intentés au révisionniste Ernest Zündel, à Toronto, par des exterminationnistes appartenant à une organisation juive.

Le remarquable ouvrage de Barbara Kulaszka s’appuie sur les minutes du procès de 1988. Il permettra au profane de se faire une idée précise de la controverse historique autour de l’«Holocauste» des juifs et de se forger une opinion. Je dois cependant exprimer ici une réserve et lancer une mise en garde au lecteur : un tribunal n’est pas un endroit approprié pour un débat historique ; un procès a ses règles propres et il est très limité dans le temps ; la liberté d’expression n’y est pas entière puisque l’une des parties cherche à obtenir une condamnation et que l’autre partie tente d’éviter cette condamnation ; enfin un juge et un jury, même s’ils écoutent des experts, n’ont pas les moyens ni la compétence nécessaires pour trancher un point d’histoire.

J’ai successivement participé, en 1984, au pré-procès d’E. Zündel, puis, en 1985, au premier procès Zündel (cassé pour vices de forme et de fond) et, enfin, en 1988, au second procès Zündel. J’ai publié un compte rendu de toute l’affaire [1]. Je me permets d’y renvoyer le lecteur mais je voudrais revenir ici sur un passage de cet article et le commenter à la lumière de ce qui s’est passé depuis 1988. Ce passage concerne essentiellement ma propre découverte, dans les années soixante-dix, de l’impossibilité chimique des « gazages » d’Auschwitz et la confirmation par Fred Leuchter de cette impossibilité. J’écrivais donc :


A mon tour, je déposais à titre d’expert pendant près de six jours. J’insistais particulièrement sur mes enquêtes à propos des chambres à gaz américaines. Je rappelais que le Zyklon B est essentiellement du gaz cyanhydrique et que c’est avec ce gaz que certains pénitenciers américains exécutent leurs condamnés à mort. En 1945, les Alliés auraient dû demander à des spécialistes des chambres à gaz américaines de venir examiner les locaux qui, à Auschwitz et ailleurs, étaient censés avoir servi à gazer des millions de détenus. Dès 1977, mon idée était la suivante : quand on a affaire à un vaste problème historique comme celui de la réalité ou de la légende de l’Holocauste, il faut s’efforcer de trouver le centre de ce problème ; en la circonstance, le centre est le problème d’Auschwitz et, à son tour, le cœur de ce problème-là peut se limiter à un espace de 275 m: soit, à Auschwitz, les 75 mde la « chambre à gaz» du crématoire-et, à Birkenau, les 210 mde la «chambre à gaz» du crématoire-II. En 1988, mon idée restait la même : expertisons les 275 met nous aurons une réponse au vaste problème de l’Holocauste ! Je montrais au jury mes photos de la chambre à gaz du pénitencier de Baltimore ainsi que mes plans des «chambres à gaz» d’Auschwitz et je soulignais les impossibilités physiques et chimiques de ces dernières.

Un coup de théâtre : le rapport Leuchter

Ernst Zündel, en possession de la correspondance que j’avais échangée en 1977-1978 avec six pénitenciers américains disposant de chambres à gaz, avait chargé l’avocate Barbara Kulaszka de se mettre en rapport avec les gardiens-chefs de ces pénitenciers afin de voir si l’un d’entre eux accepterait de venir expliquer devant le tribunal le mode de fonctionnement d’une vraie chambre à gaz. Bill Armontrout, gardien-chef du pénitencier de Jefferson City (Missouri), accepta de venir témoigner et signala que nul aux Etats-Unis ne connaissait mieux la question du fonctionnement de ces chambres à gaz qu’un ingénieur de Boston : Fred A. Leuchter. J’allais rendre visite à cet ingénieur les 3 et 4 février 1988. F. Leuchter ne s’était jamais posé de questions sur les «chambres à gaz» des camps allemands. Il croyait jusque-là à leur existence. Dès que je commençai à lui ouvrir mes dossiers, il prit conscience de l’impossibilité matérielle et chimique de ces «gazages». Il accepta de se rendre à Toronto pour y examiner nos documents.

Puis, aux frais d’E. Zündel, il partit pour la Pologne avec une secrétaire (sa femme), son dessinateur, un vidéo-cameraman et un interprète. Il en revint pour rédiger un rapport de cent quatre-vingt-douze pages (annexes comprises) et avec trente-deux échantillons prélevés, d’une part, dans les crématoires d’Auschwitz et de Birkenau à l’emplacement des « gazages » homicides et, d’autre part, dans une chambre à gaz de désinfection de Birkenau. Sa conclusion était nette : il n’y avait eu aucun «gazage» homicide ni à Auschwitz, ni à Birkenau, ni d’ailleurs à Majdanek.

Les 20 et 21 avril 1988, F. Leuchter déposa à la barre du tribunal de Toronto. Il fit le récit de son enquête et développa sa conclusion. Je dis que, ces deux jours-là, j’ai assisté à la mort en direct du mythe des chambres à gaz, un mythe qui, pour moi, était entré en agonie au colloque de la Sorbonne sur « l’Allemagne nazie et l’extermination des Juifs » (29 juin - 2 juillet 1982).

Dans la salle du tribunal de Toronto, l’émotion était intense, en particulier chez les amis de Sabina Citron. Les amis d’E. Zündel étaient bouleversés mais pour d’autres raisons : ils voyaient enfin se déchirer le voile de la grande imposture. Pour moi, je ressentais soulagement et mélancolie : soulagement parce qu’une thèse que je défendais depuis tant d’années trouvait enfin sa pleine confirmation, et mélancolie parce que j’avais eu la paternité de l’idée ; j’avais même, avec la maladresse d’un littéraire, exposé des arguments d’ordre physique, chimique, topographique et architectural que je voyais reprendre par un scientifique étonnamment précis et didactique. Se rappellerait-on un jour le scepticisme que j’avais rencontré, y compris auprès de certains révisionnistes ?

Juste avant F. Leuchter, B. Armontrout était venu à la barre et il avait, en tout point, confirmé ce que j’avais dit au jury sur les difficultés extrêmes d’un gazage homicide (à ne pas confondre avec un gazage suicidaire ou accidentel). De son côté, un spécialiste des photographies aériennes, Ken Wilson, avait montré que les « chambres à gaz » homicides d’Auschwitz et de Birkenau ne possédaient pas les cheminées d’évacuation des gaz qui auraient été indispensables. Il montrait aussi que j’avais eu raison d’accuser Serge Klarsfeld et Jean-Claude Pressac d’avoir falsifié le plan de Birkenau dans L’Album d’Auschwitz [2]. Ces auteurs, pour faire croire au lecteur que les groupes de femmes et d’enfants juifs surpris par le photographe entre les crématoires II et III ne pouvaient pas aller plus loin et allaient donc finir dans les «chambres à gaz» de ces crématoires, avaient tout bonnement coupé là un chemin qui, en réalité, se poursuivait jusqu’au grand établissement de douches (situé au-delà de la zone des crématoires) où se rendaient ces femmes et ces enfants.

James Roth, directeur d’un laboratoire du Massachusetts, vint ensuite à la barre pour y rendre compte de l’analyse des trente-deux échantillons, dont il ignorait la provenance : tous les échantillons prélevés dans les « chambres à gaz » homicides contenaient une quantité de cyanure qui était soit indécelable, soit infinitésimale tandis que l’échantillon de la chambre à gaz de désinfection de Birkenau, prise pour référence, contenait, par comparaison, une quantité vertigineuse de cyanure (la quantité infinitésimale détectée dans le premier cas peut s’expliquer par le fait que les prétendues chambres à gaz homicides étaient en fait des chambres froides pour la conservation des cadavres ; de telles chambres froides avaient pu faire l’objet de désinfections au Zyklon B) [3].

Cela se passait en 1988. Quatre ans plus tard, le rapport Leuchter s’est trouvé confirmé par trois autres rapports : d’abord, celui de l’institut de criminologie de Cracovie, puis celui de l’Allemand Germar Rudolf et, enfin, celui de l’Autrichien Walter Lüftl. Le plus étonnant de ces trois rapports est celui de Cracovie ; il avait été réclamé par les autorités du musée d’Auschwitz avec l’espoir qu’il apporterait un démenti aux conclusions du rapport Leuchter ; c’est le contraire qui se produisit et, malgré des explications embarrassées pour tenter de minimiser le sens de leurs propres examens, les auteurs du rapport de Cracovie ont bel et bien confirmé – involontairement – que Fred Leuchter avait pleinement raison. Aussi les exterminationnistes préfèrent-ils passer sous silence ce rapport de l’institut de criminologie de Cracovie.

En 1989, le pharmacien Jean-Claude Pressac publia, sous l’égide de la Beate Klarsfeld Foundation de New York, un énorme ouvrage intitulé Auschwitz, Technique and Operation of the Gas Chambers. J’ai rendu compte de cette tentative exterminationniste dans la Revue d’histoire révisionniste. J’y ai montré que la « montagne exterminationniste » avait accouché d’« une souris révisionniste». L’occasion m’a été ainsi offerte de souligner à nouveau ce que j’appelle volontiers « l’un des plus grands paradoxes du 
XXe
 siècle » : des milliards d’hommes, hébétés par une incessante propagande médiatique, croient aux chambres à gaz nazies sans en avoir jamais vu une seule, sans avoir la moindre idée précise de ce qu’aurait pu être cette arme aux prouesses fantastiques, sans être capables d’en décrire la forme et le fonctionnement. La chambre à gaz nazie ne pourrait être, par définition, qu’une réalité matérielle... Or, personne ne nous en a fourni une représentation matérielle ! Cette chambre à gaz est immatérielle et magique. Personne, et surtout pas J.- C. Pressac dans son ouvrage au titre mensonger, n’a pu en un demi-siècle nous en fournir une photographie, un dessin industriel ou une maquette. Les rares tentatives en ce sens se sont soldées par des échecs. Dans leurs ouvrages, les Poliakov, les Wellers, les Hilberg ou les Pressac n’osent pas – et pour cause – reproduire une photographie complète des prétendues «chambres à gaz» qu’on fait visiter au touriste dans certains camps de concentration. Ils ne reproduisent pas non plus la grande maquette que ce touriste peut voir au Block 4 du musée d’Auschwitz, car ils savent qu’il ne s’agit là que de grossières attrapes. Aussi, depuis des dizaines d’années, le défi que je lance aux adeptes de la religion de l’«Holocauste» est-il resté le même : « Je serai éventuellement prêt à croire à la chambre à gaz nazie, pilier central de la religion de l’“Holocauste”, le jour où vous serez capable de me décrire une seule de ces chambres à gaz. » Il m’arrive d’ajouter : « Mais vous en êtes incapable, car ces abattoirs chimiques, où l’on aurait pu, d’après vous, entrer impunément pour retirer d’un océan d’acide cyanhydrique des milliers de corps (intouchables car cyanurés) sont une impossibilité physico-chimique. On ne peut pas plus décrire ou dessiner une prétendue “chambre à gaz” d’Auschwitz qu’on ne saurait décrire ou dessiner un cercle carré ou un carré circulaire !»

Notre siècle se croit sceptique et matérialiste. Il se dit le siècle de l’image et de la télévision. Or, il croit à une chose matérielle dont il n’a pas la moindre représentation matérielle et jamais ni le livre, ni le cinéma, ni la télévision ne nous ont fourni une image de cette chose matérielle. Le meilleur moyen de berner les foules est la suggestion, qui entraîne l’autosuggestion. La télévision ne peut ni montrer ni décrire une chambre à gaz nazie mais elle en suggère l’idée ; par exemple, elle montre un bâtiment et le commentaire affirme : « Bâtiment contenant une chambre à gaz » ; ou bien elle montre un pan de mur et prononce : «Voici une chambre à gaz» ; ou bien encore il lui suffit de fixer notre vue sur une simple pomme de douche et – tels des chiens de Pavlov – nous voici conditionnés et nous «voyons» une «chambre à gaz». D’autres fois, on nous apitoiera sur des «cheveux de gazés», des «valises de gazés», des «voitures d’enfants gazés». Et c’est ainsi que, de la suggestion, nous passerons à l’autosuggestion.

Le mythe des gazages de civils dans des lieux clos remonte à 1916 ; déjà, à cette époque, on accusait les Allemands, les Autrichiens ou les Bulgares de gazer des hommes, des femmes et des enfants serbes. Ce mythe rejoignit vite, après la guerre, celui des enfants belges aux mains coupées par les uhlans ; il disparut, mais pour reparaître vingt ans plus tard : les victimes, cette fois-ci, n’étaient plus les Serbes mais les juifs. Et c’est ce mythe, absurde et lancinant, qu’en cette fin du XXe siècle, on persiste à nous imposer.

Dans les siècles passés, on croyait, de la même façon, au diable sous sa forme physique, à ses pals et à ses grils, à ses cris et à ses odeurs. Des tribunaux, présidés par des magistrats qui s’estimaient intelligents et éclairés, posaient en principe (judicial notice) que tout cela était vrai, si évidemment vrai qu’il n’y avait pas lieu de le démontrer. Or, c’était faux. En plein milieu du XXe siècle, dès 1945-1946, les diableries sont revenues et des magistrats, qui s’estimaient plus intelligents et plus éclairés que leurs prédécesseurs des siècles passés, on posé en principe (judicial notice à nouveau !) que les diaboliques chambres à gaz nazies avaient bel et bien existé. A Toronto, en 1988, le juge Ron Thomas prit «judicial notice» de l’«Holocauste» en dépit du fait que c’était là le sujet même d’un procès où il s’agissait de savoir si E. Zündel propageait ou non une fausse nouvelle en diffusant un écrit révisionniste intitulé Did Six Million Really Die ?

J’ai été témoin judiciaire et extra-judiciaire d’E. Zündel. Cet homme est une figure héroïque de notre temps. Il honore le peuple allemand dont il est issu. Il honore le Canada où il est venu s’établir. Mais l’Allemagne et le Canada, comme à plaisir, s’acharnent sur lui à l’instigation des responsables de la communauté juive mondiale. C’est une disgrâce. Comme l’a si bien dit l’historien David Irving, la communauté juive mondiale doit faire son examen de conscience : elle propage quelque chose qui n’est pas vrai. Sous des dehors simples, E. Zündel a la profondeur d’un visionnaire. Ce paysan d’origine souabe, cet artiste, cet homme d’affaires porte un regard pénétrant sur l’histoire, la société, la politique, les institutions et les hommes. Dans l’article, déjà cité, que j’avais consacré à ses procès, ma conclusion avait été la suivante :

E. Zündel avait promis que son procès serait « le procès du procès de Nuremberg » ou « le Stalingrad des exterminationnistes ». Le déroulement de ces deux longs procès lui a donné raison, et cela même si le jury, « instruit » par le juge et sommé de tenir l’Holocauste pour un fait établi « que nulle personne raisonnable ne peut mettre en doute » en est venu à le déclarer coupable. E. Zündel a déjà gagné. Il lui reste à le faire savoir au Canada et au monde entier. Pour le procès de 1988, le black-out des médias a été à peu près complet. Les organisations juives avaient fait campagne pour obtenir ce black-out et avaient été jusqu’à dire qu’elles ne voulaient pas d’un compte rendu impartial. Elles ne voulaient d’aucun compte rendu. Le paradoxe est que la seule publication qui se soit fait l’écho du procès dans des conditions relativement honnêtes soit l’hebdomadaire The Canadian Jewish News.

Ernst Zündel et le rapport Leuchter sont entrés dans l’Histoire ; ils ne sont pas près d’en sortir. 

J’ajouterais aujourd’hui que le destin d’Ernst Zündel me paraît à la fois encore plus tragique et encore plus enviable qu’en 1988. Il est encore plus tragique parce que les responsables de la communauté juive mondiale ne laisseront, je le crains, plus aucun répit à un homme de cette envergure, capable non seulement de discerner ce qu’il appelle la vérité, la liberté et la justice mais de lutter avec tant d’habileté et de courage pour cette vérité, cette liberté et cette justice. D’une façon générale, je suis pessimiste sur l’avenir des révisionnistes. Mais je suis optimiste pour l’avenir du révisionnisme : l’œuvre entreprise par Paul Rassinier et couronnée par le génial ouvrage de l’Américain Arthur R. Butz, The Hoax of the Twentieth Century, a connu, grâce à E. Zündel, une si forte expansion que plus aucun obstacle ne pourra en entraver le cours. Et c’est en ce sens qu’on peut envier le destin d’E. Zündel, malgré tout.

24 juillet 1992

Notes

[1] R. Faurisson, « Le révisionnisme au Canada. Les procès Zündel », Annales d'histoire révisionniste n° 5, été-automne 1988, p. 31-49. 
[2] P. Hellman et J.-C. Pressac, L’Album d’Auschwitz, Paris, Le Seuil, 1983, p. 42.
[3] R. Faurisson, op. cit.

Wednesday, July 8, 1992

Lettre à Claude Malhuret, Maire de Vichy


Pour les archives de la Ville,
car je tiens à prendre date.

Monsieur, 

Vous aggravez votre cas et, par voie de conséquence, celui de Vichy. Vous écrivez au Point (4 juillet 1992, p. 83) :

Mes prises de position constantes et répétées contre le révisionnisme ou contre la banalisation des actes du gouvernement de collaboration sont, je pense, connues de tous. 

Voilà qui tend à confirmer ce que je vous reprochais lorsque, à l’occasion de votre tournée électorale, vous vous étiez trouvé inopinément à mon domicile. Faisant allusion à vos prises de position (quel fol courage !) contre le révisionnisme et, en particulier, à vos efforts en vue de mettre au point une loi antirévisionniste, je vous avais dit que vous hurliez avec les loups. A deux reprises vous m’aviez piteusement répondu : « C’est pas moi [sic], c’est Pasqua ! » Je vous avais alors demandé ce que signifiait, de toute façon, la solidarité ministérielle.

Par la suite, j’ai failli être tué par trois nervis juifs dans un parc de Vichy. Ce fait, à lui seul, devrait vous interdire des « prises de position constantes et répétées contre le révisionnisme ». Le sort de votre ville et le sort des révisionnistes de Vichy vous est-il indifférent au point que vous accumuliez ces derniers temps les initiatives et les déclarations les plus irresponsables ? Rien ne vous obligeait à la servilité dont vous avez fait preuve à l’égard des résistantialistes et des juifs venus faire étalage à Vichy de leurs sentiments de haine et de vengeance. Vous êtes allé jusqu’à financer, indirectement, une énorme gerbe portant : « A la mémoire des victimes de Pétain ». Où est la gerbe portant : « Aux victimes de l’Epuration » ?

Vous êtes un pleutre. Un irresponsable. Et un lâche. On n’accable pas des compatriotes et même des concitoyens qui tombent déjà sous le coup de la loi stalinienne que vous prépariez contre les révisionnistes et qui, en fin de compte, a été votée par vos amis communistes et socialistes grâce à l’exploitation, crapuleuse, de l’affaire du cimetière de Carpentras.

Vous mentez. En donnant clairement à entendre que, pour vous, les prétendues chambres à gaz hitlériennes ont existé, vous propagez un gigantesque mensonge, une calomnie, une diffamation. 

Vous manquez de caractère. Vous cédez aux maîtres-chanteurs. Vous n’avez pas l’idée de rétorquer aux maximalistes juifs que, s’ils insistent pour qu’on rouvre les dossiers de la collaboration, les Français vont un jour demanderqu’on ouvre le dossier de la collaboration juive. Vichy, pendant la guerre, a été un tel haut-lieu de la collaboration juive que les juifs y affluaient et faisaient littéralement le siège de Philippe Pétain et de Pierre Laval. L’Union générale des Israélites de France était financée par « Vichy ». La rafle du Vel’ d’hiv’ (tout pays procède à la rafle des étrangers qui, en temps de guerre, présentent un danger : y compris les enfants) n’a été possible que grâce à la collaboration des employés de l’UGIF (qui a caché la date de la rafle et fait préparer ficelles, étiquettes et paquets). A travers toute l’Europe il a existé une vivace «internationale juive de la collaboration » (Maurice Rajsfus). 

Qu’attendez-vous pour remettre à leur place les Klarsfeld (auteur de Vichy-Auschwitz, maître-chanteur capable de se payer un sicaire) et J. Pierre-Bloch (qui doit tant à une parente de Laval) ? Après d’ignominieuses « réparations verbales », ils exigeront de Vichy des « réparations » en espèces sonnantes et trébuchantes.

Votre attitude à leur égard manque de dignité et de clairvoyance. La ville de Vichy le retiendra, et l’histoire.

P.J. : A – « Pétain, le film » (Le Choc du mois, juillet-août 1992, p. 6) sur l’escroc Kirsner, que vous vous êtes contenté d’égratigner.

      B – Votre lettre au Point, 4 juillet 1992, p. 83. Je vous rappelle que les juifs collabos ont eu le privilège, en 1944-45, de passer devant des jurys d’honneur qui les ont acquittés (président : Léon Meiss, du CRIF).




A) – Pétain, le film 
Le Choc du mois, juillet 1992, p. 6

Il se tourne actuellement à Vichy, Allier, un film sur le maréchal Pétain, destiné à raconter « l’histoire d’un régime fasciste français occulté dans l’histoire de France».

Le producteur de cette œuvre – qui fut récemment le coproducteur de Diên Biên Phu... – répond actuellement au nom de Jacques Kirsner. « Actuellement », car il eut son heure de gloire, non pas sous son identité réelle de Charles Stobnicer, mais sous son autre faux nom de Charles Berg.

En ce temps-là, c’était dans les années soixante- soixante-dix, Charles Berg défrayait la chronique comme l’un des principaux responsables trotskystes français, dirigeant de l’Organisation communiste internationaliste (OCI) et de l’Alliance des jeunes pour le socialisme (AJS).

L’aventure révolutionnaire durera jusqu’en 1979. Cette année-là, le XXIIe congrès de l’OCI décide « d’extirper la tumeur ». En clair : d’exclure Berg. Motifs,tels qu’ils ressortent du réquisitoire prononcé par Stéphane Just : 1. En tant que responsable de la commission province de l’OCI, Berg a gonflé le nombre des adhérents ; 2. Cette astuce lui permettait de pratiquer « la dilapidation à usage personnel des fonds de l’OCI ». Stéphane Just explique : «Le système utilisé était celui, classique, de la cavalerie financière, comblant les trous de trésorerie par des emprunts ou des détournements de fonds, mais dont les seuls résultats étaient de creuser des trous plus importants, et ainsi de suite. En tout état de cause, au bout, il y avait la culbute. Berg a reconnu les faits et signé les procès-verbaux les établissant 1. »

Le film de Kirsner-Stobnicer-Berg aura mis six ans à voir le jour. L’auteur n’a pu boucler son budget (cinquante-huit millions de francs annoncés) que grâce à l’aide que Jack Lang et Michel Charasse lui ont apportée. Pétain devrait être programmé dans les salles, et amplement commenté par l’ensemble des médias, au printemps 1993. Soit à la veille des élections législatives...

Lang et Charasse, en effet, pouvaient bien l’aider.




B) Lettre de Claude Malhuret au Point  
Le Point, 4 juillet 1992, p. 83

 Dans un article de son dernier numéro, votre journal me prête les propos suivants, en réponse à une question sur la vente de francisques chez un libraire-antiquaire de Vichy : « Que voulez-vous que j’y fasse ? François Mitterrand en a bien une, de francisque. »

Je n’ai jamais tenu de tels propos. Mes prises de position constantes et répétées contre le révisionnisme ou contre la banalisation des actes du gouvernement de collaboration sont, je pense, connues de tous. Et je souhaite qu’il n’y ait pas le moindre doute sur une éventuelle désinvolture de ma part vis-à-vis de ce problème (comme le suggère la phrase « Que voulez-vous que j’y fasse ?»), et encore moins sur la volonté de l’utiliser aux fins d’une polémique déplacée avec le président de la République.

8 juillet 1992

[1] La Vérité, Organe du Comité central de l’Organisation communiste internationaliste, n° 586, avril 1979.