Saturday, December 26, 1992

Les chambres à gaz dans le texte du jugement de Nuremberg


Le texte du jugement de Nuremberg s’étend sur cent-quatre-vingt-sept pages. Chaque page compte 45 lignes de 10 mots = 450 mots. Le jugement compte donc environ 84 000 mots. Environ 52 lignes x 10 mots = 520 mots sont consacrés aux chambres à gaz, soit environ 1/160e du jugement ou 0,6%, c'est-à-dire un peu plus d'un demi pour cent, dudit jugement. L’expression « chambre à gaz » ne figure que trois fois. On relève aussi une fois « installation d’extermination » (trad. d’extermination plant), une fois « lieux d’extermination » (trad. impropre d’exterminated) et une fois « la chambre de mort ».

Un certain nombre de camps de concentration possédaient des chambres à gaz pour l’exécution massive des prisonniers, dont les corps étaient ensuite brûlés dans des fours crématoires. Ces camps furent en fait utilisés à la « solution finale » du problème juif par l’extermination. Quant aux prisonniers non juifs, ils étaient presque tous astreints au travail, mais les conditions dans lesquelles celui-ci s’effectuait faisaient des mots travail et mort des synonymes. Les détenus malades ou incapables de travailler étaient, soit tués dans les chambres à gaz, soit envoyés dans des infirmeries spéciales où ils ne recevaient pas de soins médicaux ; ils y recevaient une nourriture encore pire que celle des prisonniers qui travaillaient et on les y laissait mourir [1].

[…] Comme moyen d’aboutir à la « solution finale », les Juifs furent réunis dans des camps où l’on décidait de leur vie, ou de leur mort selon leur condition physique. Tous ceux qui le pouvaient encore devaient travailler ; ceux qui étaient hors d’état de le faire étaient exterminés dans des chambres à gaz, après quoi l’on brûlait leurs cadavres. Certains camps de concentration, tels que Treblinka et Auschwitz, furent principalement choisis à cette fin. En ce qui concerne Auschwitz, le Tribunal a entendu le témoignage de Höss, qui en fut le commandant, du 1er mai 1940 au 1er décembre 1943. A son avis, dans ce seul camp et pendant cette période, deux millions cinq cent mille personnes furent exterminées et cinq cent mille autres périrent de maladie ou de faim. Höss a décrit la manière dont étaient choisis ceux qui allaient être exterminés :

« Nous avions à Auschwitz deux médecins SS de service, dont la mission était de procéder à l’examen physique des prisonniers, dès l’arrivée des convois. Les prisonniers devaient défiler devant [p. 265] l’un des médecins qui prenait sa décision immédiatement, à mesure qu’ils passaient. Ceux qui étaient capables de travailler étaient envoyés au camp. Les autres étaient immédiatement envoyés aux installations d’extermination (extermination plants). Dans tous les cas, les enfants en bas âge étaient tués, car leur âge les rendait inaptes au travail. Au système en vigueur à Treblinka nous avions même apporté l’amélioration suivante : à Treblinka, les victimes savaient presque toujours qu’elles allaient être exterminées, mais, à Auschwitz, nous essayâmes de les induire en erreur et de leur faire croire qu’elles allaient être soumises à l’épouillage. Bien entendu, elles comprenaient souvent nos véritables intentions et nous avons parfois eu des révoltes et éprouvé diverses difficultés. Très souvent, des femmes cachaient leurs enfants sous leurs vêtements, mais, évidemment, lorsque nous les trouvions, ils étaient expédiés vers les lieux d’extermination  (we would send the children in to be exterminated[2] ».

(Ce dernier paragraphe est à peu près le texte de TMI, XI, p. 428 lu au Tribunal par le colonel Amen.) 

Quant aux exterminations mêmes, il les décrivit en ces termes :

Il nous fallait de trois à quinze minutes pour tuer les victimes dans la chambre de mort (death chamber), le délai variant suivant les conditions atmosphériques. Nous savions qu’elles étaient mortes quand elles cessaient de crier. En général, nous attendions une demi-heure avant d’ouvrir les portes et d’enlever les cadavres, que nos commandos spéciaux dépouillaient alors de leurs bagues et de leurs dents en or.

(Ce paragraphe est à peu près le texte de TMI, XI, p. 427-428 lu par le colonel Amen. Le Tribunal omet : « I used Cyklon B, which was a crystallized Prussic Acid which we dropped into the death chamber from a small opening. [It took from 3 to 15 minutes...] »).

Commentaire

Une fois débarrassé de ses répétitions ou de ses scories, le texte nous apprend essentiellement qu’un certain nombre – indéfini – de camps de concentration, tels que Treblinka et Auschwitz, possédaient des chambres à gaz. En ce qui concerne Treblinka, le texte ne dit rien d’autre touchant aux chambres à gaz. En ce qui concerne Auschwitz, aucune preuve n’est fournie, ni aucune référence à un document présenté comme apportant une preuve. On ne fait état d’aucune expertise de l’arme du crime. On invoque un témoignage et un seul, celui du commandant Höss. Le Tribunal ne précise pas, pour sa part, combien de personnes sont mortes ou ont été gazées ou exterminées à Auschwitz pour toute la durée d’existence du camp. Il ne fournit là-dessus ni documents, ni estimations. Il donne ce qu’il appelle l’« avis » de Höss sur le nombre de ces victimes pendant la seule période du 1er mai 1940 au 1er décembre 1943 [3] : deux millions et demi ont été exterminés et cinq cent mille sont morts.

Sur le fonctionnement de ces abattoirs chimiques et sur le processus de mise à mort, puis sur les opérations suivant la mise à mort, le jugement fournit si peu de précisions que les questions ci-dessous énumérées restent sans réponse :

1. Quel gaz utilisait-on ? 
2. Comment l’introduisait-on dans l’abattoir ? 
3. Quelles étaient les quantités utilisées ? 
4. Y avait-il vraiment des portes (pluriel) et non pas une porte (singulier) ? 
5. Combien tuait-on de victimes par fournée ? 
6. Qui dirigeait l’opération ? 
7. Sur quels ordres, venus d’où ? 
8. Est-ce vraiment à l’oreille, à l’estime en quelque sorte, qu’on jugeait que les victimes étaient mortes ? 
9. Avant d’entrer, n’y avait-il vraiment ni aération, ni ventilation ? 
10. Les commandos spéciaux ne couraient-ils aucun risque soit à pénétrer dans un lieu plein de gaz mortel, soit à toucher des cadavres imprégnés de ce gaz ? 
11. Où, dans le camp, ces chambres à gaz étaient-elles situées ? 
12. Quel était leur nombre ? 
13. Combien y avait-il de fournées par jour ? 
14. De qui ces « commandos spéciaux » étaient-ils composés ?

26 décembre 1992
_________________
Notes

[1] TMI, I, p. 247 (IMG, I, p. 263) ; id. in TMI, XXII, p. 508.
[2] TMI, I, p. 264-265, (IMG, I, p. 282-283) ; idem in TMI, XXII, I, p. 526-527.
[3] Le camp d’Auschwitz s’est ouvert le 20 mai 1940 et Liebehenschel a pris la succession de Höss le 11 novembre 1943. Le camp a fonctionné jusqu’au 18 janvier 1945.