Sunday, February 5, 2017

Ce soir même, "Les Faussaires de l'histoire"



Sur France 5 : « Les Faussaires de l’histoire », 
dimanche 5 février 2017, de 22h35 à 23h30
 
Rediffusion (soit à l'identique, soit avec des modifications) d'un documentaire de 2014 portant en général sur le révisionnisme de « l'Holocauste », appelé « négationnisme », et, en particulier, sur Robert Faurisson. En voici une présentation du contenu dans TV Magazine du 5 au 11 février, p. 15 :

Retour sur l'histoire du discours négationniste, depuis son apparition après-guerre, chez les nostalgiques du nazisme, à sa diffusion au monde arabo-musulman. 

Mon propre commentaire : a) je n'éprouve aucun désir de revenir en arrière, de retrouver le passé ; b) je ne nourris, en particulier, aucune nostalgie de nature politique et la politique elle-même ne m'intéresse pas outre mesure ; c) dans mes recherches, qu'elles soient d'ordre littéraire, historique ou autre, je ne me soucie que d'être exact et, quand il s'agit d'un crime, je cherche à mener mes enquêtes moins comme un professeur que comme un responsable de la police technique ou de la police scientifique (travaillant, par exemple, au Laboratoire central de la Préfecture de police de Paris, rue de Dantzig) ; d) sur « l'Holocauste », je suis parvenu à des conclusions que je me suis contenté de diffuser et de commenter ; e) jamais un tribunal ou une cour n'ont voulu admettre que, dans mes recherches ou mes conclusions, j'aurais été soit un menteur, soit un faussaire, soit un falsificateur ; f) j'ai fait la découverte de documents essentiels obstinément tenus cachés depuis 1945 par les divers tenants du mythe de « l'Holocauste » (par exemple, le 19 mars 1976, j'ai découvert les plans de construction des cinq crématoires d'Auschwitz censés contenir des chambres à gaz homicides alors que ces prétendues chambres à gaz homicides n'étaient en réalité que d'inoffensifs dépositoires pour les cadavres en attente de leur crémation) ; g) avec d'autres révisionnistes français ou étrangers, j'ai contraint Raul Hilberg, universitaire juif américain, historien Number One de The Destruction of the European Jews, à réviser sa thèse initiale (1961) selon laquelle il aurait existé une gigantesque entreprise d'extermination clairement menée et contrôlée. A partir de 1982-1983 et surtout dans la nouvelle édition de son livre (Revised and Definitive Edition) de 1985, il a décrété que cette extermination s'était, en réalité, développée dans le plus grand secret : pour lui, en fin de compte, la vaste bureaucratie allemande avait progressivement décidé d'abandonner l'écrit pour l'oral et de ne plus agir que « par une incroyable rencontre des esprits, une transmission de pensée consensuelle » ! D'où l'absence totale de sources écrites, de documents, de preuves.
Voyez ce documentaire. Cherchez-y une preuve, une seule preuve 1) soit de la réalité d'une politique nazie d'extermination physique des juifs, 2) soit de l'existence et du fonctionnement d'une seule chambre à gaz nazie d'exécution, 3) soit d'un mensonge ou d'une falsification de Faurisson.
Complément de dernière heure : une autre présentation du documentaire faite, cette fois-ci, par Actualité juive (Attention ! Le fragment que je reproduis en rouge est présenté comme une « déclaration » que j'aurais faite ; il ne s'agit en réalité que d'une sotte et fallacieuse déformation de mes propos.)
5 février 2017

De l’antisémitisme au négationnisme
Ce remarquable documentaire, une rediffusion, explique comment s’est développé le négationnisme de la Shoah après la guerre et comment il est devenu le socle d’un courant de pensée opposé à l’État d’Israël.  
« Les chambres à gaz, c’est un endroit où on aurait mis les gens pour les tuer, notamment, dit-on, avec du zyklon. Le zyklon est un insecticide. Il a été créé après la guerre de 14, il existe encore aujourd’hui. Donc on peut dire qu’au bagne d’Auschwitz, on a gazé des poux ». Cette déclaration, énoncée avec le sérieux et la conviction du parfait historien, est signée Robert Faurisson, l’un des militants les plus connus et les plus acharnés de la négation de la Shoah. Et quand certains s’interrogent encore sur l’injustice que subit ce pauvre Dieudonné, rappelons simplement qu’il a en personne fait acclamer Faurisson en 2008 par le public du Zénith de Paris. Les mots viennent alors à nous manquer.
Ce documentaire réalisé par Michael Prazan revient sur cette construction du négationnisme de la Shoah et sur son évolution contemporaine particulièrement ciblée sur Israël. Le fameux mélange nauséabond entre l’histoire et la politique.
Premier constat, après la guerre, une chape de plomb s’est abattue sur la parole des survivants. L’historienne Annette Wieviorka témoigne. « On n’a pas eu envie de les entendre. Dans le fait de ne pas raconter, il y a eu aussi la peur de ne pas être cru. » Un silence qui profite aux antisémites de tous bords, de Maurice Bardèche à Paul Rassinier, un ancien député socialiste, déporté à Buchenwald. Puis, la parole se libérant, notamment lors du procès d’Eichmann en 1961, la stratégie des négationnistes évolue. Ce sont les aspects techniques de la Shoah qui sont alors contestés. La géopolitique prend également une place plus importante avec le conflit au Moyen-Orient. Israël est accusé de manipulation, d’invention même de l’extermination des juifs. Un refrain repris en chœur par ses opposants, à l’image de Mahmoud Ahmadinejad… Un refrain toujours fredonné de nos jours.