Tuesday, April 28, 2015

Bibi Netanyahou relève mon défi !

Pendant près de 55 ans je n’ai cessé de répéter : « Montrez-moi ou dessinez-moi une chambre à gaz nazie ».
   La première fois a dû se situer vers 1961, lors de ma première visite, à Paris, du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC). J’insistais. Je voulais obtenir une représentation physique et technique de cette chambre aux pouvoirs magiques, c’est-à-dire une photo ou un dessin technique de cette prodigieuse arme de destruction massive sortie on ne sait d’où puisque aucun document n’atteste de sa création ou de son fonctionnement.
  Au cours de la préparation ou du déroulement de cent ou de mille procès engagés contre des « nazis » ou des « collabos » accusés d’avoir directement ou indirectement « envoyé les juifs aux chambres à gaz », les magistrats se sont contentés de témoignages au sujet de ces chambres et, au mépris de toutes les normes et de tous les usages, n’ont pas requis d’enquête médico-légale permettant d’étudier 1) la scène de crime, 2) l’arme par excellence de ce crime exceptionnel, 3) le fonctionnement de cette arme, 4) les cadavres des victimes. On ne connaît qu’une exception à cette absence générale d’enquête médico-légale mais cette exception s’est révélée totalement négative au point que, par la suite, elle semble avoir dissuadé quiconque de réclamer à la police technique et à la police scientifique ce qu’on leur réclame de toute nécessité en cas d’assassinat ou même de suicide. Cette exception est celle du Struthof, dont j’ai si souvent traité, et de l’expertise du professeur René Fabre, doyen de la Faculté de pharmacie de Paris et toxicologue. Son expertise, qui a disparu mais dont, en 1980, j’ai retrouvé les conclusions, est datée du 1er décembre 1945 ; elle est formelle : aucune trace de HCN (acide cyanhydrique) n’a été trouvée dans la prétendue chambre à gaz homicide laissée intacte par les Allemands, ni dans la cheminée d’évacuation, ni dans le sang ou les viscères de prétendus « gazés » soigneusement entreposés et laissés, eux aussi, par les Allemands, lesquels ont pris leur temps pour quitter le camp même du Struthof en 1944. 
   Un point de détail : jamais les spécialistes que j’ai interrogés ne m’ont dit : « Mais, c’est bien simple : allez voir la chambre à gaz du Struthof ou bien celle d’Auschwitz I (que visitent des millions de pèlerins convertis de gré ou de force à la nouvelle religion) ou encore celle(s) de Majdanek ! ». On ne conseille pas à un sceptique d’aller voir de près ce qui risque malencontreusement de renforcer son scepticisme. Parfois mon insistance à obtenir une réponse me valait des menaces de coups ou une interdiction de revenir sur les lieux.
   Mais tout arrive. Une grande figure de l’humanisme juif vient enfin de me répondre : Bibi Netanyahou en personne (voyez sa photo ci-dessous). N’allez pas croire que l’auteur de l’insolent montage a forcé le trait. Son Bibi ne fait ici que reprendre une antique recette : armé de chutzpah et menace à la bouche, il vous impose sous peine de représailles, de croire à un gros mensonge. Rappelez-vous la solennelle déclaration que m’ont faite, en 1979, 34 historiens français, dont le prestigieux Fernand Braudel : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » (Le Monde, journal oblique, 21 février 1979, p. 23).
28 avril 2015


Ceci est la photo d’une réelle
chambre à gaz homicide allemande.

Si vous ne pouvez la voir, c’est que vous êtes un antisémite.