Tuesday, January 13, 2015

Au révisionniste américain Michael Hoffman sur les tueries de Paris


J’admire la qualité de vos questions et je vous remercie de votre compréhension à mon égard. Je traverse l’une des périodes les plus difficiles de ma vie et, par conséquent, je ne suis pas en mesure de vous répondre comme je le souhaiterais. Je n’en ai pas le temps.

Ces différentes tueries de Paris – vingt morts en tout, dont cinq juifs – soulèvent à juste titre l’indignation générale mais, pour mieux les exploiter, les organisations juives affectent d’oublier que c’est en grande partie sous la pression des organisations juives, mondiales ou françaises, que la France s’est lancée dans toutes sortes d’expéditions militaires qui ont provoqué tant de morts dans le monde arabo-musulman. Elles oublient la responsabilité de la France à la fois dans la création de l’Etat postiche d’Israël, dans l’armement nucléaire de cet Etat, dans le sort atroce fait au peuple palestinien au moins depuis 1948. A elle seule, la présence de Nétanyahou à Paris et l’activité que ce criminel y a déployée ont constitué un affront à l’égard de toute une partie du monde arabo-musulman. Ces organisations juives vivent dans la colère et dans la guerre ; dès lors comment peuvent-elles s’étonner de ce que leurs adversaires vivent, eux aussi, dans la colère et dans la guerre ?

Ces tueries nous en rappellent quantité d’autres commises par des juifs qui, par la suite, sont devenus des « héros » de l’histoire juive. Le 25 février 1994, Baruch Goldstein, médecin de l’armée israélienne, a tué au fusil d’assaut vingt-quatre musulmans en prière au Caveau des Patriarches à Hébron et en a blessé cent-vingt-cinq autres avant d’être, à son tour, tué sur place. Nous ne connaissons pas le nombre des victimes que ce « héros juif » a mutilées à vie. Située dans un village avoisinant, sa tombe est devenue un lieu de pèlerinage en Israël. 

Quant à l’hystérie dont la France est la proie en ce mois de janvier 2015, elle a eu un antécédent : celle qui, au mois de mai 1990, a été suscitée à l’occasion de l’affaire dite du « Cimetière de Carpentras ». C’est l’exploitation de cette affaire qui a permis d’intimider le Parlement français et de lui faire adopter ce qu’on appelle « la loi Fabius-Gayssot » du 13 juillet 1990 prévoyant d’un mois à un an de prison et jusqu’à 300 000 F d’amende (aujourd’hui, 45 000 euros), sans compter bien d’autres sanctions, contre ceux qui contestent « l’existence des crimes contre l’humanité » (c’est-à-dire essentiellement les crimes contre les juifs) tels que définis et punis en 1945-1946 par une instance que les vainqueurs avaient, à Nuremberg, baptisé « Tribunal militaire international » : trois mensonges en trois mots. Cette loi, totalement contraire à la Constitution française, a été publiée par le Journal officiel de la République française le 14 juillet 1990, soit le jour anniversaire de la prise de la Bastille. C’est grâce à un mensonge télévisé du président socialiste de l’Assemblée nationale, le millionnaire juif Laurent Fabius, annonçant qu’au cimetière de Carpentras le cadavre d’un juif avait été empalé par l’anus au moyen d’un piquet de parasol, que les Français avaient été portés au comble de l’indignation. Les autorités catholiques avaient fait sonner le grand bourdon de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le président de la République, le socialiste François Mitterrand, avait défilé dans le centre de la capitale à la tête de foules de manifestants. On a vu le même scénario se répéter en 2015 avec Fabius au premier rang de dignitaires en train de « protester », avec l’archevêque de Paris prenant l’initiative de faire sonner les cloches de la cathédrale, avec le socialiste François Hollande, président de la République, défilant, à son tour, dans les rues.

En outre, ces organisations juives affectent de se porter au secours de la liberté d’opinion et de la liberté d’expression mais, en réalité, ce qu’elles exigent, c’est une répression accrue contre « la négation de l’Holocauste ». En France, les progrès du révisionnisme ont été considérables dans ces dernières années, grâce, en particulier, à Internet. Ces groupes veulent donc la censure à la fois d’Internet, de Dieudonné (qui semble pouvoir compter à ce jour plus de quatre-vingts procédures judiciaires contre lui), des révisionnistes et d’autres esprits réfractaires.

Faute de temps, je me permettrai seulement trois remarques pour finir : 1) le titre de Charlie-Hebdo vient, je crois, du nom de Charlie Brown, l’un des personnages de la bande dessinée Peanuts ; 2) Gayssot est le nom d’un ancien député et ministre communiste et la loi Fabius-Gayssot est parfois appelée « loi Faurisson » ou « Lex Faurissoniana » ; je ne saurais plus dire combien de fois j’ai été financièrement condamné sur le fondement de cette loi ; d’autres révisionnistes ont été jetés en prison ou, tel Vincent Reynouard, père de neuf enfants, vont retourner en prison ; pour ma part, je me suis contenté d’avoir eu à subir dix agressions physiques dont huit en France et, en cas de danger immédiat, il arrive que la police française, qui multiplie chez moi perquisitions et confiscations ou tentatives de confiscation, refuse expressément de me protéger des agressions à force ouverte en plein Palais de justice de Paris ; 3) je souhaite pouvoir, dans quelque temps, vous envoyer une version anglaise d’un article de neuf pages (avec illustrations) qui date du 31 décembre 2014 et que j’ai intitulé : 

J’ai écrit ce texte en hommage au professeur Ben Zion Dinur (1884-1973), fondateur de Yad Vashem en 1953 et contraint à la démission en 1959 pour avoir préféré l’Histoire scientifique à la Mémoire juive (http://robertfaurisson.blogspot.fr/2009/03/memoire-juive-contre-histoire-ou.html).


Cher Michael, je vous remercie et vous félicite du travail que vous avez accompli depuis tant de lustres en faveur de la juste cause du révisionnisme historique, et cela dans des conditions si difficiles.
13 janvier 2015