Thursday, October 2, 2014

A Monsieur le Commissaire de police, 35 Avenue Victoria 03200 Vichy (suite)

jeudi 2 octobre 2014
Monsieur le Commissaire,

Je vous demanderais de bien vouloir ajouter, dans ma plainte contre Gregory Chelli, le présent courriel à celui que je vous ai envoyé hier. Il tient en six points que je fais suivre d'une conclusion et d'un avis personnel. 
1) Après avoir, en un premier temps, provoqué la mort du père du journaliste Benoît Le Corre, G. Chelli, en un second temps, a téléphoné au fils éploré pour mieux s'en gausser. Il lui a proposé un match de boxe qui, médiatisé, ne manquerait pas de leur rapporter à tous deux beaucoup d'argent (sic) :

2) Pierre Haski, juif et fondateur de « Rue89 », appelle à la retenue : il déclare sur les ondes de RMC : « Les autorités israéliennes ne bougent pas. Il y a des dizaines de plaintes... Je suis en colère. Si Israël ne répond pas à cette demande, ne prend pas la mesure de la gravité de ce qui se passe, il y a un moment où il faudra parler de complicité » :


3) Le Monde papier ne s'est toujours pas décidé à évoquer l'affaire ; en revanche, « Le Monde.fr » s'y attarde et il convient de lire, en plus de son article proprement dit, les deux articles auxquels il renvoie (voy. « Lire » et « Lire aussi ») :

4) Le Parisien apporte sa contribution :


5) « Panamza », à son habitude, reste particulièrement attentif à l'affaire :

6) Je n'ai pas encore trouvé le temps de le vérifier mais il semble que, ce matin, sur RMC, au cours de l'émission de Jean-Jacques Bourdin, l'affaire Chelli et mon nom auraient été évoqués et un auditeur particulièrement averti serait intervenu dans la discussion. 

– Conclusion à ce jour, suivie de mon avis –

L'affaire Grégory Chelli a pris son envol. A lire les commentaires dont s'accompagnent les textes, nombre de lecteurs sont particulièrement indignés par le comportement de la police et de la justice françaises dans cette affaire.
A mon avis, cette affaire permet une plongée non seulement dans la psyché d'un Gregory Chelli mais dans le comportement de toute une frange de l'activisme juif. On y retrouve tous les éléments d'une longue tradition historique observée par ce groupe : arrogance, menaces, terreur, diffamation, injures, collaboration assurée de la police et de la justice du pays concerné ainsi que des médias, inventions vicieuses dans le but de nuire, cynisme, argent, toujours plus d'argent, plaintes, larmes, gémissements, mensonges étourdissants à vous couper le souffle, appels aux guerres, aux croisades, aux expéditions punitives, boycott, délation, procès perpétuels, cinéma perpétuel, télévision perpétuelle, nombrilisme, orgueil, coloniser, soumettre, voler, duper, tricher. A la fin, se plaindre de n'être aimé en aucun pays, en aucun temps, en aucun régime politique ! 
Tels sont les éléments qui caractérisent l'activisme judéo-juif de Gregory Chelli d'Ashdod et de ses pareils. Quant aux juifs qui appellent à la retenue, ils sont, eux aussi, inquiets de cette HYSTERIE. Or, cette hystérie, nous n'avons pas même le droit de la décrire ! La France fait partie des pays qui, sous la pression de groupes représentatifs, se sont dotés de lois spéciales qui nous interdisent de manifester notre désarroi, notre fatigue, notre DÉGOÛT !  
Veuillez recevoir, Monsieur le Commissaire, mes salutations distinguées.
Robert Faurisson