Friday, August 8, 2014

Un signe encourageant ?



Bien avant de m'intéresser au mythe du génocide des juifs et des chambres à gaz nazies, j'avais consacré une partie de ma vie à une méticuleuse enquête historique portant sur « l'Epuration » dans quelques communes du Confolentais (ou Charente limousine). Je me proposais d'en tirer un ouvrage. Le sort en a décidé autrement et j'ai dû me contenter de résumer cette enquête en une étude et un article d'abord publiés dans la Revue d'histoire révisionniste (RHR) et finalement rassemblés dans le volume III de mes Ecrits Révisionnistes (ER) :

«Chronique sèche de l'épuration. Exécutions sommaires dans quelques communes de Charente limousine» (RHR n° 4, février-avril 1991, p. 25-50 ; ER III, p. 1265-1287) 

«Un monument de propagande (Le Mémorial de la Résistance charentaise)» (RHR n° 5, novembre 1991, p. 15-22 ; ER III, p. 15-22) 

Sur le sujet on peut également lire :

«Prix Staline à Guy Hontarrède» [il s'agit d'un pastiche dont la cible est un instituteur communiste, historien de la Résistance], 1 décembre 1988 (ER I, p. 843)


Ai-je besoin de le préciser, j'avais, pendant plusieurs années, mené mon enquête dans des conditions difficiles. J'étais allé interroger des familles de fusillés ou de morts sous la torture mais aussi des fusilleurs ou des tortionnaires. A l'époque, le Parti communiste français avait pignon sur rue et, dans quelques milieux, il continuait de dicter sa loi. De ce point de vue les temps ont heureusement changé mais on reste encore quelque peu timide sur le chapitre des belles heures de Charles-le-Fusilleur et du PCF.

Il n'empêche que les médias officiels s'enhardissent parfois de nos jours à enfreindre les oukases et à reconnaître qu'un révisionniste – oh pardon ! un négationniste de la pire espèce, tout de même qualifié d'« historien » – peut être exact.

C'est ce qu'on pourra constater en lisant ci-dessous un article récent de La Charente libre relevé et commenté par « Bocage » , que je remercie.

***
[Bocage, le 6 août 2014]
Le quotidien régional La Charente libre publiait le 4 août sur son site un intéressant article intitulé «1944: la part d'ombre des maquisards » (la version papier a pour titre «Les exécutés de la première heure») qu'on trouvera à l'adresse suivante: http://www.charentelibre.fr/2014/08/04/1944-la-part-d-ombre-des-maquisards,1908180.php
Si nous en parlons, c'est qu'il est agréable de constater que lentement – très lentement  la vérité se fait jour. Expliquons-nous :
La Revue d'histoire révisionniste (encore elle ! chez Akribeia !), n° 4 de février/avril 1991, avait publié un article du professeur Faurisson intitulé «Chronique sèche de l'Epuration / Exécutions sommaires dans quelques communes de Charente limousine», qui commençait par ces mots:

<< Au cours des années 60 et au début des années 70, Robert Faurisson avait mené sur l'Epuration une enquête limitée aux exécutions sommaires de l'été 1944 dans une partie de la Charente appelée Charente limousine ou Confolentais. Cette enquête, particulièrement méticuleuse, aurait dû paraître sous le titre de « Chronique sèche de 78 jours d'Epuration dans quelques communes du Confolentais ». Les difficultés rencontrées par le professeur dans son autre enquête sur les chambres à gaz et le génocide allaient l'empêcher de mener à bien son travail sur l'Epuration. Il n'est pas exclu que sa « Chronique » paraisse un jour mais nous avons souhaité en publier quelques fragments. La RHR le remercie de lui avoir ouvert ses archives. >>

Henri Amouroux, dans le volume 8 de La Grande Histoire des Français sous l'Occupation, s'était abondamment inspiré des travaux du Professeur mais dans la liste des 575 personnes à qui il adressait ses remerciements, le nom de Robert Faurisson avait été omis...
Or, aujourd'hui, La Charente libre à la fois met quelques pendules à l'heure sur les horreurs de l'Epuration mais elle rend aussi à César ce qui est à César et à Faurisson ce qui lui était dû. On y lit :
[Intertitre :] L'épuration avant l'épuration

A Ruelle, dans les cahiers de Guy Hontarrède et les documents, parfois récupérés jusqu'en Allemagne, qu'il a confiés aux archives départementales, il y a des noms, des faits. Des horreurs, parfois: « des exécutions sommaires ». Guy Hontarrède en a recensé une centaine. C¹est aussi à peu de chose près la liste établie par l'historien négationniste Robert Faurisson, dont, cette fois, les chiffres ont été validés.

Henri Amouroux les a repris dans son Histoire des Français sous l'occupation« J'ai vérifié dans les archives de l'état civil. C'est exact »

[...]