Friday, January 10, 2014

De la bouche du cheval...


Les révisionnistes aiment à souligner que la croyance en « la Shoah » est vraiment au centre de la vision du monde qu'on cherche à nous imposer. (Au centre de ce centre trône la Magique Chambre à Gaz, une véritable imposture en majesté).
Voilà que, sans le vouloir, un universitaire bien lourdaud et quelque peu nigaud, Denys de Béchillon, professeur de droit public à l'université de Pau, nous confirme en son jargon que les révisionnistes, au moins sur ce point, ont raison.
Extrait de son interview lue dans Le Monde daté de ce jour (« Affaire Dieudonné : "Une réponse adaptée à une situation extraordinaire" »):
Une Constitution, c'est le vecteur premier de la cohésion d'un pays. Il est donc très judicieux de rappeler que notre existence contemporaine, comme nation, s'est définie aussi dans la lutte contre la barbarie nazie, dans la conscience du génocide des juifs d'Europe, et donc dans le principe de la lutte contre l'antisémitisme (et a fortiori le négationnisme).
Je remercie la belle Mérée Drante de m'avoir signalé cet entretien, d'avoir proposé cet extrait et d'avoir noté que « cet article tout frais corrobore » les dires des révisionnistes.
10 janvier 2014