Saturday, September 21, 2013

« La Shoah » : effets désastreux de l’endoctrinement des jeunes


                                                                                                             à Annick D…
Voilà des lustres que je dénonce la nocivité de toutes ces tentatives d’enseignement de « la Shoah » dans nos écoles ou ailleurs.
Il y a dix ans, Mara Goyet, qui, à l’époque, n’avait pas encore trente ans, enseignait l’histoire et la géographie dans un collège de la région parisienne, plus précisément dans le département de la Seine-Saint-Denis (chef-lieu : Bobigny). Sous le titre Collèges de France (Fayard, 2003, 208 p.) elle a publié une collection piquante et vivace de 95 eaux-fortes sur son expérience d’enseignante en milieu « sensible ».
Le récit intitulé « Aller au théâtre » (p. 89-90) tient en deux actes.
Deux classes travaillent sur le concours de la Résistance. D’anciens résistants viennent au collège leur parler. Ils les trouvent sympathiques et décident d’inviter tous les troisièmes de l’établissement à une pièce de théâtre relatant l’histoire d’une famille juive pendant la guerre. Tout cela se fait au dernier moment, s’improvise : et hop ! tous au théâtre.
Les lumières s’éteignent et le chaos commence. Pendant une heure et demie les élèves hurlent, s’esclaffent, insultent les acteurs. A une femme en tenue de déportée : « A poil, salope ! » A un père qui dit adieu à son enfant : « Pédophile ! » D’autres crient : « A la douche, à la douche ! » Une heure trente abominable. Les lumières se rallument. L’un des acteurs vient annoncer que la troupe refuse de saluer. Quelques profs sont en larmes. Les résistants qui avaient invité tout le monde partent, certains pleurent. Le malaise est général. Un élève monte sur la scène et crie à ses camarades : « Frères musulmans, mes frères, ce que nous avons fait est mal, nous n’avons pas respecté le travail de ces acteurs… »
Les jours suivants, le collège est en émoi, des discours sont tenus aux élèves. Ces derniers décident de se rattraper. Ils bricolent une invitation qu’ils distribuent aux anciens résistants et déportés de la commune ainsi qu’aux acteurs et au metteur en scène, les conviant à une rencontre dont le contenu reste secret. Au passage, la jeune fille qui distribue le tract traite de salope une prof qui, selon elle, aurait « mal pris le papier ». Par la suite, cette même charmante jeune fille, après une vraie minute de silence à la mémoire des morts (ce qui est un exploit), lit une lettre d’excuse et remet des fleurs aux résistants, aux acteurs et aux profs. Beaucoup pleurent. Les élèves vont ensuite au cimetière déposer des fleurs sur le monument consacré aux morts en déportation.
Je ne sais s’il faut hurler de rire ou vomir devant ce repentir hollywoodien : peut-être les deux (mais dans quel ordre ?).
A vrai dire, les deux actes sont à rire ou à vomir. Et, dans les détails, ils sont pleins d’un enseignement que la loi Fabius-Gayssot, parue au Journal officiel de la République française le 14 juillet 1990, interdit de tirer sous peine d’une condamnation 1) à un an de prison, 2) à une amende de 45 000 €, 3) à bien d’autres peines financières, 4) à une mise au ban de la société et/ou à la perte de son emploi, 5) à subir des coups et des blessures qui ne seront jamais sanctionnés, en particulier si les agressions se sont produites dans lenceinte dune université ou dun palais de justice du fait de milices juives collaborant avec la police française (à ce sujet voyez larticle « Milices juives : Quinze ans — et plus — de terrorisme, en France », dans le présent blog à la date du 1er juin 1995 et dans mes Ecrits révisionnistes (1974-1998), vol. IV, p. 1694-1712).
21 septembre 2013