Tuesday, May 11, 2010

L’Epuration en Charente : Lettre au Directeur responsable de "La Charente libre"


Objet : L’Epuration en Charente

A Monsieur le Directeur responsable de La Charente libre


Monsieur le Directeur,

Dans votre livraison du 8 mai 2010, Ismaël Karroum signe un article intitulé « L’Epuration, les heures sombres de la Libération ». Non sans raison il écrit : « A l’heure où l’on célèbre, ce 8 mai, les 65 ans de la reddition allemande les plaies de l’épuration et de la collaboration restent souvent taboues ».

Me permettrez-vous, cependant, quelques réserves ?

Ma première réserve concerne le cas de Françoise Armagnac. Celle-ci est née en 1918 à Saint-Quentin-sur-Charente. Cultivatrice, elle a épousé Georges Pénicaut, cultivateur, le 4 juillet 1944, en l’église Saint-Pierre de Chabanais. Le lendemain de son mariage, elle a été fusillée par les communistes du « Maquis Bernard » à Bel Air, commune d’Exideuil-sur-Charente. L’auteur de l’article précise d’abord qu’elle « a été abattue le jour de sa noce », ce qui est inexact, puis, plus loin, qu’elle a été « exécutée », « dans sa robe de mariée », le 5 juillet, c’est-à-dire le lendemain de son mariage, ce qui, cette fois-là, est exact. Il la nomme Françoise d’Armagnac et en fait une « châtelaine ». Or Françoise Armagnac ne portait pas de particule à son nom ; elle n’était nullement châtelaine et sa demeure, loin d’être un château, n’était qu’un chalet. Contrairement à ce qui se colportait alors, elle n’était pas « chef de centaine » (de la Milice armée) mais « cheftaine » (de guides). I. Karroum dit que, dans son journal intime, elle « évoque ses réunions à la Milice ». Il est exact qu’elle s’est inscrite à la Milice (non armée) et qu’elle a été présente probablement à quatre réunions où, vu ses compétences de cheftaine, elle a été chargée de surveiller les enfants de ceux qui assistaient aux « séances de formation ». Elle a démissionné de la Milice par lettre recommandée du 7 août 1943. D’après Robert Dumarrousem, responsable de la Milice à Chabanais, que j’ai interrogé après la guerre, elle aurait déclaré à ce dernier : « Vous exagérez dans vos attaques contre les juifs et les francs-maçons : ce sont aujourd’hui des gens pourchassés ».

Ma seconde réserve porte sur Guy Hontarrède, qui nous est montré en photo. On nous vante ses « travaux de référence sur la Charente pendant la Seconde Guerre mondiale ». Il se serait « plongé dans cette période avec la passion et la rigueur de l’historien ». A mon avis, si l’auteur d’Ami, entends-tu ?, publié par l’Université populaire de Ruelle, manifeste quelque rigueur, ce serait celle d’un rouge épurateur plutôt que celle de l’historien. A propos de l’Epuration il ose affirmer : « A l’été 1945, ça n’intéresse plus grand monde.» C’est oublier que, pendant des années après la guerre, toute une partie de la presse, en particulier, chez les communistes, a réclamé et obtenu la poursuite de l’Epuration malgré des mesures d’amnistie. A lui seul, le général de Gaulle, de l’automne 1944 à janvier 1946, avait déjà refusé sa grâce à 768 condamnés à mort (Marc-Olivier Baruch, dans le Dictionnaire de Gaulle, Paris, Laffont, 2006, p. 446) mais on peut dire que l’histoire de l’Epuration va de 1943 à 1958.

Enfin, il me semble que d’autres points de cet article gagneraient à être précisés ou rectifiés. Certains sont bénins (par exemple, les partisans du maréchal Pétain sont des « Vichystes » et non des « Vichyssois ») tandis que d’autres points sont importants. A ce titre, je me permets de vous signaler sur le sujet de l’Epuration en Charente limousine deux de mes études datant de 1991 et que vous pourrez consulter aux adresses suivantes : http://robertfaurisson.blogspot.com/1991/04/chronique-seche-de-lepuration.html et http://robertfaurisson.blogspot.com/1991/11/un-monument-de-propagande-le-memorial.html. La première porte pour titre : « Chronique sèche de l’Epuration. Exécutions sommaires dans quelques communes du Confolentais » et la seconde s’intitule : « Un monument de propagande (“Le Mémorial de la Résistance charentaise”) ».

En particulier au château de Pressac, près de Chabanais et Saint-Quentin, le « Maquis Bernard » (communiste) a fusillé ou tué sous la torture, en deux mois, près de 80 personnes dont Françoise Armagnac-Pénicaut. Les maquisards ont contraint deux miliciens, qu’ils avaient capturés, à fusiller Madame Besson, de Roussines, âgée de 22 ans, mère de deux enfants et enceinte de sept mois ; son mari, chauffeur de car, venait d’être fusillé ; l’un des deux miliciens, menuisier à La Péruse, un petit homme aux apparences parfois d’un simple d’esprit, m’a déclaré : « Après l’exécution de la mère, l’enfant bougeait encore ; c’est depuis ce temps que je suis un peu simple ». Ont été fusillés le même jour le général Nadal, de Chantrezac, et son fils, âgé de 22 ans ; le gros arbre ayant servi de poteau d’exécution en cette circonstance et en d’autres n’a pu être vendu après la guerre car, percé de trop de balles, il ne pouvait être débité à la scie. Madame Soury-Lavergne, de Rochechouart, a été fusillée pour avoir protesté contre l’exécution de son mari. En particulier à Cherves-Chatelars et à Jayat, situé dans la commune de Montemboeuf, le « Maquis Chabanne » (socialiste et gaulliste) a fusillé ou tué sous la torture, en un peu plus d’un mois, environ 50 personnes. Après torture, sept cultivateurs de la petite commune de Couture ont été fusillés : un père avec son fils, un autre père avec son fils, un homme avec son frère et, enfin, un septième homme ; les cadavres ont été jetés dans un puisard et il a fallu aux familles 28 années de démarches pour obtenir leur exhumation. Des soldats allemands, faits prisonniers, ont été fusillés et, pour certains, leurs cadavres gisent encore aujourd’hui aux « trous de renard » près de l’ancien Moulin de Jayat ; l’association des sépultures allemandes, avisée du fait et se rendant sur les lieux, a renoncé aux exhumations probablement à cause de pressions locales. Sept femmes ont été fusillées ; l’une d’entre elles avait 77 ans ; elle a été exécutée en même temps que sa sœur, âgée de 70 ans, et que l’époux de cette dernière, un infirme qui, avec ses deux béquilles, a dû gravir le raidillon menant au lieu d’exécution situé près du petit « camp de concentration » (sic) placé sous la responsabilité de l’ancien saint-cyrien Jean-Pierre Rogez. Quant à Albert Heymès, curé de Saint-Front, il est mort à Cherves des suites des tortures qui lui ont été infligées. Portant l’écriteau « Femme de curé », Joséphine Adam, sa servante, a été fusillée.

Quant au Mémorial de la Résistance charentaise, situé à Chasseneuil-sur-Bonnieure, il est un monument de propagande entaché de falsifications. Sur 2029 corps enterrés, 1843 sont ceux de soldats de la guerre de 1939-1940, la grande majorité d’entre eux étant des Nord-Africains, des Africains et des Indochinois. Seuls 186 corps sont ceux de Résistants. La crypte a été conçue pour abriter des corps de « fusillés, déportés, combattants tués face à l’ennemi » mais elle contient aussi des morts dans des accidents d’avion, de voiture ou de camion ainsi que des personnes mortes dans leur lit bien après la guerre, l’une d’elles en 1991.

La conclusion de l’article est sobre mais parlante. I. Karroum y cite Jacques Baudet, historien angoumoisin, né en 1946 à Saint-Claud ; des années après la Libération, ce dernier était averti par ses parents : « T’as entendu mais tu dis rien ». I. Karroum conclut à son tour : « Soixante-cinq ans plus tard, on en dit à peine plus. » Votre journaliste n’a pas tort et, en un sens, l’esprit d’épuration continue de nos jours. Les dieux ont soif.

Recevez, je vous prie, Monsieur le Directeur, mes salutations distinguées. RF

11 mai 2010