Thursday, July 23, 2009

« Un fouille-merde » ? Ou, plutôt, «un chercheur qui trouve ce qu’il ne fallait pas trouver» ?


A un beau-frère qui me suspecte de n’être, avec mon révisionnisme, qu’ « un fouille-merde » je viens d’adresser une lettre dont voici la fin :

[…] A propos de cette rencontre autour d’un verre, je me souviens que, faisant allusion à mon combat révisionniste, tu m’as dit, gentiment et avec le sourire, que j’étais un « fouille-merde » (sic). Instantanément il m’est venu aux lèvres une question qu’en fin de compte, à cause de la présence de Michel A.…, j’ai préféré rengainer. Cette question était : « Comme Galilée… ? ».

Le scientifique que tu es doit savoir que, si la science est allée de l’avant, c’est grâce à pléthore de « fouille-merde » qui ont « nié l’évidence », « cherché à y voir de plus près », « voulu revoir », quitte à contrarier femme, enfants, famille, belle-famille, le ban et l’arrière-ban, les donneurs de leçons morales et autres ainsi que les gros malins qui savent, eux, que rien ne vaut les charentaises, les honneurs, la bonne réputation.

J’ose espérer qu’un jour, à mon enterrement ou peu après, tu iras disant : « J’ai connu Robert Faurisson. Il était mon beau-frère. Son malheur tient en quelques mots : il était un chercheur ; mieux ou pis, il était un chercheur qui trouvait ; encore mieux ou encore pis, il trouvait ce qu’il ne fallait pas trouver. » Ainsi soit-il ! – Bien à toi. RF

Dans cette fin de lettre, la comparaison que je fais de mon cas avec celui de Galilée m’embarrasse quelque peu et me rappelle les premiers mots de Céline dans Bagatelles pour un massacre : « Je suis tout de même un peu gêné par mon raffinement… Que va-t-on dire ? Prétendre ?... Insinuer ?... ». A ma décharge j’invoquerai ici l’usage qui veut que, dans ce type de comparaison, on en appelle à des exemples stéréotypés et à des personnages historiques.

Quant à produire un exemple de ce qu’il ne fallait surtout pas trouver, je citerais, parmi bien d’autres découvertes, celle qui m’a permis d’accéder, dans les archives du Musée d’Etat d’Auschwitz, le 19 mars 1976, aux plans des crématoires d’Auschwitz et de Birkenau. Les historiens officiels s’étaient bien gardés de les reproduire dans leurs ouvrages. Et pour cause ! Lesdits plans révélaient que ces crématoires n’avaient, en fait de prétendues chambres à gaz d’exécution, possédé que de très ordinaires dépositoires (« Leichenhalle » ou «Leichenkeller») ou encore d’autres pièces tout aussi banales qui peuvent se rencontrer dans un bâtiment de crémation ; par voie de conséquence, ces plans prouvaient aussi que le meurtre de masse imputé aux Allemands était techniquement impossible. Par la suite, il m’a fallu un combat de trois ans pour obtenir la publication du premier de ces plans ; cela s’est fait dans un hebdomadaire espagnol qui s’est cru obligé de titrer « Robert Faurrisson, el abogado póstumo de Hitler, ‘Las cámaras de gas son mentira’ » (Interviu, 22-28 février 1979, p. 64-66). On connaît la réplique qu’à la même époque allaient me faire trente-quatre historiens patentés, à commencer par Fernand Braudel : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » (Le Monde, 21 février 1979, p. 23). Depuis cette ânerie universitaire, qui remonte à trente ans, je n’ai, à ce jour, obtenu aucune autre réponse digne de ce nom, y compris d’un Jean-Claude Pressac ou d’un Robert Jan van Pelt.

23 juillet 2009