Monday, December 26, 2005

Révisionnisme en Iran, en France et dans le monde

Par ses récentes déclarations sur « le mythe de l’ « Holocauste », le président iranien a imprimé un nouvel élan au développement du révisionnisme historique. De cet élan témoigne l’échange suivant de correspondance entre le directeur général de l’Institut Neda des sciences politiques de Téhéran et le Français Robert Faurisson.


Dr Jawad Sharbaf, directeur général de l’Institut Neda des sciences politiques (Téhéran) au professeur Robert Faurisson, le 19 décembre 2005

Monsieur le Professeur,

Je saisis cette occasion pour vous exprimer, à vous-même et à tous les révisionnistes, le profond regret qu’inspire à l’Institut Neda des sciences politiques la résolution de l’ONU relative à la « Journée de l’Holocauste » [1er novembre 2005]. Les récentes remarques du Président Mahmoud Ahmadinejad mettant en doute l’« Holocauste » ont créé une situation favorable au révisionnisme. A l’heure présente nous pensons qu’indubitablement le Président fera tout ce qui est en son pouvoir si vous prenez contact avec lui et lui demandez son assistance pour l’organisation d’une Conférence internationale sur le révisionnisme. Au cas où, à cet égard, vous auriez besoin de notre aide, n’hésitez pas à vous mettre en rapport avec nous.

Nos meilleurs vœux vous accompagnent.

Dr Jawad Sharbaf, directeur général de l’Institut Neda des sciences politiques



Professeur Robert Faurisson au Dr Jawad Sharbaf, le 26 décembre 2005

Monsieur le Directeur général,

Je vous remercie vivement de votre message et de votre proposition touchant à l’organisation d’une conférence internationale révisionniste. En novembre 2000, j’avais eu l’honneur d’être reçu à Téhéran pendant une semaine à l’invitation d’un office du gouvernement iranien. A cette occasion, j’avais fait la connaissance de votre institut où m’avaient accueilli le Dr Soroush-Nejad et un groupe de professeurs ; l’un de ces derniers achevait alors la traduction en persan de mon Mémoire en défense contre ceux qui m’accusent de falsifier l’histoire (1980). Durant ces cinq dernières années, où nous avons maintenu des contacts, j’ai pu voir que les responsables politiques de votre pays hésitaient à dénoncer le mensonge du prétendu « Holocauste » des juifs, un mensonge dont les ravages qu’il exerce depuis plus d’un demi-siècle, en particulier aux dépens du peuple palestinien, sont un désastre qui s’aggrave d’année en année. J’espérais qu’un jour un haut responsable politique aurait le courage de lancer à la face du monde que cet « Holocauste » n’est qu’une légende ou un mythe. Le 8 décembre 2005 – une date qui restera dans l’histoire – le président de votre pays, Mahmoud Ahmadinejad, – un nom qui s’inscrira dans l’histoire – a osé émettre des doutes sur la réalité historique du prétendu « Holocauste ». Le 12 décembre, il en a parlé comme d’un « mythe ». Il a, par ailleurs, pris la défense du droit des révisionnistes à s’exprimer librement. Le 22 décembre, en Egypte, le chef spirituel des Frères musulmans, Mohamed Mehdi Akef, a aussi utilisé le mot de « mythe » mais non sans se rétracter en partie quelques jours plus tard tant ce mythe est puissant et intimidant. Le 23 décembre, un officiel iranien, Mohamed-Ali Ramin, responsable de la Société pour la défense des droits des minorités musulmanes en Occident, a déclaré que votre président souhaite que les gouvernements européens permettent à leurs universitaires de publier librement le résultat de leurs recherches sur l’« Holocauste ».

Ce 1er novembre, à l’unanimité et sans vote, les représentants des 191 nations constituant l’ONU ont adopté un projet de résolution israélien qui proclame le 27 janvier « Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste ». En outre, ce texte « rejette tout déni de l’Holocauste en tant qu’événement historique, que ce déni soit total ou partiel ». Sont ainsi visés tous ceux qui, tels les révisionnistes, exigent un réexamen des preuves et des témoignages sur lesquels repose la thèse du prétendu « Holocauste » des juifs. Pour l’essentiel, les tenants de cette thèse affirment que, pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands 1) auraient eu une politique d’extermination physique des juifs ; 2) auraient mis au point et utilisé de vastes abattoirs humains appelés chambres à gaz (à ne pas confondre avec les fours crématoires qui, eux, n’avaient rien de criminel) et 3) auraient provoqué, par ce moyen et par d’autres moyens, la mort de six millions de juifs.

Le projet de résolution israélien a été adopté par un tour de passe-passe que j’ai décrit dans un texte dont vous avez pris connaissance et que j’ai intitulé «L’ONU met le révisionnisme au ban de l’humanité ».

L’accusation portée par les juifs contre le peuple allemand constitue une calomnie. Marqué du signe de Caïn, ce peuple n’a eu jusqu’ici d’autre ressource que de s’abîmer dans la contrition pour un crime qu’il n’a jamais commis. Soixante ans après la guerre, l’Allemagne est toujours en état de sujétion et n’a pas encore eu le droit à un traité de paix. Les dirigeants allemands (et autrichiens) ne cessent de demander pardon et de verser de colossales «réparations» financières aux organisations juives ou sionistes ainsi qu’à l’Etat d’Israël. Depuis soixante ans, ces dirigeants vivent dans la hantise de provoquer la colère des juifs ; aussi les voit-on réprimer dans leurs pays tout signe de révisionnisme historique. En Allemagne, en Autriche mais aussi dans bien d’autres pays d’Europe, les juifs ont fini par obtenir l’adoption de lois spéciales destinées à protéger de toute contestation leur propre version de l’histoire de la seconde guerre mondiale.

L’imposture de l’« Holocauste » est l’épée et le bouclier de l’Etat juif ; elle en est l’arme n° 1. Elle permet aux juifs et aux sionistes de mettre en accusation le monde entier : d’abord l’Allemagne du IIIe Reich qui aurait commis un crime abominable et sans précédent, puis le reste du monde qui l’aurait laissée commettre ce même crime. Les extrémistes juifs et les sionistes en sont venus à accuser de complicité de « crime contre l’humanité » Churchill, Roosevelt, Truman, Staline, De Gaulle, le Pape Pie XII, le Comité international de la Croix-Rouge, ainsi que tous les pays qui ont pris part à la seconde guerre mondiale et même tous les pays neutres, à commencer par la Suisse. Tous sont accusés d’avoir été indifférents à la tragédie et d’avoir laissé exterminer le peuple juif !

C’est ainsi qu’en prenant position aujourd’hui contre le mensonge de l’« Holocauste », l’Iran se trouve défendre non seulement la Palestine et le monde arabo-musulman mais aussi toute une partie du genre humain contre une gigantesque entreprise de diffamation, de chantage et d’extorsion.

Vous me faites savoir que, grâce au président Ahmadinejad, l’occasion s’offre enfin d’envisager la tenue d’une conférence internationale sur le révisionnisme.

Vous savez certainement que les révisionnistes s’apprêtaient à tenir une telle conférence à Beyrouth, du 31 mars au 2 avril 2001. Mais les pressions israéliennes et américaines s’étaient alors faites si menaçantes que M. Rafik Hariri, premier ministre du Liban, avait dû nous interdire la tenue de cette conférence. Nous serions donc heureux de nous retourner aujourd’hui vers le président Ahmadinejad et de solliciter son aide pour la tenue d’une conférence dans votre pays. Cependant, compte tenu des circonstances, un tel projet nous semble malheureusement irréalisable à l’heure présente. Permettez-moi, je vous prie, de vous expliquer pourquoi.

Les principaux révisionnistes, qui, en 2001, auraient participé à la conférence de Beyrouth, se trouvent maintenant soit en prison, soit en exil, soit dans une situation précaire qui leur interdit tout franchissement de frontières et tout passage par un aéroport international.

Prenons le cas dramatique d’Ernst Zündel. Marié à une Américaine et vivant pacifiquement dans l’Etat du Tennessee, il a été arrêté devant son domicile le 5 février 2003 et jeté en prison sous un prétexte mensonger. Puis, il a été livré au Canada où, pendant plus de deux ans, il a croupi en prison de haute sécurité dans des conditions dégradantes. Enfin, il a été livré par le Canada à l’Allemagne où il est aujourd’hui en prison à Mannheim, en attente d’un procès pour révisionnisme. Au Canada, comme en Allemagne, les révisionnistes sont privés du droit de se défendre. Dans ces pays, quand un homme est accusé de révisionnisme et qu’il se retrouve devant un tribunal, le juge commence, selon la routine, par lui faire prêter serment de dire la vérité. Mais si, dans la minute qui suit, l’accusé dit par exemple : « J’affirme que les prétendues chambres à gaz nazies n’ont pas existé parce que la vérité – que je me fais fort de démontrer – est qu’elles n’ont pas pu exister », le juge l’interrompt immédiatement. Le juge canadien lui dira : « Devant ce tribunal spécial [baptisé « Tribunal canadien des droits de la personne »] l’argument de vérité n’est pas un moyen de défense » (« Truth is no defense »). Quant au juge allemand, il lui dira : «Vous n’avez pas le droit de contester ce qui est ‘de notoriété publique’ («offenkundig ») ». Ainsi ni le révisionniste en question ni ses avocats ne pourront présenter une défense sur le fond. Au Canada, le juge Pierre Blais, présidant seul, sans jury et sans appel possible, ce tribunal d’exception, est allé jusqu’à interroger, contre Ernst Zündel, des témoins anonymes en chambre close. Puis, à Mannheim, le président du tribunal a récusé successivement les quatre avocats qu’Ernst Zündel s’étaient choisis, et cela parce qu’il les soupçonnait de révisionnisme.

Toujours aux Etats-Unis, près de Chicago, l’Allemand Germar Rudolf a été kidnappé dans le même style, arraché à son épouse américaine et à leur enfant et livré à l’Allemagne ; il est en prison à Stuttgart.

Le Belge Siegfried Verbeke a été arrêté à l’aéroport d’Amsterdam et livré par les Pays-Bas à l’Allemagne ; il est en prison à Heidelberg.

L’historien britannique David Irving a été arrêté alors qu’il était en déplacement en Autriche et il est maintenant en prison à Vienne.

Ces quatre personnes encourent une peine de plusieurs années de prison sauf peut-être David Irving si, comme le laisse entendre son avocat, il se rétracte, exprime son repentir et en appelle à l’indulgence du tribunal.

D’autres révisionnistes sont en prison en Allemagne ou en Autriche, notamment l’avocat Manfred Roeder, l’ancien proviseur Ernst G. Kögel et le chimiste Wolfgang Fröhlich.

L’Allemagne est devenue le « Guantanamo » d’Israël par l’intermédiaire d’une sorte de maffia juridico-policière qui, aux Etats-Unis et au Canada, s’en prend aux révisionnistes (et à certains Arabo-Musulmans) dans le cadre, bien commode, de la « lutte contre le terrorisme ».

En Suisse, sont récemment sortis de prison, mais pourraient y retourner, les révisionnistes Gaston-Armand Amaudruz (84 ans) et René-Louis Berclaz.

D’importants révisionnistes vivent en exil dans des conditions difficiles. Je m’abstiendrai de livrer leurs noms ainsi que les noms des pays où ils ont trouvé refuge.

Reste le cas des révisionnistes qui ne sont ni en prison ni en exil. Leur existence n’en est guère plus enviable. La police les harcèle, les tribunaux les condamnent. Pour s’en tenir à la France, Jean Plantin (poursuivi à Lyon), Vincent Reynouard (poursuivi à Limoges) et Georges Theil (poursuivi à Grenoble, à Limoges et à Lyon) ont été ou bien sont sous le coup de condamnations diverses, y compris des peines de prison ferme. Le député européen Bruno Gollnisch va comparaître devant un tribunal de Lyon simplement pour avoir dit qu’il souhaitait que les historiens puissent s’exprimer librement sur le problème de l’existence des chambres à gaz nazies ! Moi-même, j’aurai à comparaître le 20 juin 2006 devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir accordé à la chaîne de télévision iranienne «Sahar» une interview téléphonique au contenu révisionniste ; la plainte a été déposée à Paris par M. Dominique Baudis, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

Fredrick Töben, citoyen australien d’origine allemande, développait son activité révisionniste en Australie et sur l’Internet. De passage en Allemagne et voulant enquêter à la source sur la répression judiciaire du révisionnisme dans ce pays, il s’est retrouvé en prison. De retour en Australie, il s’y est vu infliger un « gag order », c’est-à-dire qu’il est en principe réduit au silence sous peine de condamnation d’office.

En Pologne, en Tchéquie, en d’autres pays d’Europe, des révisionnistes sont également poursuivis et condamnés.

En Suède, Ahmed Rami mène avec un courage indomptable un combat, à la fois pour l’Islam et pour le révisionnisme, qui lui a valu de connaître la prison.

En Allemagne, le nombre des publications brûlées par la police pour cause de révisionnisme n’est pas officiellement connu mais il pourrait être considérable. De même au Canada.

Je n’évoquerai pas ici les interdictions professionnelles de toutes sortes en divers pays ainsi que les drames familiaux et les suicides provoqués par la répression. En Allemagne, à Munich, le 25 avril 1995, le révisionniste Reinhold Elstner s’est immolé par le feu pour protester, avait-il écrit, contre « le Niagara de mensonges » déversé sur son peuple. La grande presse allemande a passé sous silence son acte héroïque et la police allemande a, sur ordre, confisqué les bouquets déposés à l’endroit du sacrifice et procédé à l’interpellation de ceux qui, par ce geste de compassion, témoignaient de leur propre souffrance. En France, des groupes armés juifs pratiquent impunément la violence jusque dans l’enceinte du palais de justice de Paris. Personnellement, de 1978 à 1993, j’ai subi dix agressions physiques de la part de juifs qui n’ont, pour autant, jamais été jugés.

Si les juifs et les sionistes usent ainsi de la violence physique et de la répression judiciaire, c’est parce que, sur le plan de l’argumentation scientifique et historique, les révisionnistes les ont battus à plate couture. Le drame des juifs et des sionistes, c’est qu’ils ont menti et que cela se sait de plus en plus. Certains juifs et même certains Israéliens semblent en avoir conscience. En nombre infime, quelques-uns ont eu le courage de déclarer leur scepticisme quant à la réalité de l’ « Holocauste » tandis que d’autres se sont contentés de dénoncer «la religion de l’Holocauste», « l’industrie de l’Holocauste » ou le « Shoah Business ».

En conclusion, je pense que, jusqu’à nouvel ordre, une conférence internationale est donc malheureusement impossible. Mais, d’accord en cela avec une idée du professeur Arthur Robert Butz, je dirais que nous souhaitons voir le président Ahmadinejad créer en Iran un centre international d’études révisionnistes dont la première tâche serait de propager les acquis du révisionnisme historique dans le monde arabo-musulman par la voie de l’Internet ou par tout autre moyen de communication. En attendant, nous demandons à l’Iran de multiplier auprès du monde occidental les appels en faveur de la libération de nos prisonniers de conscience.

En tout état de cause, pour notre part, nous considérons qu’aussi longtemps qu’aux Etats-Unis, au Canada, dans presque toute l’Europe et jusqu’en Australie, on utilisera contre les révisionnistes soit des lois ou des tribunaux d’exception, soit des procédés de basse police, soit l’orchestration médiatique au service de certains groupes de pression juifs ou sionistes, le monde occidental aura moins que jamais le droit d’infliger au reste du monde des leçons de droit, de morale ou de démocratie.

Veuillez recevoir, Monsieur le Directeur général, l’assurance de ma haute considération.

Robert Faurisson