Sunday, February 1, 2009

Iran: Deux discours capitaux d’Ahmadinejad

Aujourd’hui 1er février, je constate l’étrangeté de l’attitude observée par les médias du monde occidental face à ces deux discours et surtout face à celui du 27 janvier.

Le président Ahmadinejad aura donc choisi le 27 janvier, journée officielle de «la mémoire de l’Holocauste», pour inciter les professeurs, les étudiants, les chercheurs et les intellectuels à ouvrir la boîte cadenassée de «l’Holocauste» afin d’examiner de près ce que certains cherchent à y cache! On est frappé par l’étendue et la profondeur de ses vues sur l’importance planétaire que cet «Holocauste» a revêtu et revêt encore aujourd’hui. Le président iranien décrit là, pour les années à venir, un vaste champ de recherches historiques. Il nous trace tout un programme de travail qui s’inscrit dans la tradition du révisionnisme historique. Un tel discours, une telle annonce, un tel programme sont manifestement le fruit d’une longue réflexion.

Là où l’on pouvait s’attendre, de la part des autorités et des médias du monde occidental, à une levée de boucliers et à des cris d’indignation, je n’ai essentiellement trouvé que de vagues comptes rendus ou de simples allusions. Sans doute nos responsables politiques ont-ils préféré passer sous silence un discours qui, par son exceptionnelle profondeur, restera dans les annales de la réflexion historique et politique.