Thursday, November 29, 2007

Lettre à J. Nugent

Cher Monsieur,

L’argument de Fritz Berg n’a pas la moindre valeur. Je le lui ai dit, bien en face, mais vous connaissez peut-être la violence de ce malheureux et sa jalousie.

L’existence de ces hangars pour la désinfection d’un train était connue depuis longtemps et je me souviens d’en avoir parlé, dès 1979, lors de mon premier séjour aux Etats-Unis. Parmi mes diapositives, j’en avais notamment d’un hangar pour la désinfection des trains (à Budapest?). J’ai cent fois répété que gazer au Zyklon B un matériau mort (vêtement, objets divers, cales de navires, trains, hangars, églises, silos, bibliothèques, habitations, ...) constitue une opération certes délicate et dangereuse mais non impossible: il suffit de prendre un certain nombre de précautions (par exemple, pour éviter la propagation du gaz à l’extérieur, l’explosion, etc.) et de procéder soit à l’aération, soit à la ventilation du lieu du gazage, soit encore à l’aération du matériau dans lequel il peut rester du gaz. J’ai décrit ces procédures.

En revanche, quand le matériau est vivant, le problème devient redoutable car un matériau vivant absorbe le HCN; le cadavre devient intouchable; il est tout entier imprégné et imbibé d’un poison violent. C’est pour cette raison qu’une chambre à gaz d’exécution est si compliquée et c’est pourquoi, le médecin et ses deux aides doivent multiplier les précautions. Je ne vais pas revenir ici sur tout ce qu’ils doivent faire et qui ne garantit pas grand-chose car, même après tout cela, le cadavre qu’on va sortir de la chambre peut rester dangereux. Vous imaginez alors les dangers formidables que constitueraient des amas de cadavres, que ce soit dans un hangar, dans une maison, dans une prétendue «chambre à gaz nazie». Là est le hic. «Hic jacet periculum» et nulle part ailleurs. On aboutit à une totale impossibilité pratique. D’où ma question de 1978: «Pour moi, ces gazages de masse sont techniquement impossibles; maintenant, si vous, vous pensez que c’est techniquement possible, montrez-le moi.» Vous connaissez la réponse qui m’a été faite le 21 février 1979: une plaisanterie et un aveu d’impuissance. Et, depuis cette date, j’attends toujours une réponse soit de ces plaisantins, soit de F. Berg.

Ce que ce dernier n’a jamais supporté, c’est qu’un Français, imprégné de culture littéraire classique, ait fait une découverte en quelque sorte d’ordre scientifique là où on aurait attendu un chimiste ou un ingénieur allemand ou américain et, plus spécialement encore, un ingénieur américain car aux Etats-Unis on avait sur place l’exemple de la chambre à gaz des pénitenciers. A ce propos, j’ai rappelé qu’en 1917 des humanitaristes américains ont eu l’idée qu’il serait plus facile et plus humain d’exécuter des condamnés avec du gaz qu’avec une chaise électrique, une corde de potence ou douze balles dans la peau. C’est quand on a voulu passer à la fabrication d’une chambre à gaz qu’on s’est aperçu des difficultés techniques. Au bout de sept ans d’efforts, la première exécution a eu lieu à Carson City (Nevada) et elle a failli tourner à la catastrophe générale.

Qu’aurait fait F. Berg si on lui avait demandé de pénétrer, soit tout de suite après l’exécution, soit des heures après, dans son hangar pour en retirer mille cadavres hautement cyanurés et donc intouchables? Je lui ai un jour posé la question en public. Il est resté coi. Je lui ai dit: «Etudiez un sujet que vous n’avez jamais étudié: celui des chambres à gaz d’execution dans votre propre pays.» Je me souviens qu’un Américain qui avait suivi notre conversation a alors fait une réflexion qui revenait à dire: «Eh bien, voilà au moins qui est clair!»

Bien à vous.