Saturday, July 8, 2006

Vais-je comparaître devant un juge formé par le CRIF et le Centre Simon-Wiesenthal ?

Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) est présidé par le banquier Roger Cukierman, qui a autrefois exercé de hautes responsabilités au sein du groupe Edmond de Rothschild. Dans un communiqué en date du 5 juillet 2006, le CRIF rappelle clairement qu’il assure une «formation» des magistrats européens; or, au nombre desdits magistrats qui ont assisté à ces stages de formation, dirigés par Marc Knobel, attaché de recherches au Centre Simon-Wiesenthal, le CRIF cite Nicolas Bonnal, qui, dans trois jours, va présider le tribunal devant lequel je suis cité à comparaître, et le procureur adjoint François Cordier.

D’après l’Annuaire de la magistrature 2000 (p. 476), Nicolas Bonnal, né le 2 novembre 1960 à Plaisir (Yvelines), possède un «diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris». Le mardi 11 juillet 2006, à 13h30, il présidera le tribunal de la XVIIe chambre correctionnelle de Paris (métro: Cité), où je comparaîtrai pour avoir accordé, le 3 février 2005, un entretien de caractère révisionniste à la station de télévision iranienne Sahar 1. En la circonstance, le délateur a été le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), présidé par Dominique Baudis. François Cordier, né le 27 juillet 1952 aux Sables-d’Olonne (Vendée), possède une licence en droit et une licence d’anglais. Le 9 mai 1995, il s’était permis de requérir contre moi une peine de trois mois d’emprisonnement ferme pour avoir publié une Réponse à Jean-Claude Pressac sur le problème des chambres à gaz. Pressac avait prétendu posséder des «éléments de preuves» de l’existence de chambres à gaz nazies. J’avais obtenu sa comparution à l’audience. Devant un François Cordier décontenancé et une présidente, Martine Ract-Madoux, stupéfaite, le malheureux Pressac avait alors manifesté un tel désarroi devant les questions posées que les larmes lui en étaient montées aux yeux. Peu après, Pressac signait une sorte d’acte de capitulation, dont le texte ne nous a été révélé qu’en 2000 par Valérie Igounet tout à la fin de son Histoire du négationnisme en France (Paris, Seuil, p. 651-652). Pressac reconnaissait, comme l’avait fait avant lui le professeur Michel de Boüard, que le dossier de l’histoire officielle de la déportation était, en fin de compte «pourri» par trop de mensonges, irrémédiablement pourri au point d’en être voué, écrivait-il, aux «poubelles de l’histoire».

« Le CRIF partie active de la formation des magistrats européens »

Le 12 octobre 2004, le CRIF était intervenu avec efficacité auprès du CSA pour que ce dernier refuse de conventionner une télévision arabe qui, malheureusement pour elle, se trouvait déplaire aux sionistes. Le 7 juin 2005, sous son en-tête habituel, «Le Crif en action», il titrait: «Séminaire d’étude à l’ENM [Ecole nationale de la magistrature]: les nouveaux visages du racisme et de l’antisémitisme». Et cette année, sous le même en-tête, il vient de publier le communiqué suivant, daté du 5 juillet:

Le Crif en action
Le CRIF partie active de la formation des magistrats européens

Pour la seconde année consécutive, l’Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) a convié Marc Knobel, Chercheur au CRIF, à participer à la formation continue de l’ENM, qui porte cette année sur la «Cybercriminalité et les atteintes à la dignité humaine en Europe.» 

L’apparition des nouvelles technologies de la fin du XXème siècle n’est pas sans incidence sur la délinquance tant nationale qu’internationale. Ainsi, il a été possible d’observer un double mouvement: d’une part les criminalités classiques se sont mises à utiliser, de plus en plus, les nouveaux médias et, d’autre part, sont apparues de nouvelles formes spécifiques d’activités illicites, notamment le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme sur l’Internet. Contre ce phénomène très préoccupant et cette cybercriminalité, des réponses techniques, préventives et répressives, ainsi que juridiques existent: signature électronique, techniques d’investigation et de preuve, harmonisation des infractions, renforcement de la procédure et de la coopération internationale. Lors de ce séminaire, Marc Knobel a expliqué que les extrémistes et les fondamentalistes utilisent systématiquement et rationnellement l’Internet pour embrigader de nouvelles recrues, préparer des actions militantes, inciter à la violence ou faire l’apologie du terrorisme. Il a également parlé des autres outils et supports qui sont utilisés par les extrémistes: cassettes, vidéos, CD, DVD, jeux, disquettes, télévisions… 

Une cinquantaine de magistrats français assistent à cette formation (de métropole, de Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Polynésie Française, Nouvelle Calédonie), ainsi que des représentants des différents ministères (Justice, Intérieur…). Le séminaire est organisé sur financement de la Commission européenne et il est également ouvert aux magistrats européens, dans le cadre du Réseau Européen de Formation Judiciaire (REFJ). Une quarantaine de magistrats d’Allemagne, Belgique, Espagne, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Pologne, République Tchèque, Roumanie, participent à cette formation exceptionnelle. Ont également participé à ce séminaire: Nicolas Bonnal, vice-président au Tribunal de grande instance de Paris, François Cordier, Procureur de la République adjoint près le Tribunal de grande instance de Paris, Brigitte Pesquie, membre du bureau des études et de l’informatique à la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces au Ministère de la Justice et Myriam Quemener, sous-directrice de la justice pénale générale, au Ministère de la Justice.

Le CRIF constitue un Etat dans l’Etat

Prétendant représenter un tiers des 600 000 juifs de France, c’est-à-dire un tiers de un pour cent de la population française, le CRIF constitue un Etat dans l’Etat. J’ai suffisamment traité du sujet dans mes écrits antérieurs pour ne pas avoir à y revenir ici (voy., par exemple, «Juivre ou mourir», 22 mars 2003 avec les additifs de 2004, 2005 et 2006). En chaque début d’année, une quinzaine de nos ministres en exercice et un nombre considérable de représentants de l’autorité politique, judiciaire, policière, universitaire, sans compter les ambassadeurs, y compris parfois notre «ambassadeur itinérant en charge de la dimension internationale de la Shoah» (sic), se pressent au dîner casher donné par le CRIF. Là ils écoutent Roger Cukierman lancer à la face du Premier ministre et des autres membres du gouvernement français récriminations, remontrances et MENACES, précédées de flatteries. Dans leurs propres discours en réponse, nos Premiers ministres ne manquent jamais de se confondre en remerciements et de promettre qu’ils feront plus, encore plus et toujours plus, contre l’hydre de l’antisémitisme et du «négationnisme», c’est-à-dire du révisionnisme historique.

Même des militants de l’antiracisme dénoncent l’action du CRIF

Le pouvoir du CRIF est devenu si exorbitant que même l’Observatoire du communautarisme, connu pour sa lutte contre le racisme et l’antisémitisme, a fini par s’en émouvoir. Le 20 mars 2004, cet observatoire, fondé en juillet 2003 par Julien Landfried, a publié le communiqué suivant:

[Observatoire du communautarisme. – Informations sur la laïcité, les discriminations et le racisme. Observatoire indépendant d’information et de réflexion sur le communautarisme, la laïcité, les discriminations et le racisme - www.communautarisme.net index.php?action=syndication]

«Le CRIF promu gendarme du Net?»

L’Etat peut-il déléguer certaines de ses attributions à des associations communautaires, fût-ce au nom de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme? – En compte rendu du troisième comité interministériel de lutte contre le racisme et l'antisémitisme, le site du premier ministre annonce ce jour un partenariat renforcé entre le ministère de l’intérieur et le Conseil représentatif des Institutions Juives de France dans la lutte contre les contenus racistes et antisémites sur la toile (1).

Ce partenariat devrait notamment prendre la forme d’«une liaison Internet directe entre le CRIF, les fournisseurs d'accès et l’Office Central de Lutte contre la Criminalité sur Internet ... pour permettre le signalement immédiat des sites racistes et antisémites et le déclenchement des investigations policières.»

Nul ne contestera au CRIF une compétence spécifique en matière d’antisémitisme.

Dans le contexte particulier d’une recrudescence des violences commises à l’encontre de juifs, l’institution s’est notamment dotée d’un «service de protection de la communauté juive» dont l’action la plus visible a été la mise en place d’un «numéro vert» (2) pour recueillir le signalement des victimes potentielles.

Il peut aussi compter dans ses rangs sur l’expertise d’un spécialiste de la lutte contre les contenus racistes et antisémites sur la toile en la personne de Marc KNOBEL, attaché de recherches au Centre Simon-Wiesenthal et président de l’association «J’accuse - AIPJ (Action Internationale Pour la Justice)».

Toutefois, et sauf à ce que cette collaboration que l’on espère fructueuse ne soit ultérieurement étendue à l’ensemble des associations antiracistes (le cas échéant au moyen d’un dispositif adéquat de coordination), on s’étonnera que cette décision semble méconnaître le principe de neutralité de l’Etat en confiant l’identification des contenus racistes et antisémites de l’Internet à une organisation particulière et exclusivement communautaire.

Il conviendrait, pour le moins, de s’assurer que l’association désormais délégataire (?) dispose des ressources nécessaires à la prise en compte dans ses recherches de toutes les formes de xénophobie, et surtout en manifeste la volonté.

Enfin, il n’est pas démontré que le CRIF ait exactement la même appréciation que la puissance publique sur la caractérisation des actes antisémites, si l’on s’en réfère du moins à quelques déclarations hâtives sur le sujet et à l’activisme judiciaire qu’il a récemment déployé à l’encontre de personnalités – pour un certain nombre relaxées des accusations d’antisémitisme portées contre elles – qui ne partagent pas sa vision très personnelle du conflit proche-oriental.

Quant aux esprits chagrins, ils ne pourront s’empêcher de noter qu’une telle déclaration ministérielle intervient fort opportunément à quarante-huit heures d’échéances électorales que d’aucuns prédisent mal engagées pour le parti majoritaire.


Notes de ce communiqué

(1) Troisième comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme - communiqué du Premier ministre, Paris, 18 mars 2004.
(2) 0 800 18 26 26. Numéro vert est une marque déposée de France Telecom.

Samedi 20 mars 2004. – Observatoire du communautarisme - Depuis juillet 2003 - Nous écrire 66 rue de l’Arbre sec 75001 Paris et courriel contact@communautarisme.net


La XVIIe chambre d’Epuration?

A Paris, pendant plusieurs années à partir de l’automne 1944, des tribunaux spéciaux ont comporté des jurés «issus de la Résistance» et donc formés, formatés ou préformatés dans le sens nécessaire pour prononcer les plus lourdes sanctions contre leurs adversaires politiques. Appartenant déjà au camp des vainqueurs, ils jugeaient les vaincus. C’est précisément, me semble-t-il, dans l’enceinte aujourd’hui occupée par la XVIIe chambre correctionnelle que, quelques années après la fin de la guerre j’ai assisté au procès, révoltant, du milicien Pierre Gallet. Le 11 juillet 2006, à la XVIIe chambre, je serai entendu par un juge qui vient d’être en partie formé, formaté ou préformaté par le CRIF de Roger Cukierman et par le dénommé Marc Knobel du Centre Simon Wiesenthal. En acceptant, de leur plein gré et non en service commandé, de participer à ce stage de formation apparemment technique mais en réalité de propagande idéologique, Nicolas Bonnal et François Cordier se sont compromis avec deux officines, le CRIF et le Centre Simon-Wiesenthal, qui sont toutes deux connues pour leur extrémisme en faveur de l’Etat d’Israël. On comprend que lesdites officines se soient hâtées de publier les noms de ces deux magistrats français qui, oublieux de leurs obligations professionnelles et morales, ont à ce point apporté leur caution à une entreprise de l’extrême droite israélienne.

8 juillet 2006