Wednesday, June 15, 2005

Il y a dix ans, la capitulation de Jean-Claude Pressac



Financé, en France, par le couple Klarsfeld et, aux Etats-Unis, par le rabbin Michael Berenbaum (responsable scientifique de l’Holocaust Memorial Museum de Washington), le pharmacien Jean-Claude Pressac avait connu la gloire en 1993-1995, en particulier avec le lancement, à grand fracas, de son livre sur Les Crématoires d'Auschwitz, la machinerie du meurtre de masse, ouvrage édité en 1993 aux frais du contribuable français et sous l’égide du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Le caractère grotesque de sa thèse et de son livre était patent. Néanmoins, à l’époque, historiens officiels et journalistes des grands médias avaient rivalisé dans la louange. En la circonstance, une fois de plus, ils s’étaient déshonorés à vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Dans le camp d’Auschwitz existait ce que les internés appelaient « Radio chiotte » [1] ; ailleurs, à la même époque, dans un camp de prisonniers français situé à Ludwigsburg, se diffusait un petit journal interne intitulé « Camp-Cans » [2]. Il est humain que, dans toute prison, dans tout lieu clos, circulent rumeurs, cancans et bouteillons des plus absurdes; et puis cela permet aux anciens de se rendre intéressants, surtout auprès du nouveau venu, par le colportage d’horreurs fictives qui s’ajoutent à des réalités parfois déjà nauséabondes.

Mais il est inadmissible qu’encore aujourd’hui, soixante ans après la guerre, historiens et journalistes persistent avec un tel ensemble à se faire l’écho de pareilles insanités au point même qu’ils donnent l’impression de s’être mis au service d’une « Super Radio chiotte internationale » ou d’un « Super Camp-Cans international ».

En ce qui concerne J.-C. Pressac, ces professionnels de l’histoire et de l’information officielles ont, par la suite, aggravé leur cas en ne soufflant mot d’abord de la déroute de leur héros le 9 mai 1995, à la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, puis de l’acte de capitulation qu’il a signé le 15 du mois suivant et, enfin, de sa mort prématurée, le 23 juillet 2003, à l’âge de 59 ans. Se mettant une nouvelle fois à l’unisson, tous les anciens thuriféraires ont respecté l’omerta. Ces mêmes médias qui avaient encensé J.-C. Pressac se sont tous abstenus de signaler, ne fût-ce que d’une phrase, la disparition de leur ancien héros. Dans les deux cas, celui d’une promotion assourdissante et celui d’un silence total, il n’y a eu ni ordre ni orchestration ni consigne ni complot. Quand un sujet comme celui de « l'Holocauste » et des « chambres à gaz nazies » est devenu un tabou, chacun sait la conduite à tenir : ce sera celle de la servilité à l’égard du lobby qui détient la bourse, manie le fouet et qui d’un mot, celui d’« antisémite », peut ruiner votre carrière, votre réputation, votre vie. Sent-on qu’il en plaira au maître, on dansera sur la place ; verra-t-on le maître froncer le sourcil, on rentrera à la maison ou à la niche.

Pourquoi et comment il a capitulé

Il y a donc dix ans, jour pour jour, le 15 juin 1995, Jean-Claude Pressac capitulait, mais le texte de sa capitulation n’a été rendu public – discrètement – qu’en petit caractère et à la toute fin du livre que Valérie Igounet a publié à Paris, en avril 2000, aux éditions du Seuil, sous le titre Histoire du négationnisme en France. Il est à craindre que bien des lecteurs de l’ouvrage n’aient eu qu’un regard distrait pour ces deux demi-pages (p. 651-652) d’un vaste ensemble où V. Igounet laisse la parole au pharmacien. Ces demi-pages sont pourtant d’une importance capitale pour l’histoire de la controverse sur les « chambres à gaz nazies ». J.-C. Pressac y déclare tout bonnement qu’en fin de compte le dossier officiel de l’histoire des camps de concentration nazis est « pourri ». Il ajoute même que ce dossier est irrémédiablement « pourri » et qu’en conséquence il est « destiné aux poubelles de l’Histoire » ! Il dresse un véritable réquisitoire contre «la mémoire» qui a « primé sur l’histoire », contre les déformations inspirées par « le ressentiment et la vengeance », contre les communistes et leurs associations, qui se sont faits les gardiens d’une vérité fausse (il n’ose pas pour autant mettre en cause les juifs et les associations juives). Il écrit : « Approximation, exagération, omission et mensonge caractérisent la majorité des récits de cette période ». Il demande : « Peut-on redresser la barre ? » et il répond : « Il est trop tard. Une rectification générale est humainement et matériellement impossible. »

La qualification de « pourri », il la reprend du professeur Michel de Boüard. Ancien interné de Mauthausen pour faits de résistance, cet historien, à la fois catholique et proche des communistes, était devenu, après la guerre, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Caen et membre de l’Institut de France. Au sein du Comité de l’histoire de la deuxième guerre mondiale, il présidait la commission de l’histoire de la déportation. Détenteur de la croix de guerre et de la médaille de la Résistance, il était commandeur de la légion d’honneur. Pour en savoir plus sur ses soudaines déclarations de 1986-1987, qui étaient de nature largement révisionniste, on se reportera, dans mes Ecrits révisionnistes (1974-1998), aux pages répertoriées dans l’index sous le nom de Michel de Boüard.

Le revirement soudain de J.-C. Pressac a son explication. Le 15 juin 1995, au moment de signer son acte de capitulation, notre homme était sous le coup de l’humiliation subie le mois précédent, exactement le 9 mai de cette année-là, à la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, présidée par Mme Martine Ract-Madoux. Un tintamarre médiatique avait, en septembre 1993, accompagné la sortie de son livre sur Les Crématoires d'Auschwitz. La Machinerie du meurtre de masse. J’avais répliqué par un opuscule intitulé Réponse à Jean-Claude Pressac sur le problème des chambres à gaz. C’est cette réplique précisément qui me valait de comparaître en justice, ce 9 mai, sur le fondement de la loi Fabius-Gayssot interdisant la contestation des crimes contre l’humanité tels que définis et punis par les juges de Nuremberg. Mon avocat, Me Eric Delcroix, et moi-même, nous avions demandé la comparution, à titre de témoin, de J.-C. Pressac, et cela sous la menace d’une contrainte par corps. Pour un compte rendu de cette audience, pour les embarras grandissants du témoin, pour ses comportements de fuite, pour son incapacité à répondre aux questions de Me Delcroix, pour la consternation de la présidente devant un homme qui, les bras au ciel, déclarait qu’on lui en demandait trop, qu’il n’avait qu’une vie, qu’il était seul dans son combat, on se reportera à deux articles de mes Ecrits révisionnistes (1974-1998) (p. 1674-1682, Procès Faurisson : Compte rendu de l'audience du 9 mai 1995 et 1683-1693 : Réponse à Me Serge Lorach, page par page, alinéa par alinéa).

Les procès qui nous ont été intentés pour délit de révisionnisme, en France comme à l’étranger, ont été exténuants. Nous avons parfois connu le découragement et la tentation de juger inutile tout système de défense digne de ce nom. Mais il faut reconnaître que ces procès ont aussi grandement renforcé notre cause. Nos adversaires refusaient toutes nos offres de débat, toute confrontation publique. Ils claironnaient que leur dossier, celui de « l'Holocauste » ou de la Shoah, était d’une solidité à toute épreuve. Aussi les seuls moments où nous avons pu les contraindre à nous affronter en champ clos et devant le public ont-ils été ces procès qu’ils avaient eu la témérité de nous intenter. En une seule circonstance nos adversaires ont pu donner l’impression de l’emporter sur le plan de la controverse historique ou scientifique. Tel a été le cas avec le procès qu’ils ont récemment gagné, à Londres, contre David Irving. Mais David Irving est tout au plus un semi-révisionniste et il connaît mal l’argumentation révisionniste. Il n’a pas su river son clou à une espèce de sous-Pressac, une sorte d’illuminé rabbinique, le juif Robert Jan van Pelt [3]. D. Irving n’a pas accepté l’offre que lui avait faite un expert comme Germar Rudolf de venir à son secours. Dans tous les autres cas où des révisionnistes ont vraiment su faire front, la confusion de l’adversaire a été manifeste. A ce titre, les deux longs procès d’Ernst Zündel à Toronto, en 1985 et en 1988, ont été exemplaires. Je ne parle pas ici des conclusions judiciaires mais des résultats obtenus par les révisionnistes sur le plan historique ou scientifique avec, d’une part, la déroute des experts et des témoins de la partie adverse et, d’autre part, à l’occasion de ces procès, les contributions significatives des chercheurs révisionnistes à l’avancée de la science historique (en particulier avec le rapport Leuchter sur Auschwitz et Majdanek).

J.-C. Pressac est mort, le 23 juillet 2003, à l’âge de 59 ans. L’homme que les médias du monde occidental avaient salué comme une sorte de génie qui avait, paraît-il, terrassé le révisionnisme en général et Robert Faurisson en particulier a disparu dans la plus complète obscurité: pas un seul organe de cette grande presse qui l’avait tant célébré n’a même signalé sa mort [4].

Le 15 juin 1995 constitue donc, avec cet acte de capitulation de J.-C. Pressac, l’une des dates les plus marquantes de l’histoire du révisionnisme.

Le texte même de sa capitulation

C’est avec maintes précautions que V. Igounet présentait en annexe de son livre le texte de son « entretien avec Jean-Claude Pressac ». Elle écrivait :

Après avoir effectué un premier entretien avec M. Pressac, ce dernier a estimé qu'il était nécessaire de le remanier entièrement. L’entretien qui suit n’est donc pas une retranscription fidèle de l’enregistrement. Ce texte a été rédigé puis saisi sur ordinateur par Jean-Claude Pressac; nous le reproduisons tel qu’il nous a été remis, sans corrections. Certaines questions n’ont pas été posées par l’auteur [V. Igounet]. Il va de soi que les propos de Jean-Claude Pressac n’engagent ni Valérie Igounet, ni les éditions du Seuil (p. 613).

Une note de bas de page précisait que le copyright du texte revenait à J.-C. Pressac. Dans son « entretien » de près de quarante pages, ce dernier donne d’abord l’impression de développer, non sans y apporter de surprenantes atténuations, ses vues habituelles sur les « chambres à gaz nazies ». Puis on le voit dénoncer ou contester pêle-mêle 1) à propos des gazages homicides « une accumulation de bêtises plus sottes et débiles les unes que les autres, ce qui prouve le pitoyable niveau de la science concentrationnaire, basée exclusivement jusqu’à nos jours sur les “sacro-saints” témoignages » (p. 621) ; 2) « l’histoire communiste du camp [d’Auschwitz] » (p. 625) ; 3) « un fatras de témoignages inexploitables parce que sans critique historique » (p. 627) ; 4) « l’attitude irrationnelle » de l’historien exterminationniste Georges Wellers (p. 633) ; 5) la loi antirévisionniste [Fabius-Gayssot] (p. 638) ; 6) Pierre Vidal-Naquet qui fait partie de ceux « qui n’y connaissent rien » et qui est comparable à « une girouette creuse » [sic] (p. 641) ; 7) « l’obstination des anciens déportés à défendre des faits ou des chiffres historiquement inacceptables» (ibid.) ; 8) Danuta Czech, du Musée d’Auschwitz, « se rendant coupable de faux historique » (p. 643) ; 9) les dessins et le témoignage de David Olère dont il faisait autrefois si grand cas (p. 649). Puis, il explique que les fours crématoires n’émettaient pas de fumées et qu’on a parfois procédé à « de vulgaires montages photographiques » pour faire croire à de prétendues émissions (p. 648). Enfin, interrogé sur ses projets, il annonce qu’il prépare un livre sur l’entreprise Topf und Söhne, fabricante de fours crématoires, et qu’il y parlera des « chambres à gaz nazies » mais, précise-t-il de manière sibylline, « sous une forme qui reste à définir et avec des résultats inhabituels » (p. 651). L’entretien se clôt sur la question suivante : « Quelles sont vos conclusions sur toute cette affaire ? » Voici, sans autre commentaire, l’intégralité de la réponse de J.-C. Pressac, rédigée, comme de coutume, en un français approximatif :

Michel de Boüard, ancien « Nacht und Nebel » à Mauthausen, a estimé que « le dossier [du système concentrationnaire] est pourri ». D’une part, le ressentiment et la vengeance ont primé sur l’apaisement. Puis la mémoire sur l’histoire. D’autre part, la mainmise des communistes sur les principaux organes de commande dans les camps, la formation après la libération d’associations sous leur contrôle et l’établissement durant cinquante ans d’une histoire des camps «démocratiquement populaire» ont introduit le virus de la langue de bois antifasciste. Approximation, exagération, omission et mensonge caractérisent la majorité des récits de cette période. Le discrédit unanime et sans appel dont sont frappés les écrits communistes ne peut que déteindre sur une expérience concentrationnaire viciée par leurs idées et l’annihiler. – Peut-on redresser la barre ? Il est trop tard. Une rectification générale est humainement et matériellement impossible. Tout changement historique entraîne une dévalorisation de cette mémoire fixe et présentée comme définitive. Or, de nouveaux documents surgiront inévitablement et bouleverseront de plus en plus les certitudes officielles. La forme actuelle, pourtant triomphante, de la présentation de l’univers des camps est condamnée. Qu’en sauvera-t-on? Peu de choses. En effet, magnifier l’univers concentrationnaire revient à résoudre la quadrature du cercle, à transmuter le noir en blanc. La conscience des peuples n’aime pas les histoires tristes. La vie d’un zombi n’est pas « porteuse », d’autant que la douleur subie a été ensuite exploitée et monnayée: décorations, pensions, postes, influence politique. On ne peut à la fois être victime et privilégié, voire bourreau à son tour. – De tous ces faits, terribles parce qu’ayant provoqué la mort de femmes, d’enfants et de vieillards, ne survivront que ceux établis. Les autres sont destinés aux poubelles de l’Histoire (p. 651-652).

C’est sur ces mots et c’est sur ces « poubelles de l’Histoire », appelées à recueillir le dossier « pourri » d’une histoire du système concentrationnaire inspirée par le mensonge et le lucre, que s’achèvent à la fois la confession de J.-C. Pressac et le livre de Valérie Igounet (les pages restantes de l’ouvrage étant consacrées à : chronologie, sources, bibliographie, index et table des matières).

Pressac n’avait pas d’autre issue

Certains naïfs ou faux naïfs seront tentés de rendre hommage à l’individu pour son courage ou sa franchise. Ce serait d’abord oublier les infamies et les bassesses qu’il s’était permises sur le compte des révisionnistes. En réalité, à force de théories grotesques, de faux-bonds, de faux-fuyants, de faux-semblants, de volte-face et de retournements sur lesquels je ne reviendrai pas ici, J.-C. Pressac a fini par se retrouver seul. Non seulement il s’est vu, plus que jamais, traqué par les révisionnistes qui, à l’occasion de chacune de ses nouvelles élucubrations, démontraient sa sottise et ses contradictions, mais aussi, devant ses échecs répétés et ses promesses non tenues, tous les puissants qu’il avait voulu servir lui donnaient son congé et lui supprimaient ses gages. A la fin, il leur avait promis qu’il relèverait le défi révisionniste et qu’à défaut de montrer une « chambre à gaz nazie » il en dessinerait une. Las! Il s’est finalement rendu compte que le dessin technique de cette magique chambre à gaz était aussi irréalisable sur un ordinateur que ce qu’il appelait lui-même « la quadrature du cercle ». Puis, il avait promis un livre sur les archives de la compagnie Topf und Söhne, mais l’étude de ces archives et des procès intentés après la guerre aux responsables ou au personnel de la compagnie ne pouvait que contredire plutôt que corroborer l’existence des « chambres à gaz nazies ». Un tel échec, sur toute la ligne, ne pouvait plus être tenu caché. En pareille situation, le malheureux Pressac n’avait plus qu’à rendre les armes. C’est ce qu’il a fait le 15 juin 1995 [5].

Placés dans une situation identique, pris en flagrant délit de mensonges éhontés, les Raul Hilberg, les Elie Wiesel ou les Claude Lanzmann, eux, ne capitulent pas. Cela s’explique. Ils ont pour eux cet atavique aplomb dans le mensonge qu’en leur langue ils appellent shutzpah et qui manquait au catholique français Jean-Claude Pressac. Et puis, même s’ils se déchirent entre eux à belles dents, ces trois éminents juifs trouveront toujours dans leur communauté de puissants appuis pour les défendre. L’expérience nous l’enseigne: si, par malheur pour elle, une gloire de la littérature holocaustique se trouve un jour publiquement convaincue de mensonge, la règle est la suivante : ou bien il s’agit d’un juif et l’intéressé se tirera d’affaire, ou bien il s’agit d’un shabbat goy, c’est-à-dire d’un non juif qui s’est mis au service des juifs, et il sera livré aux chiens. Jean-Claude Pressac aura connu une destinée comparable à celle d’un Binjamin Wilkomirski – né, en réalité, Bruno Grosjean –, d’une Laura Grabowski – née, en réalité, Laura Rose Wilson –, ou d’un Enric Marco, qui, avec une prodigieuse réussite, s’était, de toutes pièces, pourvu d’une identité et d’une expérience d’ancien déporté.

On peut dire qu’en toute justice Jean-Claude Pressac a mérité son sort. 
15 juin 2005

_______________
Notes
[1] Raphaël Esrail, secrétaire général de l’Union des déportés d'Auschwitz, « L’évacuation d’Auschwitz », Historiens et géographes, janvier 2005, p. 45.
[2] Louis Charpentier, Stalag V A, Centre d’Entr’aide du camp du Stalag VA, Paris, mars 1944, p. 116. Parlant de la rumeur qui enfle avec le temps et qui prospère, l’auteur en vient à écrire : « Le bouteillon... la nouvelle, elle a profité en vieillissant ». Soit dit en passant, à la page 112 de cet ouvrage figure un dessin montrant deux hommes qui, affublés d'un masque à gaz, sortent d’une « Cabine de désinfection » en portant une tringle aux cintres de laquelle sont suspendus des uniformes après désinfection (de germes infectieux) et désinfestation (de nuisibles). En 1945-1946, ce sont des cabines de ce genre que la propagande des vainqueurs a présentées, par exemple à Dachau, comme des chambres à gaz d’exécution.
[3] « Robert Jan van Pelt, un universitaire nettement inférieur à Pressac aussi bien sur le plan intellectuel que pour ce qui est de sens critique » (Carlo Mattogno, My Memories of Jean-Claude PressacThe Revisionist, vol. 1, n° 4, novembre 2003, p. 434).
[4] En dépit d’une rumeur insistante, il me faut, une fois de plus, préciser ici que jamais J.-C. Pressac n’a été mon « collaborateur » ou mon « disciple ».

[5] Sur l’amertume des auteurs juifs à l’endroit de J.-C. Pressac, on se reportera à deux de mes pièces datant de 1996 : Le Monde juif contre Jean-Claude Pressac et Pauvre Pressac! (Ecrits révisionnistes (1974-1998), p. 1753-1754).

Il y a dix ans, la capitulation de Jean-Claude Pressac

Financé, en France, par le couple Klarsfeld et, aux Etats-Unis, par le rabbin Michael Berenbaum (responsable scientifique de l’Holocaust Memorial Museum de Washington), le pharmacien Jean-Claude Pressac avait connu la gloire en 1993-1995, en particulier avec le lancement, à grand fracas, de son livre sur Les Crématoires d'Auschwitz, la machinerie du meurtre de masse, ouvrage édité en 1993 aux frais du contribuable français et sous l’égide du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Le caractère grotesque de sa thèse et de son livre était patent. Néanmoins, à l’époque, historiens officiels et journalistes des grands médias avaient rivalisé dans la louange. En la circonstance, une fois de plus, ils s’étaient déshonorés à vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Dans le camp d’Auschwitz existait ce que les internés appelaient «Radio chiotte» (1); ailleurs, à la même époque, dans un camp de prisonniers français situé à Ludwigsburg, se diffusait un petit journal interne intitulé «Camp-Cans» (2). Il est humain que, dans toute prison, dans tout lieu clos, circulent rumeurs, cancans et bouteillons des plus absurdes; et puis cela permet aux anciens de se rendre intéressants, surtout auprès du nouveau venu, par le colportage d’horreurs fictives qui s’ajoutent à des réalités parfois déjà nauséabondes.

Mais il est inadmissible qu’encore aujourd’hui, soixante ans après la guerre, historiens et journalistes persistent avec un tel ensemble à se faire l’écho de pareilles insanités au point même qu’ils donnent l’impression de s’être mis au service d’une «Super Radio chiotte internationale» ou d’un «Super Camp-Cans international».

En ce qui concerne J.-C. Pressac, ces professionnels de l’histoire et de l’information officielles ont, par la suite, aggravé leur cas en ne soufflant mot d’abord de la déroute de leur héros le 9 mai 1995, à la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, puis de l’acte de capitulation qu’il a signé le 15 du mois suivant et, enfin, de sa mort prématurée, le 23 juillet 2003, à l’âge de 59 ans. Se mettant une nouvelle fois à l’unisson, tous les anciens thuriféraires ont respecté l’omerta. Ces mêmes médias qui avaient encensé J.-C. Pressac se sont tous abstenus de signaler, ne fût-ce que d’une phrase, la disparition de leur ancien héros. Dans les deux cas, celui d’une promotion assourdissante et celui d’un silence total, il n’y a eu ni ordre ni orchestration ni consigne ni complot. Quand un sujet comme celui de l’«Holocauste» et des «chambres à gaz nazies» est devenu un tabou, chacun sait la conduite à tenir: ce sera celle de la servilité à l’égard du lobby qui détient la bourse, manie le fouet et qui d’un mot, celui d’«antisémite», peut ruiner votre carrière, votre réputation, votre vie. Sent-on qu’il en plaira au maître, on dansera sur la place; verra-t-on le maître froncer le sourcil, on rentrera à la maison ou à la niche.

Pourquoi et comment il a capitulé

Il y a donc dix ans, jour pour jour, le 15 juin 1995, Jean-Claude Pressac capitulait, mais le texte de sa capitulation n’a été rendu public - discrètement - qu’en petit caractère et à la toute fin du livre que Valérie Igounet a publié à Paris, en avril 2000, aux éditions du Seuil, sous le titre Histoire du négationnisme en France. Il est à craindre que bien des lecteurs de l’ouvrage n’aient eu qu’un regard distrait pour ces deux demi-pages (p. 651-652) d’un vaste ensemble où V. Igounet laisse la parole au pharmacien. Ces demi-pages sont pourtant d’une importance capitale pour l’histoire de la controverse sur les «chambres à gaz nazies». J.-C. Pressac y déclare tout bonnement qu’en fin de compte le dossier officiel de l’histoire des camps de concentration nazis est «pourri». Il ajoute même que ce dossier est irrémédiablement «pourri» et qu’en conséquence il est «destiné aux poubelles de l’Histoire»! Il dresse un véritable réquisitoire contre «la mémoire» qui a «primé sur l’histoire», contre les déformations inspirées par «le ressentiment et la vengeance», contre les communistes et leurs associations, qui se sont faits les gardiens d’une vérité fausse (il n’ose pas pour autant mettre en cause les juifs et les associations juives). Il écrit: «Approximation, exagération, omission et mensonge caractérisent la majorité des récits de cette période». Il demande: «Peut-on redresser la barre?» et il répond: «Il est trop tard. Une rectification générale est humainement et matériellement impossible.»

La qualification de «pourri», il la reprend du professeur Michel de Boüard. Ancien interné de Mauthausen pour faits de résistance, cet historien, à la fois catholique et proche des communistes, était devenu, après la guerre, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Caen et membre de l’Institut de France. Au sein du Comité de l’histoire de la deuxième guerre mondiale, il présidait la commission de l’histoire de la déportation. Détenteur de la croix de guerre et de la médaille de la Résistance, il était commandeur de la légion d’honneur. Pour en savoir plus sur ses soudaines déclarations de 1986-1987, qui étaient de nature largement révisionniste, on se reportera, dans mes Ecrits révisionnistes (1974-1998) (ER), aux pages répertoriées dans l’index sous le nom de Michel de Boüard.

Le revirement soudain de J.-C. Pressac a son explication. Le 15 juin 1995, au moment de signer son acte de capitulation, notre homme était sous le coup de l’humiliation subie le mois précédent, exactement le 9 mai de cette année-là, à la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, présidée par Mme Martine Ract-Madoux. Un tintamarre médiatique avait, en septembre 1993, accompagné la sortie de son livre sur Les Crématoires d'Auschwitz. La Machinerie du meurtre de masse. J’avais répliqué par un opuscule intitulé Réponse à Jean-Claude Pressac sur le problème des chambres à gaz. C’est cette réplique précisément qui me valait de comparaître en justice, ce 9 mai, sur le fondement de la loi Fabius-Gayssot interdisant la contestation des crimes contre l’humanité tels que définis et punis par les juges de Nuremberg. Mon avocat, Me Eric Delcroix, et moi-même, nous avions demandé la comparution, à titre de témoin, de J.-C. Pressac, et cela sous la menace d’une contrainte par corps. Pour un compte rendu de cette audience, pour les embarras grandissants du témoin, pour ses comportements de fuite, pour son incapacité à répondre aux questions de Me Delcroix, pour la consternation de la présidente devant un homme qui, les bras au ciel, déclarait qu’on lui en demandait trop, qu’il n’avait qu’une vie, qu’il était seul dans son combat, on se reportera à deux articles de mes ER (p. 1674-1682 et 1683-1693).

Les procès qui nous ont été intentés pour délit de révisionnisme, en France comme à l’étranger, ont été exténuants. Nous avons parfois connu le découragement et la tentation de juger inutile tout système de défense digne de ce nom. Mais il faut reconnaître que ces procès ont aussi grandement renforcé notre cause. Nos adversaires refusaient toutes nos offres de débat, toute confrontation publique. Ils claironnaient que leur dossier, celui de l’«Holocauste» ou de la Shoah, était d’une solidité à toute épreuve. Aussi les seuls moments où nous avons pu les contraindre à nous affronter en champ clos et devant le public ont-ils été ces procès qu’ils avaient eu la témérité de nous intenter. En une seule circonstance nos adversaires ont pu donner l’impression de l’emporter sur le plan de la controverse historique ou scientifique. Tel a été le cas avec le procès qu’ils ont récemment gagné, à Londres, contre David Irving. Mais David Irving est tout au plus un semi-révisionniste et il connaît mal l’argumentation révisionniste. Il n’a pas su river son clou à une espèce de sous-Pressac, une sorte d’illuminé rabbinique, le juif Robert Jan van Pelt (3). D. Irving n’a pas accepté l’offre que lui avait faite un expert comme Germar Rudolf de venir à son secours. Dans tous les autres cas où des révisionnistes ont vraiment su faire front, la confusion de l’adversaire a été manifeste. A ce titre, les deux longs procès d’Ernst Zündel à Toronto, en 1985 et en 1988, ont été exemplaires. Je ne parle pas ici des conclusions judiciaires mais des résultats obtenus par les révisionnistes sur le plan historique ou scientifique avec, d’une part, la déroute des experts et des témoins de la partie adverse et, d’autre part, à l’occasion de ces procès, les contributions significatives des chercheurs révisionnistes à l’avancée de la science historique (en particulier avec le rapport Leuchter sur Auschwitz et Majdanek).

J.-C. Pressac est mort, le 23 juillet 2003, à l’âge de 59 ans. L’homme que les médias du monde occidental avaient salué comme une sorte de génie qui avait, paraît-il, terrassé le révisionnisme en général et Robert Faurisson en particulier a disparu dans la plus complète obscurité: pas un seul organe de cette grande presse qui l’avait tant célébré n’a même signalé sa mort (4).

Le 15 juin 1995 constitue donc, avec cet acte de capitulation de J.-C. Pressac, l’une des dates les plus marquantes de l’histoire du révisionnisme.

Le texte même de sa capitulation

C’est avec maintes précautions que V. Igounet présentait en annexe de son livre le texte de son «entretien avec Jean-Claude Pressac». Elle écrivait:

Après avoir effectué un premier entretien avec M. Pressac, ce dernier a estimé qu'il était nécessaire de le remanier entièrement. L’entretien qui suit n’est donc pas une retranscription fidèle de l’enregistrement. Ce texte a été rédigé puis saisi sur ordinateur par Jean-Claude Pressac; nous le reproduisons tel qu’il nous a été remis, sans corrections. Certaines questions n’ont pas été posées par l’auteur [V. Igounet]. Il va de soi que les propos de Jean-Claude Pressac n’engagent ni Valérie Igounet, ni les éditions du Seuil (p. 613).
Une note de bas de page précisait que le copyright du texte revenait à J.-C. Pressac. Dans son «entretien» de près de quarante pages, ce dernier donne d’abord l’impression de développer, non sans y apporter de surprenantes atténuations, ses vues habituelles sur les «chambres à gaz nazies». Puis on le voit dénoncer ou contester pêle-mêle
· 1) à propos des gazages homicides « une accumulation de bêtises plus sottes et débiles les unes que les autres, ce qui prouve le pitoyable niveau de la science concentrationnaire, basée exclusivement jusqu’à nos jours sur les 'sacro-saints' témoignages» (p. 621);
· 2) «l’histoire communiste du camp [d’Auschwitz]» (p. 625);
· 3) «un fatras de témoignages inexploitables parce que sans critique historique» (p. 627);
· 4) «l’attitude irrationnelle» de l’historien exterminationniste Georges Wellers (p. 633);
· 5) la loi antirévisionniste [Fabius-Gayssot] (p. 638);
· 6) Pierre Vidal-Naquet qui fait partie de ceux «qui n’y connaissent rien» et qui est comparable à «une girouette creuse» [sic] (p. 641);
· 7) «l’obstination des anciens déportés à défendre des faits ou des chiffres historiquement inacceptables» (ibid.);
· 8) Danuta Czech, du Musée d’Auschwitz, «se rendant coupable de faux historique» (p. 643);
· 9) les dessins et le témoignage de David Olère dont il faisait autrefois si grand cas (p. 649). Puis, il explique que les fours crématoires n’émettaient pas de fumées et qu’on a parfois procédé à «de vulgaires montages photographiques» pour faire croire à de prétendues émissions (p. 648).
Enfin, interrogé sur ses projets, il annonce qu’il prépare un livre sur l’entreprise Topf und Söhne, fabricante de fours crématoires, et qu’il y parlera des «chambres à gaz nazies» mais, précise-t-il de manière sibylline, «sous une forme qui reste à définir et avec des résultats inhabituels» (p. 651). L’entretien se clôt sur la question suivante: «Quelles sont vos conclusions sur toute cette affaire?» Voici, sans autre commentaire, l’intégralité de la réponse de J.-C. Pressac, rédigée, comme de coutume, en un français approximatif:
Michel de Boüard, ancien «Nacht und Nebel» à Mauthausen, a estimé que «le dossier [du système concentrationnaire] est pourri». D’une part, le ressentiment et la vengeance ont primé sur l’apaisement. Puis la mémoire sur l’histoire. D’autre part, la mainmise des communistes sur les principaux organes de commande dans les camps, la formation après la libération d’associations sous leur contrôle et l’établissement durant cinquante ans d’une histoire des camps «démocratiquement populaire» ont introduit le virus de la langue de bois antifasciste. Approximation, exagération, omission et mensonge caractérisent la majorité des récits de cette période. Le discrédit unanime et sans appel dont sont frappés les écrits communistes ne peut que déteindre sur une expérience concentrationnaire viciée par leurs idées et l’annihiler. - Peut-on redresser la barre ? Il est trop tard. Une rectification générale est humainement et matériellement impossible. Tout changement historique entraîne une dévalorisation de cette mémoire fixe et présentée comme définitive. Or, de nouveaux documents surgiront inévitablement et bouleverseront de plus en plus les certitudes officielles. La forme actuelle, pourtant triomphante, de la présentation de l’univers des camps est condamnée. Qu’en sauvera-t-on? Peu de choses. En effet, magnifier l’univers concentrationnaire revient à résoudre la quadrature du cercle, à transmuter le noir en blanc. La conscience des peuples n’aime pas les histoires tristes. La vie d’un zombi n’est pas «porteuse», d’autant que la douleur subie a été ensuite exploitée et monnayée: décorations, pensions, postes, influence politique. On ne peut à la fois être victime et privilégié, voire bourreau à son tour. - De tous ces faits, terribles parce qu’ayant provoqué la mort de femmes, d’enfants et de vieillards, ne survivront que ceux établis. Les autres sont destinés aux poubelles de l’Histoire (p. 651-652).
C’est sur ces mots et c’est sur ces «poubelles de l’Histoire», appelées à recueillir le dossier «pourri» d’une histoire du système concentrationnaire inspirée par le mensonge et le lucre, que s’achèvent à la fois la confession de J.-C. Pressac et le livre de Valérie Igounet (les pages restantes de l’ouvrage étant consacrées à: chronologie, sources, bibliographie, index et table des matières).

Pressac n’avait pas d’autre issue

Certains naïfs ou faux naïfs seront tentés de rendre hommage à l’individu pour son courage ou sa franchise. Ce serait d’abord oublier les infamies et les bassesses qu’il s’était permises sur le compte des révisionnistes. En réalité, à force de théories grotesques, de faux-bonds, de faux-fuyants, de faux-semblants, de volte-face et de retournements sur lesquels je ne reviendrai pas ici, J.-C. Pressac a fini par se retrouver seul. Non seulement il s’est vu, plus que jamais, traqué par les révisionnistes qui, à l’occasion de chacune de ses nouvelles élucubrations, démontraient sa sottise et ses contradictions, mais aussi, devant ses échecs répétés et ses promesses non tenues, tous les puissants qu’il avait voulu servir lui donnaient son congé et lui supprimaient ses gages. A la fin, il leur avait promis qu’il relèverait le défi révisionniste et qu’à défaut de montrer une «chambre à gaz nazie» il en dessinerait une. Las! Il s’est finalement rendu compte que le dessin technique de cette magique chambre à gaz était aussi irréalisable sur un ordinateur que ce qu’il appelait lui-même «la quadrature du cercle».

Puis, il avait promis un livre sur les archives de la compagnie Topf und Söhne, mais l’étude de ces archives et des procès intentés après la guerre aux responsables ou au personnel de la compagnie ne pouvait que contredire plutôt que corroborer l’existence des «chambres à gaz nazies». Un tel échec, sur toute la ligne, ne pouvait plus être tenu caché. En pareille situation, le malheureux Pressac n’avait plus qu’à rendre les armes. C’est ce qu’il a fait le 15 juin 1995 (5).

Placés dans une situation identique, pris en flagrant délit de mensonges éhontés, les Raul Hilberg, les Elie Wiesel ou les Claude Lanzmann, eux, ne capitulent pas. Cela s’explique. Ils ont pour eux cet atavique aplomb dans le mensonge qu’en leur langue ils appellent shutzpah et qui manquait au catholique français Jean-Claude Pressac. Et puis, même s’ils se déchirent entre eux à belles dents, ces trois éminents juifs trouveront toujours dans leur communauté de puissants appuis pour les défendre. L’expérience nous l’enseigne: si, par malheur pour elle, une gloire de la littérature holocaustique se trouve un jour publiquement convaincue de mensonge, la règle est la suivante: ou bien il s’agit d’un juif et l’intéressé se tirera d’affaires, ou bien il s’agit d’un shabbat goy, c’est-à-dire d’un non juif qui s’est mis au service des juifs, et il sera livré aux chiens. Jean-Claude Pressac aura connu une destinée comparable à celle d’un Binjamin Wilkomirski, - né, en réalité, Bruno Grosjean, - d’une Laura Grabowski, - née, en réalité, Laura Rose Wilson, - ou d’un Enric Marco, qui, avec une prodigieuse réussite, s’était, de toutes pièces, pourvu d’une identité et d’une expérience d’ancien déporté.

On peut dire qu’en toute justice Jean-Claude Pressac a mérité son sort.


(1) Raphaël Esrail, secrétaire général de l’Union des déportés d’Auschwitz, «L’évacuation d’Auschwitz», Historiens et géographes, janvier 2005, p. 45.
(2) Louis Charpentier, Stalag V, A, Paris, Bishop et fils, mars 1944, p. 116. Parlant de la rumeur qui enfle avec le temps et qui prospère, l’auteur en vient à écrire: «Le bouteillon... la nouvelle, elle a profité en vieillissant». Soit dit en passant, à la page 112 de cet ouvrage figure un dessin montrant deux hommes qui, affublés d'un masque à gaz, sortent d’une «Cabine de désinfection» en portant une tringle aux cintres de laquelle sont suspendus des uniformes après désinfection (de germes infectieux) et désinfestation (de nuisibles). En 1945-1946, ce sont des cabines de ce genre que la propagande des vainqueurs a présentées, par exemple à Dachau, comme des chambres à gaz d’exécution.
(3) «Robert Jan van Pelt, a scholar who is clearly inferior to Pressac both intellectually as well as regarding his critical attitude» (Carlo Mattogno, «My Memories of Jean-Claude Pressac», The Revisionist, November 2003, p. 434).
(4) En dépit d’une rumeur insistante, il me faut, une fois de plus, préciser ici que jamais J.-C. Pressac n’a été mon «collaborateur» ou mon «disciple».
(5) Sur l’amertume des auteurs juifs à l’endroit de J.-C. Pressac, on se reportera à deux de mes pièces datant de 1996: «Le Monde juif contre Jean-Claude Pressac» et «Pauvre Pressac!» (ER, p. 1753-1754).

Ten Years Ago, Jean-Claude Pressac's Capitulation


Financed, in France, by the Klarsfeld couple and, in the United States, by rabbi Michael Berenbaum (director of the United States Holocaust Memorial Museum in Washington from 1988 to 1993), the pharmacist Jean-Claude Pressac had known glory in the years 1993-1995, particularly with the greatly heralded launching of his book Les Crématoires d'Auschwitz, la machinerie du meurtre de masse, published in 1993 with the French taxpayer's money under the auspices of the Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
The grotesque character of his argument and his book was patent. Nonetheless, at the time, official historians and mainstream journalists rivalled each other in praise of it. In doing so they once again debased themselves, trying to sell us a sow's ear as a silk purse.
In the wartime Auschwitz camp there existed what the internees called "Radio Crapper" ; (1) elsewhere in the same era, in a French prisoners' camp at Ludwigsburg, a small internal newspaper entitled "Camp-Cans" circulated. (2) It is only human that, in any prison, in any enclosed space, rumours, gossip and other kinds of the most outlandish talk should make the rounds; besides, the senior inmates can make themselves seem interesting, especially to newcomers, by peddling fictitious horrors to be added to some already sickening realities.
But it is unconscionable that still today, sixty years after the war, historians and journalists should persist in such unison in echoing inanities of the sort to the point where they give the impression of working for a "Super Radio Crapper International" or a "Super Worldwide Camp-Cans".
As far as J.-C. Pressac is concerned, those professionals of history and information have, since his book's appearance, aggravated their case by not breathing a word either of the routing of their hero on May 9th, 1995 in the Paris criminal court's 17th chamber (the section that hears press matters), or of the act of surrender that he signed on the following June 15th, or, finally, of his premature death at age 59, on July 23rd 2003. Again in unison, all the former flatterers observed the omertà. The same media that had praised Pressac to the skies all refrained from reporting, if only with a single sentence, the passing of their erstwhile hero. In either case, that of a deafening promotion and that of a total silence, there were no orders given, no orchestration, instruction or plot to the respective effect. In an age where a subject like that of the "Holocaust" and the "Nazi gas chambers" has become taboo, everyone knows how to behave: with servility towards the lobby that holds the purse, has the whip hand and that with a single word, "anti-Semitic", can ruin a career, a reputation, a life. If those concerned feel it will please the master, there is dancing in the town square; if the master is seen to frown, it is back to the house or the kennel.
Why and how he capitulated
So then, ten years ago to the day, on June 15th, 1995, Jean-Claude Pressac capitulated, but the text of that capitulation was made public - discreetly - only in small print at the very end of a book by Valérie Igounet published in Paris in April 2000 under the title Histoire du négationnisme en France (Editions du Seuil). It may be feared that a good number of the book's readers have paid but scant attention to these two half-pages (651-652) in a great mass of text where the author lets Pressac have his say. Nonetheless they are of capital importance for the history of the "Nazi gas chambers" controversy. On them Pressac states quite simply that, when all is said and done, the official dossier on the Nazi concentration camps is "rotten". He even adds that the dossier is irremediably "rotten" and that, consequently, it is "bound for the rubbish bins of History"! He draws up a veritable indictment against "memory" which has "taken precedence over history", against the distortions inspired by "resentment and vendetta", against the communists and their associations, which have set themselves up as the guardians of a false truth (he does not dare, however, to implicate the Jews and Jewish associations). He says: "Approximation, exaggeration, omission and lying characterise the majority of the accounts of that period". He asks: "Can things be put back on an even keel?" and answers: "It is too late. An overall rectification is humanly and materially impossible".
Pressac had taken the term "rotten" from professor Michel de Boüard. A former internee at Mauthausen (he had been convicted of acts of resistance), that historian, at once a Roman Catholic and close to the communists, became after the war dean of the literature and social sciences faculty at the university of Caen (Normandy) and a member of the Institut de France. He headed the commission for the history of the deportation within the Comité de l'histoire de la deuxième guerre mondiale, directly responsible to the Prime Minister's office. A holder of the decorations Croix de guerre and Médaille de la Résistance, he was a commandeur of the Légion d'honneur. For more on the late Michel de Boüard's sudden declarations of 1986-1987, which were amply revisionist in nature, one may consult the pages listed under his name in the index of my Ecrits révisionnistes (1974-1998).
There is an explanation for Pressac's sudden change of position. On June 15th, 1995, the moment when he signed his act of surrender, the man was still feeling the effect of the humiliating blows he had taken the previous month in the 17th chamber of the Paris criminal court, presided over by Madame Martine Ract-Madoux. A deafening media clamour had, in September 1993, accompanied the appearance of his aforementioned volume. I had replied with a little book entitled Réponse à Jean-Claude Pressac sur le problème des chambers à gaz. That reply led to my prosecution under the Fabius-Gayssot Act prohibiting any disputing of the "existence" of crimes against humanity as defined and punished by the judges at Nuremberg. My barrister, Maître Eric Delcroix, and I had requested Pressac's summoning, under pain of arrest, as a witness. Two articles in my Ecrits (p. 1674-1682 and 1683-1693) give an account of that session in court relating the witness's increasingly plain discomposure, his evasiveness and inability to answer Maître Delcroix's questions, and the consternation of the presiding judge at the sight of one who, arms raised on high, declared that too much was being asked of him, that he had just one life, that he was alone in his struggle.
The legal proceedings brought against us for the offence of revisionism, in France and abroad, have been exhausting. We have at times known discouragement and been tempted to consider it pointless to mount any defence worthy of the name. But it must be acknowledged that those court cases have greatly strengthened our cause. Our opponents had refused all our offers of debate, all public confrontation. They trumpeted that their dossier, that of the "Holocaust" or "Shoah", was as solid as could be. And the only times where we have been able to force them to confront us in any arena before an audience have been those proceedings that they had the gall to institute against us. On one lone occasion have our adversaries been able to give the impression of winning at the level of the historical or scientific controversy. That was the instance of their more recent court victory, in London, against David Irving. But David Irving is at the very most a semi-revisionist, and does not know the argumentation of "Holocaust" revisionism well at all. In the course of his lawsuit he did not know how to shut up a certain species of sub-Pressac, a sort of rabbinical visionary, the Jew Robert Jan van Pelt . (3) Irving had not accepted the offer to come to his aid made by such an expert as Germar Rudolf. In all the other cases where revisionists have really known how to stand up for themselves, the opponent's rout has been manifest. On this score, Ernst Zündel's two long trials in Toronto in 1985 and 1988 were exemplary. I am not speaking here of the judicial conclusions but of the results obtained at the historical or scientific level with, on the one hand, the flight of the opposing party's experts and witnesses and, on the other hand, the significant contributions, on the occasion of those trials, made by revisionist researchers to the advancement of historical scholarship (particularly with the Leuchter report on Auschwitz and Majdanek).
Jean-Claude Pressac died on July 23rd, 2003, at the age of 59. The man whom the media of the Western world had saluted as a sort of genius who, allegedly, had floored revisionism in general and Robert Faurisson in particular, departed this life in the most complete obscurity: not a single organ of the mainstream press that had so extolled him even announced his death. (4)
Thus June 15th, 1995, with that act of surrender by Jean-Claude Pressac, constitutes one of the most noteworthy dates in the history of revisionism.

The text of his capitulation itself
It was with much precaution that V. Igounet presented, in an appendix to her book, the text of her "interview with Jean-Claude Pressac". She wrote:
After having accorded me an interview, Mr Pressac deemed it necessary to rework the text of it entirely. The interview that follows is thus not a faithful transcript of our tape recording. This text was drafted and then processed on computer by Jean-Claude Pressac; we reproduce it here as it was given to us, without making any corrections. Certain questions were not put by the author [V. Igounet]. It goes without saying that the words of Jean-Claude Pressac are the responsibility neither of Valérie Igounet nor of the Editions du Seuil (p. 613).
A footnote specifies that the text's copyright belongs to Jean-Claude Pressac. In his "interview" of nearly forty pages, the latter first gives the impression of developing, his customary views on the "Nazi gas chambers", not without introducing significant mitigations. Then he is seen denouncing or disputing, all in a jumble 1) "an accumulation of silliness" on the subject of homicidal gassings, "each bit of which is stupider and more nonsensical than the others, which proves the pitiful level of concentration camp scholarship, based exclusively up to today on the 'sacrosanct' testimonies" (p. 621); 2) "the communist history of the [Auschwitz] camp" (p. 625); 3) "a hotchpotch of testimonies, unusable because without historical analysis" (p. 627); 4) "the irrational attitude" of the late exterminationist historian Georges Wellers (p. 633); 5) the antirevisionist [Fabius-Gayssot] law (p. 638); 6) Pierre Vidal-Naquet, one of those "who know nothing about it all" and who may be compared to "a hollow weather-vane" [sic] (p. 641); 7) "the former deportees' stubbornness in defending historically unacceptable facts or figures" (ibid.); 8) Danuta Czech, of the Auschwitz museum, "rendering herself guilty of historical forgery" (p. 649); 9) the drawings and testimony of David Olère, to which he used to attach such great importance (p. 649). Then he explains that the crematory ovens did not emit smoke and that "crude photographic tampering" had sometimes been carried out in order to lead people to believe in the alleged emissions (p. 648). Finally, when asked about his projects, he announces that he is preparing a book on the firm Topf und Söhne, makers of those ovens, and that he will deal with the "Nazi gas chambers" but, he specifies in a cryptic manner, "in a form that remains to be defined and with uncustomary results" (p. 651). The interview closes with the question: "What are your conclusions on this whole business?" Here, without further commentary, is Pressac's response in its entirety, which he wrote in his usual fractured French.
Michel de Boüard, former "Nacht und Nebel" at Mauthausen, considered that "the dossier [on the concentration camp system] is rotten". On the one hand, resentment and vendetta prevailed over conciliation. Then memory over history. On the other hand, the communists' grip on the main organs of command in the camps, the setting up after the liberation of associations under their control and the establishment for fifty years of a "peoples' democratic" history of the camps have introduced the virus of antifascist cant. Approximation, exaggeration, omission and lying characterise the majority of the accounts of that period. The unanimous and irrevocable discredit in which the communist writings are held can only rub off on a concentration camp experience tainted by their ideas and annihilate it. — Can things be put back on an even keel? It is too late. An overall rectification is humanly and materially impossible. Any historical change brings on a depreciation of this set memory presented as definitive. However, new documents will inevitably spring forth and will disrupt the official certainties more and more. The current form, although triumphant, of the presentation of the camp universe is doomed. What will be salvaged of it? Little. In effect, glorifying the concentration camp universe amounts to solving the squaring of the circle, to transmuting black into white. The conscience of peoples doesn't like sad stories. A zombie's life isn't a "growth area", all the less so when the pain endured has subsequently been exploited and turned into benefits: decorations, pensions, positions, political influence. One cannot be both victim and privileged, with a turn at being executioner as well. — Of all these facts, terrible because having caused the death of women, children and old people, only the established ones will survive. The others are bound for the rubbish bins of History (p. 651-652).
It is with these words and these "rubbish bins of History", called on to collect the "rotten" dossier of a history of the concentration camp system, a body of writings and testimonies largely inspired by lies and lucre, that both Pressac's confession and Valérie Igounet's work come to an end (the remaining pages are devoted to a chronological table, sources, bibliography, index and table of contents).
Pressac had no other way out
Some naïve or pretendedly naïve persons will be tempted to pay tribute to the individual for his courage and forthrightness. That would be, first of all, to forget the base and slanderous remarks about the revisionists that he had allowed himself. In reality, by dint of grotesque theories, false undertakings, evasions, pretences, about turns and reversals with which I shall not deal again here, Pressac ended up finding himself all alone. Not only did he see himself, more than ever, tracked down by the revisionists who, on the occasion of each new strange imagining that he pronounced, demonstrated Pressac's foolishness and contradictions, but also, in the face of his repeated failures and unkept promises, all the powerful people whom he had wanted to serve gave him his notice and revoked his stipend. In the end, he had promised them that he would take up the revisionist challenge and, if unable to show a "Nazi gas chamber", would draw one. He finally came to grips with the fact that the technical drawing of that magical gas chamber was as unrealisable on a computer as what he would himself call "the squaring of the circle". Then he promised to bring out a book about the records of Topf und Söhne, but the study of those records and of the proceedings brought against the company's heads and personnel could only argue against rather than corroborate the "Nazi gas chambers'" existence. A comprehensive failure like that could not remain hidden for long. In such a situation, poor Pressac had no choice but to lay down his arms. And that is what he did on June 15th, 1995. (5)
For their part, when placed in like circumstances, caught in the act of telling outrageous lies, the Raul Hilbergs, the Elie Wiesels or the Claude Lanzmanns do not capitulate. There is a good explanation for this. They have in their favour that atavistic cheek in lying which they call in their language chutzpah and which the French Catholic Jean-Claude Pressac lacked. And then, even though between themselves they heartily tear one another apart, those three eminent Jews will always find powerful supporters within their community to defend them. Experience teaches us: if, by misfortune, a glorious figure of holocaustic literature finds himself one day publicly caught out in a lie, the rule is as follows: either the party involved is a Jew and will simply get out of it, or it is a shabbas goy, i.e. a non-Jew who had enrolled in the service of the Jews, and will be thrown to the dogs. Pressac was to know a fate comparable to that of a Binjamin Wilkomirski, — born, in reality, Bruno Grosjean, — of a Laura Grabowski, — born, in reality, Laura Rose Wilson, — or of an Enric Marco, who, with phenomenal success, had fitted himself out with the identity and the experience, made up out of nothing, of a wartime deportee.
It may be said in all fairness that Jean-Claude Pressac got his just deserts.
June 15, 2005

______________

Notes

(1) Raphaël Esrail, secretary general of the Union des déportés d'Auschwitz, "L'évacuation d'Auschwitz", Historiens et géographes, January 2005, p. 45.
(2) Louis Charpentier, Stalag V, A, Paris, Bishop et fils, March 1944, p. 116. (The neologism camp-cans would be pronounced exactly like cancans, a word meaning "gossip" — Translator's note.) Dealing with the rumour that grows stronger with time and prospers, the author proceeded to write: "The gossip the news has thrived while growing old". It may be noted in passing that on page 112 of this book there is a sketch showing two men in gas masks coming out of a "disinfection cubicle" carrying a rod of coat hangers laden with uniforms that have just been subjected to disinfection and anti-pest treatment. In 1945-1946, it was cubicles of this kind that the victors' propaganda presented, at Dachau for example, as execution gas chambers.
(3) "Robert Jan van Pelt, a scholar who is clearly inferior to Pressac both intellectually as well as regarding his critical attitude" (Carlo Mattogno, "My Memories of Jean-Claude Pressac", The Revisionist, November 2003, p. 434).
(4) In spite of a persistent rumour, I must, yet once more, make it clear here that J.-C. Pressac was never my "collaborator" or my "disciple".
(5) On the subject of Jewish authors' bitterness towards Pressac, one may refer to two pieces of mine from 1996: "Le Monde juif contre Jean-Claude Pressac" and "Pauvre Pressac!" (ER, p. 1753-1754).

Sunday, June 5, 2005

Les "chambres à gaz" dans le jugement de Nuremberg (version allemande)

1) La version allemande du jugement du Tribunal de Nuremberg occupe les pages 189 à 414 du premier des 44 volumes, soit 226 pages. Chaque page contient une moyenne de 44 lignes (c'est le nombre de lignes de la page 190). Donc le jugement tout entier occupe environ 9944 lignes.

Les deux passages où il est question des chambres à gaz occupent 13 lignes de la page 263 (« In einer Anzahl von Konzentrationslagern […] wo sie dem Tode überliefert wurden ») et 37 lignes de la page 282 (« Alle Arbeitsfähigen […] und zogen das Gold aus den Zähnen der Leichen »), soit un total de 50 lignes.

Autrement dit, le sujet des chambres à gaz occupe 50 lignes sur environ 9944 lignes, soit environ 0, 5% du total du texte du jugement tandis que 99,5% de ce jugement traitent d'autres sujets.

Par conséquent, l’on est fondé à dire que, pour les juges de Nuremberg, le sujet des chambres à gaz nazies, a été traité comme un détail.

2) Le contenu de la page 263 est remarquablement vague. Le mot de « Gaskammern » y apparaît 2 fois et seules 4 lignes en tout sur les 13 lignes de l’alinéa concernent vraiment le sujet. Aucune description de cette arme du crime n’est même esquissée. Aucune expertise n’est mentionnée. Rien n’indique la nature du gaz. La procédure n’est pas décrite. On ne précise le nombre ni des exécutants ni des exécutés. Mieux : on ne dit ni où ni quand ces chambres à gaz ont fonctionné. On nous dit seulement qu’elles auraient fonctionné « dans un certain nombre de camps de concentration » (In einer Anzahl von Konzentrationslagern). Ce nombre est donc incertain.

3) Le contenu de la page 282 est moins vague mais les quelques détails cette fois-ci apportés invalident le récit. Le mot de « Gaskammern » y apparaît une seule fois ; en outre, une fois et une seule fois, est employé le mot, au singulier, de « Todeskammer » (chambre de mort). Là encore aucune description de cette arme du crime n’est même esquissée, aucune expertise n’est mentionnée et rien n’indique la nature du gaz. On nous dit que « certains camps de concentration, tels que Treblinka et Auschwitz furent principalement choisis à cette fin » (Bestimmte Konzentrationslager, wie Treblinka und Auschwitz, wurden für diesen Hauptzweck bestimmt). On ne nous nomme donc que deux camps sans produire un critère qui permettrait de déterminer si tel ou tel autre camp de concentration, en plus de ces deux-là, possédait une ou plusieurs chambres à gaz. On ne nous dit pas combien il y aurait eu de chambres à gaz soit à Auschwitz, soit à Treblinka. Sur Treblinka, on ne nous fournit aucune précision sinon que les victimes savaient presque toujours qu’elles allaient être exterminées (die Opfer fast immer wussten, dass sie vernichtet werden sollten). Sur Auschwitz, ce qu'on nous fournit, c’est, en tout et pour tout, un EXTRAIT d'une DECLARATION (Aussage) FAITE PAR UN HOMME qui, pendant un certain temps, A COMMANDE ce camp. Cette déclaration est donc une AUTO-ACCUSATION ou une CONFESSION. On peut s’étonner de ce que la formidable accusation ici portée contre l’Allemagne ne repose que sur une CONFESSION, obtenue, on ne sait dans quelles conditions, d’un vaincu détenu et interrogé par ses vainqueurs. Vu l’ampleur du crime qui est ici en cause, on n’imagine pas un tribunal qui oserait conclure que, dans telle agglomération, plusieurs centaines de milliers d’habitants ont été assassinés et qui, pour étayer cette conclusion, ne fournirait aucun rapport d’expertise mais seulement l’AVEU d’un prisonnier de guerre détenu par ses ennemis. Aucune preuve n’est donc ici fournie mais seulement un témoignage, le témoignage d’un seul témoin (« testis unus, testis nullus ») et un témoignage de la pire catégorie qui soit : celui d’un homme qui s’accuse lui-même devant des personnes qui le tiennent à leur merci pour sa nourriture, son sommeil, ses conditions de vie et son intégrité physique.

4) A y regarder de près, le contenu de cet AVEU est irrecevable. Il est vague, invraisemblable et absurde. On nous dit que, selon l’estimation de Höss, qui a été le commandant du camp du 1er mai 1940 au 1er décembre 1943, ont été exterminés dans cette période de temps 2 500 000 hommes et que 500 000 autres sont morts de maladie et de faim. Le total aurait donc ainsi été de 3 millions de morts pour cette période. Comme le camp en question a été évacué vers le 18 janvier 1945, sa durée d’existence et de fonctionnement meurtrier se serait prolongée pendant encore 13 mois après le départ de ce commandant et, par conséquent, le chiffre de 3 millions de morts aurait dû être largement dépassé. Or il est aujourd’hui admis par les autorités actuelles du Musée d’Auschwitz que le chiffre des victimes s’est élevé à environ 1 500 000 tandis que les auteurs qui défendent la thèse de l’extermination des juifs (parmi eux citons Reitlinger, Hilberg, Piper, Bédarida, Pressac, Meyer) proposent des évaluations nettement inférieures et parfois très nettement inférieures ; avec Jean-Claude Pressac (1994) elles descendent jusqu’à un chiffre situé entre 630 000 et 710 000, dont 470 000 à 550 000 gazés et, avec Fritjof Meyer (2002), elles tombent au chiffre de 510 000 morts, dont 356 000 gazés.

Un seul mystérieux médecin, dont on ne nous donne pas le nom aurait, pendant des années, procédé à d’innombrables sélections pour un mystérieux camp d’extermination (Vernichtungslager) ; cette expression de « camp d’extermination » a été créée de toutes pièces par les accusateurs. On nous dit que les enfants en bas âge ont été systématiquement exterminés ; or le camp d’Auschwitz comprenait un camp des familles ; des femmes juives y ont accouché de leurs enfants et il existe encore aujourd’hui au moins une association d’anciens enfants d’Auschwitz, comprenant des personnes nées à Auschwitz ou qui ont été internées à Auschwitz dans leur jeune âge. Quant au déroulement de la mise à mort (Vorgang der Tötung), tel qu’il nous est ici décrit, il est physiquement impossible. En effet, selon d’autres fragments de la confession de Höss, non cités ici, et selon la vulgate, le gaz employé pour tuer aurait été de l’acide cyanhydrique (sous la forme et avec le label de Zyklon B, un produit insecticide inventé en 1922). Or l’acide cyanhydrique, sous la forme du Zyklon B, est long et difficile à évacuer après usage ; il tend à adhérer aux surfaces avec lesquelles il a été en contact et même à les pénétrer ; de plus il est explosible (dans certaines conditions, cela va de soi). On ne voit donc pas comment les membres des Sonderkommandos, après une attente d’environ une demi-heure, auraient pu impunément pénétrer dans un local imprégné d’acide cyanhydrique et cela pour y manipuler des cadavres imprégnés de ce même poison et donc rendus intouchables ; les bouches d’où on nous dit qu’ils extrayaient les dents auraient régurgité du gaz, etc. L’impossibilité technique est ici évidente au point que, lorsqu’en 1978-1979, je l’ai exposée dans le journal Le Monde et quand j’ai demandé comment un tel meurtre de masse aurait été techniquement possible, des historiens français, au nombre de 34, m’ont répondu : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible ; il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu. » Autrement dit ces historiens n’ont pas trouvé de réponse à la question posée et, s’ils n’ont pu répondre, c’est parce qu’aucune réponse n’était possible.

5) Il est impossible d’attribuer à cette conclusion du tribunal militaire international une valeur de vérité notoire et incontestable. C’est d’autant plus impossible qu’un pan entier de cette conclusion a été notoirement contesté sans que les tribunaux allemands y trouvent à redire : ce pan entier, c’est celui du nombre des victimes de ces prétendus abattoirs humains. Sur ce point, les écrits des six auteurs, publiés en Allemagne, n’ont fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire.

6) L’existence des chambres à gaz nazies n’a été notoire et incontestable pour aucune des autorités suivantes : Roosevelt, Churchill, De Gaulle, Eisenhower, Staline, Truman, Benes, Pie XII, le Comité international de la Croix-Rouge. La liste pourrait être plus longue. Même dans leurs mémoires, rédigés après la guerre et après le jugement du tribunal de Nuremberg, Churchill, De Gaulle et Eisenhower n’ont jamais mentionné ces chambres à gaz. En août 1943, les Alliés avaient décidé de rayer toute mention des chambres à gaz dans un communiqué commun qu’ils s’apprêtaient à publier sur « les atrocités allemandes », parce que, après enquête, ils avaient découvert que les preuves étaient insuffisantes (« evidence […] not substantial enough » / « insufficient evidence »). Et, par la suite, ils n’avaient pas changé d’avis, ce qui, soit dit en passant, pourrait être la raison pour laquelle ils ont refusé, aussi bien du côté occidental que du côté de Staline, de bombarder Auschwitz.

7) Donc l’existence et le fonctionnement des chambres à gaz nazies 1) n’ont rien d’offenkundig ; 2) et restent à prouver. Nous attendons encore une preuve, une seule preuve. Nous attendons encore qu’on nous montre ou qu’on nous dessine un seul spécimen de cette « arme du crime ». Affirmer sans preuve, c’est formuler un jugement téméraire. Accuser d’un crime sans apporter de preuve, c’est calomnier.

PS : Voy. Mark Weber, « The Nuremberg Trials and the Holocaust », The Journal of Historical Review, Summer 1992, p. 167-213. En traduction : « Les procès de Nuremberg et l’Holocauste », Nouvelle Vision [Vincent Reynouard], décembre 1992, p. 3-47 ; Robert Faurisson, « Les chambres à gaz dans le texte [français] du jugement de Nuremberg » (décembre 1992) reproduit dans Ecrits révisionnistes (1974-1998), publiés en 1999, p. 1470-1473.

5 juin 2005