Friday, July 20, 2001

La piscine d’Auschwitz I

Le révisionniste germano-australien Fredrick Toben nous signale la présence aujourd’hui, à côté de la piscine du camp, d’un panneau où se lit en polonais, en anglais et en hébreu une inscription destinée à faire croire au visiteur que cette piscine était en fait un simple réservoir d’eau pour la brigade du feu. La version anglaise porte:

Fire brigade reservoir built in the form of a swimming pool, probably in early 1944.



Il pose la question de savoir à quelle époque précise ce panneau est apparu. Je n’en sais personnellement rien mais l’inscription est aussi fallacieuse que bien d’autres allégations ou explications des autorités du Musée d’Etat d’Auschwitz. On ne voit pas pourquoi les Allemands, au lieu de se contenter d’un réservoir ordinaire, aurait donné à ce dernier la forme d’une piscine avec plongeoir.

Cette piscine était une piscine. Elle servait aux détenus. Marc Klein l’évoque au moins à deux reprises dans ses souvenirs du camp. Dans un article intitulé: «Auschwitz I Stammlager», il écrit:
L’horaire de la journée de travail était modifié les dimanches et les jours de fête, pendant lesquels la plupart des kommandos vaquaient. L’appel se faisait alors vers midi et la soirée consacrée au repos pouvait être employée selon les goûts de chacun. Des matchs de football, de basket-ball, de water-polo (dans une piscine en plein air construite par les détenus à l’intérieur de l’enceinte) attiraient une foule de curieux. Il est à noter que seuls les proéminents bien nourris, exempts de travaux pénibles, pouvaient se livrer à ces sports qui recueillaient les plus vifs applaudissements de la masse des autres détenus (De l’Université aux camps de concentration : Témoignages strasbourgeois, Paris, les Belles-lettres, 1947, p. 453).
Dans une brochure intitulée: Observations et réflexions sur les camps de concentration nazis, il écrit encore:
Auschwitz I se composait de 28 blocs en pierre disposés sur trois rangées parallèles entre lesquelles étaient établies des routes empierrées. Une troisième route bordant la longueur du rectangle était plantée de bouleaux, la Birkenallee, promenade réservée aux détenus, munie de bancs et où se trouvait aussi une piscine en plein air (Brochure de 32 pages imprimée à Caen, 1948, p. 10; cette brochure reproduit un article publié dans Etudes germaniques, n° 3, 1946, p. 244-275).
M. Klein, professeur à la faculté de médecine de Strasbourg, prenait le soin de préciser à propos de son premier témoignage que celui-ci avait été soumis «à la lecture et à la critique de Robert Weil, professeur de sciences au lycée de Sarreguemines» et qui avait été détenu dans les mêmes camps que lui (p. 455).



Swimming Pool, Auschwitz Camp, June 1996.

En 1985, lors du premier procès d’Ernst Zündel à Toronto, j’avais fait état du témoignage de M. Klein mais le véritable spécialiste de l’histoire de la piscine d’Auschwitz I n’était autre à l’époque qu’un autre révisionniste, le Suédois Ditlieb Felderer. Si mes souvenirs sont bons, la presse canadienne avait titré sur sa déposition en la matière. Dans ses écrits, il revient d’ailleurs souvent sur ce sujet et sur quelques autres sujets, bien matériels et bien précis, qui sont tout aussi dérangeants pour les tenants de la thèse exterminationniste.

NB: L’eau d’une piscine peut évidemment servir aux pompiers en cas d’incendie. Dans sa brochure, M. Klein écrit qu’il y avait des pompiers au camp avec «un équipement très moderne» (p. 9). Au chapitre de ce qu’il ne s’attendait pas à voir à son arrivée, en juin 1944, «dans un camp dont le monde entier connaissait déjà la sinistre réputation grâce aux émissions radiophoniques alliées», notons, pour les détenus, «un hôpital avec des sections spécialisées selon les techniques hospitalières les plus modernes» (p. 4), «des lavoirs vastes et bien aménagés ainsi que les w.-c. collectifs construits selon les principes modernes de l’hygiène sanitaire» (p. 10), «l’épouillage aux ondes courtes qui venait d’être créé» (p. 14), «la boulangerie mécanique» (p. 15), l’assistance judiciaire aux détenus (p. 16-17), l’existence d’«une cuisine diététique» pour certains malades avec «des soupes spéciales et même un pain spécial» (p. 26), «une bibliothèque où l’on trouvait de nombreux ouvrages de référence, des manuels classiques et des périodiques» (p. 27), le passage quotidien tout près du camp de «l’express de Cracovie-Berlin» (p. 29), un cinéma, un cabaret, un orchestre (p. 31), etc. M. Klein note également les aspects horribles de la vie du camp et toutes les rumeurs, y compris les «horrifiques histoires» de gazages auxquelles il ne semble avoir vraiment cru qu’après la guerre, et cela grâce aux témoignages des «différents procès des criminels de guerre» (p. 7).

Addendum of 27 July. A wartime detainee and, like M. Klein and R. Weil, a Jew himself, confirmed, in a short testimony written in 1997 entitled «Une Piscine à Auschwitz,» that he saw, in July 1944, dozens of his fellow prisoners busy at work on the said pool which, he pointed out, had «a diving board and an access ladder»; he could have added «along with three starting blocks for races.» He wrote that towards the end of that month «a newsreel director had some deportees filmed swimming there.» As one might expect, he enlivened his account with the regular stereotypes of the SS men’s or kapos’ brutality and he saw in the making both of the pool and of the film nothing but a propaganda operation. His report ends with two interesting remarks. First, that in 1997 no guide was «aware» of the pool (which nonetheless was before the guides’ very eyes and of which a photograph accompanies the article: we read that this picture, showing a swimming pool full of water, was taken in that year) and that the author would like to know just where the newsreel might be today. His question is akin to those put by some revisionists: might the film not be «at the headquarters of the International Red Cross»? Doubtless he meant: at the International Tracing Service (ITS) located at Arolsen-Waldeck in Germany and operating under the direction of the International Committee of the Red Cross (ICRC), with headquarters in Geneva. Since 1978, this body has barred revisionists from its archives, which are known to be an exceptionally rich resource. For its part, the Auschwitz State Museum probably possesses documentation relevant to various aspects of this swimming pool’s construction, e.g. the project, the plans, the financing, the requests for and the supply of building materials, the requisition of labourers, the inspection visits.

(Reference for this account: R. Esrail, registration no. 173295, «Une piscine à Auschwitz», in Après Auschwitz (Bulletin de l’Amicale des déportés d'Auschwitz), n° 264/octobre 1997, p. 10).