Thursday, June 3, 1999

Un juif dénonce sur France-Inter le "bobard" des chambres à gaz nazies


Le 2 juin 1999, le président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a été reconnu coupable d’incitation à la haine raciale par le tribunal de Munich pour avoir déclaré dans cette ville, le 5 décembre 1997, que «les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale». Il a été condamné à payer une amende dont le montant n’a pas encore été précisé (Le Monde, 4 juin, p. 38).

Le 3 juin, soit le lendemain de sa condamnation, il a été in­vité par Stéphane Paoli à France-Inter à partir de 8 h 20. Il a re­fusé de commenter une condamnation qu’il a jugée « inique ». Il a déclaré que le sujet des chambres à gaz était « tabou ».

Comme d’habitude, de 8 h 50 à 9 h, des auditeurs, soigneu­sement filtrés, ont eu la parole, notamment pour poser des ques­tions à l’invité du jour.

Un auditeur prénommé « Henri » (il s’agit d’Henri Lewko­wicz) a demandé à J.-M. Le Pen de cesser de dire que les chambres à gaz (nazies) sont un détail. Il a ajouté que trois membres juifs de sa famille avaient été internés à Drancy, puis déportés, et que ceux-ci étaient morts en déportation. On a pu croire, sur le moment, qu’il reprochait à J.-M. Le Pen de mini­miser l’importance de ces chambres à gaz.

En fait, contre toute attente, il a ajouté que ces chambres à gaz n’étaient pas un détail mais un bobard, un mensonge.

Il a insisté là-dessus, employant deux fois le mot de « bo­bard » et quatre fois celui de « mensonge ».

Le micro lui a alors été coupé.

Le lendemain, Jean-Luc Hees, responsable de France-Inter, a lu un communiqué où il a présenté les excuses de cette station radiophonique pour avoir diffusé de tels propos. Il a dit qu’en France il existait une loi punissant le « négationnisme » et il a félicité S. Paoli d’avoir coupé la parole à Henri.

Le 3 juin, S. Paoli a joué de malchance. Un auditeur a télé­phoné vers la même heure qu’Henri pour reprocher à France-Inter d’avoir caché une nouvelle importante : Fabrice Le Quin­trec qui, tous les jours, du lundi au vendredi, résumait la revue de presse vers 8 h 30 et qui avait été démis de sa fonction pour avoir tout à fait épisodiquement cité dans cette revue de presse des extraits de journaux d’extrême droite, venait de gagner son procès contre France-Inter. S. Paoli, interloqué, s’est déclaré « pris de court » et « incapable de répondre ». Il a fini par pro­mettre une réponse pour le lendemain 4 juin.

Il n’a pas tenu sa promesse.


additif

(25 juin 1999)

H. Lewkowicz a adressé à Rivarol un texte en droit de réponse où il a rectifié sur quelques points les déclarations que cet heb­domadaire, dans sa livraison du 11 juin, lui avait prêtées. Dans ce texte, il ajoute qu’une fois le micro coupé il a proposé à J.‑M. Le Pen de venir témoigner à son procès [en France ?]. Il écrit :

Enfin, une chose que je n’ai pas dite à la radio et que je tiens à dire ici, c’est mon indignation devant les condamnations qui ont frappé M. Jean-Marie Le Pen pour le mot « Détail ». Les condamnations de M. Jean-Marie Le Pen pour le mot « Détail » s’élèvent à 155 millions d’anciens francs environ. Tant qu’on n’aura pas remboursé cette somme à M. Le Pen, je prends l’engagement devant Dieu de voter pour M. Le Pen, quel que soit son programme, et, naturellement, dimanche dernier [13 juin], aux élections européennes, j’ai voté pour la liste « Jean-Marie Le Pen-Charles de Gaulle » (Rivarol, 25 juin 1999, p. 2).

Auparavant, lors d’un procès au Palais de justice de Paris, H. Lewkowicz avait déclaré à la barre, en qualité de témoin de Pierre Guillaume, que les chambres à gaz nazies n’avaient jamais existé.

La publication de sa lettre dans Rivarol devrait normalement déclencher des poursuites judiciaires (dans les trois mois). Mais il est juif et, jusqu’à présent, un juif comme Roger-Guy Dom­mergue Polacco de Menasce a bénéficié du privilège de l’impu­nité malgré ses écrits et ses publications révisionnistes. Si H. Lewkowicz devait être poursuivi, son procès ferait date dans les annales judiciaires de notre pays : pour la première fois un juif aurait à répondre du délit de contestation de crimes contre l’humanité. En revanche, s’il échappe à tout procès, les révision­nistes qui ne sont pas juifs seront fondés à dire publiquement, à leur tour, que les chambres à gaz nazies sont un « bobard » ou un « mensonge » et aucun tribunal ne pourra les condamner à moins d’admettre qu’il y a deux poids, deux mesures, et que, selon que vous êtes juif ou non juif, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

H. Lewkowicz n’en est pas à son coup d’essai. En plus de ses interventions devant un tribunal, au micro de France-Inter ou dans sa lettre à Rivarol, il a développé ses vues révisionnistes dans une cassette vidéo intitulée : Un petit-fils de déporté raconte (V.H.O., B.P. 60, B-2600 Berchem 2, Belgique, 166 FRF).

3-4, 25 juin 1999