Monday, February 7, 1994

Lettre à Françoise Simon, Présidente de la XIe chambre de la cour d’appel de Paris


Voyez la pièce ci-jointe. Vous constaterez que s’y trouve cité à comparaître devant votre cour, le mercredi 9 février 1994, à 13 h 30, un certain Robert Faurisson né à Brunei Darussalam. Je suis né en Grande-Bretagne.

Half British, je ne cesse, depuis 1947, d’observer les magistrats français et le fonctionnement de la justice française. J’y trouve, comme j’ai eu l’occasion, je crois, de vous le dire, un sujet d’émerveillement devant la servilité des magistrats français (à de rares exceptions qui indignent leurs collègues), devant leur mauvaise tenue, leurs négligences, leur désordre et, surtout, devant le fait qu’à de rarissimes exceptions près aucune transcription des propos tenus dans un procès n’est consultable, pour la bonne raison... qu’il n’y a pas de transcription. La manière dont vous vous êtes personnellement conduite à mon égard est édifiante : pendant une heure cinquante (durée de ma défense personnelle à la barre) vous avez ostensiblement détourné votre regard de celui qui vous parlait ; quand j’ai voulu une fois – une seule fois – vous lire un court extrait du statut du tribunal militaire international de Nuremberg, vous m’avez lancé : «Ah non ! Pas de lecture !» et cette interdiction, vous ne l’avez pas fait acter par la greffière, si bien qu’il n’en reste aucune trace. Par la suite, vous avez rendu un arrêt parfaitement inique : pour une interview, vous m’avez condamné, solidairement avec Le Choc du mois, à des peines dont le montant s’élevait à trois cent soixante-quatorze mille francs. A l’heure qu’il est, j’ai personnellement versé cent vingt-huit mille cinq cents francs. Je suis un professeur à salaire unique et j’ai élevé trois enfants. Mon crime : avoir dit la vérité sur l’atroce bobard – votre cher et ignoble bobard – des prétendues chambres à gaz hitlériennes. Selon l’usage, dans le texte de votre arrêt, on n’aperçoit pas l’ombre d’un seul des arguments que, pendant une heure cinquante, j’ai pu développer devant vous. Je vous ai dit l’horreur que m’inspirait votre conduite. Par la suite, j’ai appris accidentellement que mon avocat, Me Éric Delcroix, avait pris l’initiative de vous demander une entrevue afin de vous présenter ses excuses (!) pour mon comportement à votre égard. Il n’en avait pas le droit, ainsi que je le lui ai fait savoir quelques jours plus tard.

J’ai la faiblesse de croire que j’honore ce pays, qui n’est qu’à demi le mien, par mes recherches historiques. J’attends une convocation régulière pour décider de la suite que je donnerai aux injonctions de votre justice (française).

7 février 1994


[La citation est adressée à « Faurisson Robert. Né le 25/01/1929 à Londres (BRUNEI DARUSSALAM) ». Par quel miracle un scribe ou une machine ont-ils pu ainsi localiser la ville de Londres (qui n’est nullement le lieu de naissance de l’intéressé) dans la ville-Etat du nord de Bornéo, un émirat pétrolier dont le nom officiel est effectivement « Brunei Darussalam » ? Il y a là un mystère que nous léguons aux générations futures. – NdÉ]