Monday, March 30, 1992

Les chambres à gaz en voie de disparition ?


Au centre Rachi, à la vidéothèque de Paris et sur FR3 vient d’être projeté Premier convoi, un documentaire de Pierre-Oscar Lévy, Suzette Bloch et Jacky Assoun. Ce documentaire sera diffusé dans les lycées et collèges de France par l’intermédiaire du Centre national de documentation pédagogique. Il retrace l’histoire du premier convoi de juifs qui soit parti de France pour Auschwitz, le 27 mars 1942.

Douze survivants racontent leur expérience. 

Le récit tranche sur les innombrables documentaires consacrés à la souffrance des juifs ; il est relativement sobre et, par conséquent, d’autant plus poignant. 

Si l’on fait abstraction de quelques propos qui relèvent des thèmes de la « propagande de guerre à base de récits d’atrocités » et de quelques clichés ou stéréotypes, on a, pour une fois, l’impression de revivre l’affreuse expérience de ces juifs débarquant à Birkenau à la pire époque du camp, c’est-à-dire au moment où, dans une zone de marécages, commencent à s’édifier les baraquements. Tous les concentrationnaires savent que rien n’était pire que les travaux d’assainissement, de terrassement et de construction d’un camp de travail ou de concentration. Du jour au lendemain, le citadin arraché à la vie civile se voyait contraint de vivre l’expérience du forçat. Il n’était pas soumis à la loi allemande ou militaire mais à celle du bagne et des « chaouchs ». Les privilégiés – des Russes ou des Polonais – se montraient impitoyables. La faim, la fièvre des marais, le typhus, la fièvre typhoïde, les coups incessants, les appels interminables, le vol, la promiscuité venaient rapidement – parfois en quelques jours – à bout des faibles ou des moins débrouillards. Il faut saluer comme une réussite exceptionnelle l’assemblage, habile et point trop tendancieux, de ces fragments de récits et d’anecdotes qui permettent de comprendre ce que veulent dire ces simples et pauvres mots : « J’ai eu faim. J’ai eu soif. J’ai voulu mourir ». 

La magique chambre à gaz est plusieurs fois nommée ; toutefois, sa présence est incroyablement discrète. 

L’un des juifs dira qu’à leur arrivée, le 30 mars 1942 au petit matin, il n’existait pas encore de chambre à gaz, affirmation qui constitue un progrès sur la thèse habituelle selon laquelle fonctionnaient à l’époque la chambre à gaz du Krema-I (que visitent aujourd’hui tant de touristes) et les chambres à gaz du Bunker-1 et du Bunker-2. Dans son Mémorial, Klarsfeld, lui, veut bien admettre qu’aucun juif de ce convoi n’a été gazé. Dans la suite du documentaire, on relèvera bien le bref témoignage de celui qui prétend avoir observé de loin des juifs qui se pressaient autour du Krema-III de Birkenau en l’attente du gazage ; il percevait les cris des victimes ! Ce qu’il ne nous dit pas, c’est qu’il avait vue sur le terrain de football (Sportplatz) qui flanquait le jardin du Krema-III, un jardin aux allées bien dessinées et que manifestementaucune foule n’a jamais piétinées, ainsi qu’en font foi les photographies aériennes prises par les Alliés pendant la guerre et publiées en 1979. 

Pas un instant la caméra ne nous montre la « chambre à gaz » du Krema-I (à Auschwitz même), ni les ruines des autres « chambres à gaz » (sauf, de très loin, les ruines du Krema-III), ni la maquette que les visiteurs du camp peuvent contempler au Bloc 4 (le Bloc de l’extermination) ; les Polonais ont construit cette grande maquette avec une ingénuité communiste ; cherchant à donner une idée du processus de gazage dans les Kremas-II et III de Birkenau, ils sont involontairement parvenus à montrer les impossibilités physiques de ces prétendus abattoirs chimiques. Manifestement, les auteurs du documentaire, des juifs français, avertis de ce qu’est le révisionnisme historique, ont senti que mieux valait faire l’impasse sur le sujet de la chambre à gaz. Imaginons que leur caméra se fût attardée sur ce qu’aujourd’hui encore on présente à Auschwitz ou à Birkenau comme une chambre à gaz « à l’état d’origine » ou « en état de reconstitution », ou encore « à l’état de ruines » ; il est probable que les lycées et les collégiens français auraient demandé un « arrêt sur image » pour examiner l’objet du litige ; ils se seraient alors aperçus qu’on se moquait d’eux. Le risque était trop grand de provoquer le scepticisme. C’est donc à la prudence plus qu’à l’honnêteté qu’il convient probablement d’attribuer une telle discrétion sur un sujet brûlant.

On peut relever bien d’autres silences sur certaines réalités d’Auschwitz et de Birkenau, des réalités qui prouvent que ces camps n’étaient pas des « camps d’extermination » malgré les ravages exercés par les épidémies de typhus et, en particulier, celle de 1942 qui, comme a bien voulu le rappeler l’un des douze témoins, a fait des victimes parmi les SS eux-mêmes (le médecin-chef du camp est mort du typhus). On peut également déplorer certaines habiletés comme celle qui consiste à donner une allure sinistre à des bâtiments surmontés de cheminées, sans préciser qu’il s’agit de l’impressionnant ensemble des cuisines situées à l’entrée du camp d’Auschwitz.

Mais, tout bien considéré, ce documentaire a le mérite d’une relative honnêteté.

Encore un effort et on s’apercevra que, somme toute, le meilleur reportage ou le meilleur documentaire écrit que nous possédions sur les camps de concentration allemands de la dernière guerre était Le Mensonge d’Ulysse de Paul Rassinier.


N.B. : Olivier Duhamel a récemment repris à la télévision la calomnie selon laquelle les autorités de Vichy avaient outrepassé les vœux de l’occupant et exigé l’envoi des enfants juifs en déportation et donc à la mort. Rappelons d’abord que de nombreux enfants juifs ont survécu à la déportation (voyez le film tourné à la libération d’Auschwitz). Précisons ensuite que, si Pierre Laval ainsi que les autorités religieuses ont insisté auprès des Allemands pour qu’en plus des personnes aptes au travail les convois emportent un certain quota d’enfants, c’était afin d’éviter la dislocation des familles. Dans sa solennelle protestation du 26 août 1942, Mgr Théas s’élève contre cette dislocation. Il est arrivé qu’on laisse aux juifs le choix de décider par un vote du sort des enfants : ou les emmener avec eux vers « Pitchipoï » (le pays de légende des récits enfantins) ou les laisser en France à des organisations charitables. Les convois n’ont, par ailleurs, pas manqué de volontaires, appelés « optants ». Ce fut le cas pour les trente infirmiers qui accompagnèrent les déportés du premier convoi qui, par exception, était constitué de wagons de troisième classe. Les juifs de Drancy collaboraient avec les Allemands dans la constitution des listes [1].

30 mars 1992

[1] Voy. Maurice Rajsfus, Drancy. Un camp de concentration très ordinaire, 1941-1944, Levallois-Perret, Manya, 1991, p. 184.


[Publié dans Rivarol, 10 avril 1992, p. 9.]