Friday, January 18, 1991

Lettre à M. l’ambassadeur d’Irak à Paris

Monsieur l’ambassadeur, 

Votre pays traverse une épreuve particulièrement tragique et, avec lui, les peuples du monde arabo-musulman et, avec ces peuples, à un moindre degré, tous les peuples de notre planète, à l’exception peut-être de la communauté juive, en Israël et hors d’Israël, qui a tant œuvré pour qu’éclate cette guerre. 


Les chances d’un retour à la paix resteront minces aussi longtemps que le mythe fondateur de l’État d’Israël ne sera pas remis en cause. Ce mythe est celui du prétendu « Holocauste » des juifs durant la seconde guerre mondiale. C’est grâce à la perpétuation du mensonge historique du « génocide », des « chambres à gaz » et des « six millions » que votre principal adversaire jouit d’un énorme crédit moral et financier, largement immérité. Le révisionnisme historique conteste avec des arguments d’ordre historique et scientifique la religion de l’« Holocauste » et ses dogmes. Ainsi que j’ai eu l’occasion de le déclarer en 1980 sous la forme d’une phrase de soixante mots,

Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière dont les principaux bénéficiaires sont l’État d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier.

Le révisionnisme historique est l’arme atomique du pauvre, à ceci près qu’il ne tue personne et que, fondé par un pacifiste (Paul Rassinier (1906-1967), ancien déporté), il en appelle à l’examen critique de toutes les propagandes de guerre et de haine.


En un premier temps, les intellectuels et les dirigeants du monde arabo-musulman pourraient signer une déclaration inspirée [d’un projet qui est en possession de M. Ahmed Rami, de Stockholm].


18 janvier 1991