Wednesday, July 1, 1987

Une fédération groupant plus de deux mille journalistes français demande aux autorités judiciaires de faire taire le professeur Faurisson


Le 1er juillet 1987, l’Agence France-Presse (AFP) a diffusé un communiqué, signé de Michel Castex, à l’occasion d’un texte du professeur Faurisson portant sur Shoah, film de Claude Lanzmann. Ce communiqué dit notamment :

Des individus comme Robert Faurisson, estime la Fédération [française des sociétés de journalistes], ne devraient pas pouvoir écrire impunément ce qu’ils écrivent et diffusent. L’infamie et le racisme ont des limites. La déontologie de l’information interdit qu’on puisse écrire n’importe quoi, les contre-vérités les plus folles, au mépris de la vérité et donc de la liberté de savoir, en connaissance de cause [...].

En plein procès Barbie, et alors que les tentatives révisionnistes se multiplient, conclut la Fédération, il est urgent que les autorités judiciaires, au nom du respect de l’information et des Droits de l’homme, sanctionnent de tels tracts infamants et leurs auteurs, en les empêchant de récidiver.

La Fédération française des sociétés de journalistes regroupe plus de vingt sociétés (notamment TF1, Antenne 2, FR3, l’Agence France-Presse, Le Monde, Sud-Ouest, L’Equipe,...), soit plus de deux mille journalistes au total. 

Le 3 juillet, le professeur Faurisson ainsi que Pierre Guillaume et Carlo Mattogno, seront inculpés d’apologie de crimes de guerre et de propagation de fausses nouvelles en raison du contenu du premier numéro des Annales d’histoire révisionniste. Ce numéro, sorti le 9 mai, a été saisi dès le 13 mai [1987]. Le 25 mai, il a fait l’objet d’une ordonnance de référé du juge Pluyette (tribunal de Paris) interdisant d’en poursuivre actuellement la distribution, la diffusion et la vente ; Pierre Guillaume pourra seulement en poursuivre la vente auprès des abonnés.

Dans son numéro du 5-6 juillet, Le Monde publiera (p. 31) un article de Bruno Frappat sur Shoah où seront condamnés, selon les propres termes du journaliste, « les révisionnistes, les exclueurs de tout poil, les fortes têtes du mensonge et de la falsification, les gangsters de l’histoire. »

Une loi est en préparation contre ceux qui « auront tenté de nier l’existence d’éléments constitutifs de ces crimes » (« crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité »). Ainsi ceux qui disent qu’il n’a pas existé de chambres à gaz homicides dans les camps de concentration du IIIe Reich pourront-ils être punis de prison [1]

En préparation également : l’obligation pour les élèves de l’enseignement du second degré de suivre des cours dits d’« Instruction civique et (de) Droits de l’homme » sanctionnés par des examens et, à partir de 1990, par une épreuve au baccalauréat ; ces cours comprendront un enseignement anti-révisionniste ; c’est ce qui ressort de la lecture de divers journaux [2].

1er juillet 1987


[1] Le Droit de vivre, juin-juillet 1987, p. 1, 2, 3, 8, 13-15. 
[2] Information juive, juillet 1987, p. 16, Le Monde, 2 juillet 1987, p. 8. etc.