Tuesday, December 31, 1985

Comment s'explique le succès des faux témoignages


Les lexicographes sont l'objet d'une surveillance constante. Ils se voient contraints de participer à l'œuvre d'endoctrinement généralisé des esprits et, en premier lieu, des jeunes esprits. Ils mettent plus ou moins de zèle dans l'accomplissement de cette besogne. Pour sa part, dans son édition de 1985, le Micro-Robert saisit toutes les occasions de rappeler à ses lecteurs les leçons du jour. Voici les définitions de quatre mots où se trouve évoquée, comme s'il s'agissait d'une évidence historique, « l'extermination des juifs ». La définition du dernier de ces mots, celui de « vérité », fait ingénument l'apologie du pieux mensonge.

camps : « [...] — camps d'extermination, où furent affamés, suppliciés et exterminés certains groupes ethniques (Juifs), politiques et sociaux [...] » 
exterminer : « [...] Les nazis tentèrent d'exterminer les Juifs [...]. L'extermination d'un peuple, d'une race (V. Génocide). » 
génocide : « Destruction méthodique d'un groupe ethnique. L'extermination des juifs par les nazis est un génocide. »
vérité : « [...] 5° Le réel. V. Réalité. Tout ce qu'on peut dire des camps d'extermination est au-dessous de la vérité. [...] »

 « Tout ce qu'on peut dire des camps d'extermination est au-dessous de la vérité ». Le Micro-Robert le déclare, qui, bien sûr, jamais ne se trompe. Ainsi s'explique la crédulité générale en ce qui concerne les faux témoignages sur le sujet des « chambres à gaz » et du « génocide ».