Wednesday, May 8, 1985

Simone Veil a peur


Voici ce qu’elle vient de déclarer à Dachau :

Le Monde, 8 mai 1985, p. 2 
"Savoir affronter le passé"

[Nous reproduisons ci-dessous la fin de l’allocution prononcée par Mme Simone Veil à Dachau, le 28 avril dernier.]

Se souvenir, c’est aussi tirer la leçon de l’histoire pour que de telles catastrophes ne puissent se reproduire. Aussi, je suis convaincue d’être fidèle à la mémoire des morts en luttant contre toute résurgence d’idéologies propres à susciter le renouvellement d’événements semblables. Cela est si vrai que les associations d’anciens déportés et de leurs familles militent au premier rang des défenseurs des droits de l’homme.

Tirer la leçon de l’histoire, c’est refuser la falsification. On connaît bien les arrière-pensées de ceux qui cherchent à nier la réalité des chambres à gaz ou à contester le nombre des victimes, se bornant à dire qu’il n’en existe aucune preuve et que d’ailleurs un massacre d’une telle importance aurait été matériellement impossible. Les preuves et les témoins existent, incontestables, si nombreux que le débat en lui-même est absurde ; nous devons catégoriquement refuser d’y participer.

Presque plus grave et plus dangereux, parce que communément répandu : certains n’hésitent pas à mettre sur le même plan Auschwitz, Dresde, Hiroshima, les disparus d’Argentine et plus récemment Sabra et Chatila.

Ces comparaisons ou ces assimilations ne sont pas neutres : si tout le monde est coupable, cela revient à dire que personne ne l’est. Si Auschwitz n’a été qu’un épisode effroyable d’une guerre qui, comme toutes les guerres, a connu ses excès et ses horreurs, Auschwitz n’est plus qu’une tragédie parmi d’autres, Auschwitz n’existe plus.

Ce n’est pas diminuer l’horreur d’Hiroshima que de refuser l’amalgame ; il faut continuer à dénoncer Auschwitz et l’extermination des juifs et des Tziganes comme une spécificité qui tient à la mise en œuvre d’une théorie politique tendent à la totale élimination des peuples en question.



Il est nécessaire donc de mettre en lumière les concepts racistes au nom desquels ces génocides ont été perpétrés, d’étudier l’enchaînement des faits, le passage de la théorie à la pratique, comment des personnes apparemment normales ont conçu de tels projets, comment d’autres ont accepté, sans protester, de les mettre en œuvre.

Disant cela, je ne parle pas dans un souci de revanche, de délectation morbide et de désespérance, je cherche seulement à contribuer à une réflexion nécessaire et salutaire.

Car ma présence ici, rescapée d’Auschwitz mais également ancien président du Parlement européen, se veut un hommage aux victimes mais aussi un geste d’espoir pour l’avenir.

Cet espoir, c’est en l’Europe que je le place, une Europe qui a surmonté la haine et la barbarie pour s’engager dans la voie de la démocratie et de la solidarité entre les peuples qui la composent.

Cette démarche commune doit se faire sans arrière-pensée mais sans arrière-pensée ne veut pas dire sans mémoire, sans esprit de revanche ne veut pas dire l’oubli, car nous pensons qu’une véritable démocratie ne peut être fondée que sur la dénonciation totale d’un système abominable. Chercher à en nier certains aspects, à excuser les responsables, à banaliser les fautes serait une erreur profonde pour l’amitié entre les peuples européens et l’avenir de l’Europe.

Le seule façon de conjurer le passé est de savoir l’affronter. L’Europe ne peut être construite sur des faux-semblants et des échappatoires. J’observe que, dans nos populations, les plus européens sont ceux qui ont le plus souffert.

La fidélité à la mémoire de ceux qui ne sont plus trouve aujourd’hui son expression dans un inlassable combat pour la liberté et la paix.



Simone Veil sait que les révisionnistes ne cessent de proposer un débat sur les chambres à gaz et les six millions. Mais ce débat jusqu’à présent a été obstinément refusé par les tenants dela légende. S. Veil dit que les témoins et les preuves sont en si grand nombre qu’il faut catégoriquement refuser de participer au débat. Quel est ce raisonnement ?

Il y a deux ans elle déclarait : 

[...] au cours d’un procès intenté à Faurisson pour avoir nié l’existence des chambres à gaz, ceux qui intentent le procès sont contraints d’apporter la preuve formelle de la réalité des chambres à gaz. Or chacun sait que les nazis ont détruit ces chambres à gaz et supprimé systématiquement tous les témoins [1] .

J’avais alors demandé où étaient les preuves que les Allemands auraient réalisé la prouesse d’effacer ainsi toute trace d’un énorme crime. Que fallait-il désormais penser des chambres à gaz présentées ici et là aux touristes et des innombrables témoins à la Filip Müller ou Rudolf Vrba ? Et s’il n’y avait ni preuves, ni témoins, devant quoi se trouvait-on ?

Additif du 12 mai 1997

Je constate que S. Veil se contredit du tout au tout en déclarant maintenant : « Les preuves et les témoins existent, incontestables, si nombreux que le débat en lui-même est absurde. » 

Il en va de même dans les procès que m'intentent notamment des organisations juives. En première instance, leurs avocats claironnent qu'il existe abondance de preuves et de témoins ; je prends alors la parole pour démontrer au tribunal qu'il n'existe en fait ni preuves ni témoins ; aussi, en appel, mes adversaires en viennent-ils à soutenir qu'il n'y a ni preuve, ni témoins parce que les Allemands ont pris la précaution de supprimer tout ce qui pouvait les charger ! Au procès suivant, même manœuvre de leur part.

Je ne crois pas qu'ils agissent ainsi par cynisme. La vérité est qu'à ces procès ils ne savent que dire ni que faire. Ils perdent pied, s'affolent, tournent à tout vent, cherchent la sortie et ne la trouvent pas. Cela se constate jusque dans leur comportement physique. C'est en ce sens que chacun des procès qu'ils m'intentent leur est un supplice, dont ils osent se plaindre. Ils ont peur. Comme S. Veil.
8 mai 1985

[1] « On risque de banaliser le génocide », France-Soir Magazine, 7 mai 1983, p. 47.