Wednesday, May 15, 1985

Encore un historien qui ne mentionne plus les chambres à gaz


Dans Le Figaro du 6 mai 1985 (p. 5), l’historien Jacques Delaunay publiait un long article intitulé : « Historique de l’univers concentrationnaire ». Il n’y faisait mention ni des chambres à gaz, ni des camions à gaz. L’article ci-dessous, intitulé « Camps de la mort » est paru dans Ouest-France le 15 mai 1985. Ouest-France est le quotidien qui connaît, je crois, la plus grande diffusion en France. Cet article est signé du professeur Michel de Boüard, ancien doyen de la faculté des lettres de l’université de Caen, ancien membre du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale et déporté de la Résistance. Il n’y est fait mention ni des chambres à gaz, ni des camions à gaz. L’auteur, tout en insultant les révisionnistes, va jusqu’à reprendre ce que j’avais révélé il y a cinq ans dans mon Mémoire en défense (p. 198-199) sur le fait que le Comité de la DGM refusait de publier ses statistiques de la déportation « pour éviter des heurts possibles avec certaines associations de déportés » et parce que cette publication, disait-il, « risquerait de susciter des réflexions désobligeantes pour les déportés. » Ces chiffres confidentiels, je les ai publiés en 1982 [1].


Ouest-France, 15 mai 1985 

Points de vue
par Michel de Boüard, 
déporté de la Résistance

Camps de la mort
La mémoire vivante des témoins

Quarante ans sont passés depuis que s’est effondré, avec le IIIe Reich, le système concentrationnaire qu’il avait engendré. On se tromperait si l’on pensait qu’il faut attendre encore quelques décennies pour en écrire l’histoire. Quand auront disparu les survivants de la déportation, les archivistes de l’avenir tiendront peut-être en mains quelques papiers aujourd’hui cachés mais la principale source leur fera défaut : la mémoire vivante des témoins. Encore faut-il que ceux-ci connaissent les exigences de l’enquête historique.

Entre 1933 et 1945, le monde concentrationnaire a présenté divers aspects et, à une même date, il y eut entre les camps de concentration d’assez fortes dissemblances ; l’historien doit se garder de faire l’amalgame. Il faudrait aussi publier sans plus de retard les statistiques savamment et patiemment élaborées par le comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale. Parce qu’elles faisaient apparaître des taux de mortalité inférieurs à ce que l’on croyait, le comité en ajourna la divulgation pour le motif suivant : « Dans les conditions actuelles (1973), il n’est pas opportun d’envisager une publication ; les associations de déportés sont réticentes ». [2]

Or, faute d’avoir passé outre ces réticences, on a laissé le champ libre à la perfide propagande de ceux qui nient la réalité concentrationnaire et le génocide juif : il leur est facile de réfuter les simplifications et les généralisations systématiques auxquelles cèdent nombre d’écrivains, souvent anciens déportés. Et dans cinquante ans, que concluront les historiens lorsqu’ils auront à choisir entre les deux thèses ?

On ne peut douter aujourd’hui du caractère intrinsèquement pervers du système concentrationnaire nazi. Nombre de documents prouvent que ce caractère inhumain, que l’intention d’avilir les hommes en les provoquant à s’entre-déchirer, ont été programmés par les plus hautes autorités du IIIReich ; les subalternes n’ont fait qu’appliquer avec haine les consignes reçues. Ainsi défini et appliqué, ce système atteignit le bas-fond de l’ignominie. Il disposait de moyens techniques de contrainte dont peuvent user, aujourd’hui, s’ils le veulent, la plupart des États ; beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, ne se privent pas d’en faire ce sale usage. Le cri des rescapés de la déportation, lancé en 1945 et souvent repris depuis lors était : « Plus jamais ça ! ». Hélas, longue est la liste des pays où « ça » s’est reproduit depuis quarante ans. C’est à coup sûr l’un des plus graves périls qui menacent l’homme.

Mais l’affreuse expérience concentrationnaire nazie nous apporte à cet égard, en même temps qu’un avertissement, un message d’espoir. Car, en définitive, dans les camps nazis, les forces du mal n’ont pas réussi à réduire l’homme à l’état de bête. Il y eut certes des défaillances mais la plupart sont demeurés fiers, fraternels, courageux et calmes devant la mort. On ne le redira jamais assez, surtout dans nos pays développés où sévit un individualisme débilitant, d’autant plus dangereux qu’il s’abrite souvent derrière le noble mot de « liberté ».

A cet égard comme à beaucoup d’autres, redoutable est l’écart qui s’accroît entre les progrès galopants des techniques et l’érosion des valeurs humaines, entre les facilités qu’offrent à beaucoup les sociétés de consommation et le sens des responsabilités. L’appel naguère lancé par Emmanuel Mounier aux valeurs personnalistes et communautaires est plus que jamais d’actualité. Si, dans les camps de concentration, l’homme, en fin de compte, a vaincu la bête, c’est qu’il a trouvé en lui les forces morales contre lesquelles ne peut prévaloir durablement aucune oppression.

Puissent en prendre conscience nos compatriotes, et particulièrement nos éducateurs et nos législateurs.

15 mai 1985



[1] R. Faurisson, Réponse à P. Vidal-Naquet, Paris, La Vieille Taupe, 1982, p. 31. 
[2] Citation inexacte édulcorante – NdA.