Monday, December 31, 1979

Formule d’abjuration suggérée à R. Faurisson par une ancienne étudiante (A.-M. M...)


Moi, Robert Faurisson, fils de feu Robert Faurisson, âgé de cinquante ans, comparaissant en personne devant ce tribunal et debout devant vous, Très éminents et révérends Juges, assigné par la Sainte Ligue Internationale Contre l'Antisémitisme (LICA) et les Très Saintes Associations de déportés et victimes, Grands Inquisiteurs dans toute l’Humanité contre la Perversité Nazie, les yeux sur le Rapport Gerstein que je touche de mes propres mains,

Je jure que j’ai toujours cru, que je crois à présent et que, avec la Grâce de l’Antifascisme, je continuerai à l’avenir de croire tout ce que la Sainte LICA, apostolique et résistante, tient pour vrai, prêche et enseigne.

Mais parce que, après que la Sainte Télévision m’eut notifié l’ordre de ne plus croire à l’opinion fausse que l’existence des chambres à gaz pour exterminer les juifs est une simple conjecture basée sur des rumeurs et des aveux contradictoires dont certains ont été reconnus mensongers par la Sainte LICA elle-même, et de ne pas maintenir, défendre, ni enseigner, soit oralement, soit par écrit cette fausse doctrine ; après avoir été notifié que ladite doctrine était contraire à la Sainte Thèse Officielle ; parce que j’ai écrit et fait imprimer divers textes dans lesquels j’expose cette doctrine condamnée, en présentant en sa faveur une argumentation très convaincante, sans apporter aucune solution définitive ; j’ai été, de ce fait, soupçonné véhémentement d’hérésie, c’est-à-dire d’avoir maintenu et cru que les chambres à gaz, conçues expressément comme abattoirs humains industriels, n’avaient jamais existé.

Pour ce, voulant effacer dans l’esprit de ces Inquisiteurs et de tout Antifasciste fidèle ce soupçon véhément à juste titre conçu contre moi, j’abjure et je mande d’un cœur sincère, et avec une foi antifasciste non simulée, les erreurs et hérésies susdites, et en général toute autre erreur et hérésie et entreprise contraire à la Sainte Résistance ; je jure à l’avenir de ne plus rien dire, ni affirmer de voix et par écrit, qui permette d’avoir de moi de semblables soupçons, et s’il m’arrivait de rencontrer un hérétique ou présumé tel, je le dénoncerais à ce Tribunal, à la Sainte LICA ou à la Police de mon lieu de résistance.

Je jure aussi et promets d’accomplir et d’observer strictement les pénitences qui m’ont été ou me seraient imposées par ce Tribunal ; et, si je contrevenais à l’une de mes promesses et serments, je me soumets à toutes les peines et châtiments qui sont imposés et promulgués par la Sacrée Résistance et les autres Constitutions générales et particulières contre de semblables délinquants.

Avec l’aide de la Sainte Télévision et du document Gerstein original que je touche de mes mains,

Moi, Robert Faurisson, soussigné, j’ai abjuré, juré, promis et engagé comme ci-dessus ; et en foi de quoi pour attester la vérité de ma propre main, j’ai signé la présente cédule de mon abjuration et je l’ai récitée mot à mot à Paris au Palais de justice le jour / mois / année /.

Ultime suggestion faite à Faurisson venue de la maison des morts après un long débat entre G. Galilée, P. Rassinier, Jésus-Christ, K. Marx et C. von Clausewitz.