Tuesday, July 4, 2017

Joe Fallisi presents the publication in Italian of the Introduction to my "Ecrits révisionnistes (1974-1998)"

                                                                                         
Dated December 3, 1998, this introduction covers 48 pages (vii-lv) of Tome I of my Ecrits révisionnistes, of which seven volumes have appeared thus far, with an eighth, and perhaps more, to com*. Below, first in Italian, then in English, is how this introduction is presented today by the tenor Joe Fallisi under the heading “Agli altri è inutile rivolgersi (It’s pointless to address oneself to the others): 
L’Introduzione di Robert Faurisson ai suoi Scritti revisionisti, che ora si può leggere online integralmente in traduzione italiana, la reputo eccezionale. 
Rifulgono tutte le migliori qualità dell'eroico studioso francese: lingua bella e precisa, penna cristallina, capacità di andare all'essenziale, equanimità, umanità, assenza di risentimento (così come di retorica) e, insieme, implacabile occhio veritiero. 
È molto più che una semplice Introduzione. È uno splendido saggio complessivo in cui le ragioni (la ragione) di una vita di battaglie, di aggressioni (di tutti i generi) subìte, di lotta coraggiosa e senza tentennamenti per la giustizia storica sono offerte al lettore che ancora conservi la buona fede. Agli altri è inutile rivolgersi. Che i vili sian governati dai malvagi – è giusto (Plotino). 
***
Robert Faurisson’s Introduction to his Revisionist Writings, which can now be read online in full in Italian translation, is, in my view, an exceptional piece.
In it shine all the best qualities of the heroic French scholar: beautiful and precise language, crystalline pen, ability to go straight to the essential, equanimity, humanity, absence of bitterness (and of rhetoric) and, with that, an implacable, truthful eye.
This text is much more than a simple “Introduction”: it is a splendid overall essay in which the reasons (the reason) of a life of battles and attacks (of all kinds) endured, of courageous, unhesitating struggle for historical justice are offered to the reader who is still possessed of good faith. It’s pointless to address oneself to the others. That the ignoble should be governed by the wicked  is just (Plotinus).
 July 4, 2017
______________
* Jean Plantin (Editions Akribeia, 45/3, Route de Vourles, F-69230 Saint-Genis-Laval) reports that, unhappily, his stock of the first four volumes is exhausted; as for volumes V, VI and VII, they are available for €30 each (for delivery charges simply consult www.akribeia.fr). Today, like any good publisher, the heroic J. Plantin deserves our support. I myself receive nothing from the sale of my writings. As for my “Introduction, it can be read in English at http://robertfaurisson.blogspot.com/1998/12/introduction-to-ecrits-revisionnistes.html. 

Joe Fallisi presenta la pubblicazione in italiano dell'Introduzione ai miei "Ecrits révisionnistes (1974 -1998)"



Datata 3 dicembre 1998, questa introduzione occupa le pagine vii-lv, ovvero 48 pagine, del tomo I dei miei Ecrits révisionnistes, che contano sette tomi – presto otto, se non di più *. Ecco in che termini la suddetta introduzione è stata presentata dal tenore Joe Fallisi il 4 luglio 2017 sotto il titolo “Agli altri è inutile rivolgersi”:


L’Introduzione di Robert Faurisson ai suoi “Scritti revisionisti”, che ora si può leggere online integralmente in traduzione italiana, la reputo eccezionale. 
Rifulgono tutte le migliori qualità dell'eroico studioso francese: lingua bella e precisa, penna cristallina, capacità di andare all'essenziale, equanimità, umanità, assenza di risentimento (così come di retorica) e, insieme, implacabile occhio veritiero. 

È molto più che una semplice “Introduzione”. È uno splendido saggio complessivo in cui le ragioni (la ragione) di una vita di battaglie, di aggressioni (di tutti i generi) subite, di lotta coraggiosa e senza tentennamenti per la giustizia storica sono offerte al lettore che ancora conservi la buona fede. Agli altri è inutile rivolgersi. “Che i vili sian governati dai malvagi – è giusto” (Plotino). 
4 luglio 2017
_________________
* Jean Plantin (Edizioni Akribeia, 45/3, Route de Vourles, F-69230 Saint-Genis-Laval), fa sapere che, purtroppo, i primi quattro tomi sono esauriti; quanto ai tomi V, VI e VII, sono disponibili per €30 ciascuno. Per conoscere le spese di invio basta consultare www.akribeia.fr. Oggi, come ogni buon editore, l'eroico J. Plantin merita il nostro sostegno. Personalmente, non percepisco nulla riguardo alle mie pubblicazioni. In quanto alla mia “Introduzione”, può leggersi in francese qui: http://robertfaurisson.blogspot.fr/1998/12/introduction-aux-ecrits-revisionnistes.html 

Joe Fallisi présente la publication en italien de l’Introduction à mes "Ecrits révisionnistes (1974-1998)"


Datée du 3 décembre 1998, cette introduction occupe les pages VII-LV, soit 48 pages, du  tome I de mes Ecrits révisionnistes, lesquels comptent sept tomes et vont bientôt en compter huit, sinon plus *. Voici en italien, puis en français, en quels termes ladite introduction a été présentée par le ténor Joe Fallisi ce 4 juillet 2017 sous le titre « Agli altri è inutile rivolgersi » (Il est inutile de s’adresser aux autres) :
L’Introduzione di Robert Faurisson ai suoi « Scritti revisionisti », che ora si può leggere online integralmente in traduzione italiana, la reputo eccezionale. 
Rifulgono tutte le migliori qualità dell'eroico studioso francese: lingua bella e precisa, penna cristallina, capacità di andare all'essenziale, equanimità, umanità, assenza di risentimento (così come di retorica) e, insieme, implacabile occhio veritiero. 
È molto più che una semplice « Introduzione ». È uno splendido saggio complessivo in cui le ragioni (la ragione) di una vita di battaglie, di aggressioni (di tutti i generi) subìte, di lotta coraggiosa e senza tentennamenti per la giustizia storica sono offerte al lettore che ancora conservi la buona fede. Agli altri è inutile rivolgersi. « Che i vili sian governati dai malvagi – è giusto » (Plotino). 
***
Je tiens pour exceptionnelle l’Introduction de Robert Faurisson à ses Ecrits révisionnistes (1974-1998), texte que l’on peut maintenant lire en ligne intégralement en traduction italienne
Y brillent toutes les meilleures qualités de l’héroïque érudit français : langue belle et précise, plume cristalline, capacité d’aller droit à l’essentiel, équanimité, humanité, absence de ressentiment (comme de rhétorique) et, avec cela, implacable œil véridique. 
Ce texte est beaucoup plus qu’une simple « Introduction » : c’est un splendide essai global dans lequel les raisons (la raison) d’une vie de batailles, d’agressions (en tous genres) subies, de lutte courageuse et sans hésitation pour la justice historique qui s’offrent au lecteur encore armé de bonne foi. Il est inutile de s’adresser aux autres. « Que les vils soient gouvernés par les mauvais – est juste » (Plotin).
4 juillet 2017
_________________

* Jean Plantin (Editions Akribeia, 45/3, Route de Vourles, F-69230 Saint-Genis-Laval) fait savoir que,  malheureusement, les quatre premiers tomes sont épuisés ; quant aux tomes V, VI et VII, ils sont disponibles à raison de 30 euros l’unité (pour connaître les frais d’envoi il suffit de consulter www.akribeia.fr). Aujourd’hui, comme tout bon éditeur, l’héroïque J. Plantin mérite notre soutien. Personnellement, je ne perçois rien sur mes publications. Quant à mon « Introduction », elle peut se lire en français à http://robertfaurisson.blogspot.fr/1998/12/introduction-aux-ecrits-revisionnistes.html.

Sunday, July 2, 2017

Robert Faurisson sur son révisionnisme littéraire



Durée : 2h26
Un grand merci à Daniel Conversano.
Comment exercer son attention à la lecture d'un texte, d'une image, d'un film, d'un documentaire ou d'un documenteur. La minutie, la méticulosité ne gâtent pas forcément le plaisir. Bien exercées, elles peuvent au contraire accroître le plaisir. Celui de la lecture comme tout autre plaisir.
« La méthode Ajax : celle qui récure, qui décape et ... qui lustre ! »
L'horreur du chiqué, des grands mots, du jargon universitaire à la manière d'un Roland Barthes (dénotation, métalangage, idéologème, noème). L'horreur de la préciosité.
La recherche de l'exactitude, de la clarté, de la transparence, de la justesse (de la justice !).
Le plaisir de la mise à nu et de la découverte. 
Ecrire et parler le français de France.
Une devise ? « De l'attention, des attentions ». Par exemple, de l'attention dans ce que nous faisons et des attentions pour nos frères humains, sans illusions.
2 juillet 2017

Sosotte Zigounette



Sosotte Valérie Igounet, alias Zigounette, s'exprime dans une brève interview-vidéo (4'13") intitulée Retour sur le procès Faurisson-Chemin, mise en ligne aujourd'hui par le site de Conspiracy Watch – L'observatoire du conspirationnisme (www.conspiracywatch.info). Au mieux de sa forme dans son « complotisme », elle nous rassure : les armes de destruction massives d'Adolf Hitler ont bel et bien existé, car la justice vient de consacrer cette vérité en déclarant Robert Faurisson un menteur ! Rassurons-nous encore : le fait que Simone Jacob (future Simone Veil) et les siens n'aient pas été gazés à Auschwitz-Birkenau ne constitue probablement pour Zigounette qu'une exception parmi tant d'autres exceptions, tant d'autres « miracles » ou « miraculés ».

Bien sûr, à l'instar du tribunal présidé le 6 juin 2017 par Dame Siredey-Garnier, Zigounette ne fournit pas un seul exemple de mensonge, pas un seul exemple de faux, pas un seul exemple de falsification que j'aurais commis pour aboutir à la conclusion de ce qu'il n'a pas existé de chambres à gaz homicides sous le IIIe Reich.

Dame, j'étais « parti d'un postulat ». Zigounette, elle, ne part pas d'un postulat. Comme aime à dire un certain « médecin malgré lui »,  « Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette » ou qu'elle n'ouvre la bouche que pour proférer des sottises.

2 juillet 2017

Saturday, July 1, 2017

Réponse à un article de notre ami « Hannibal »


Dans la dernière livraison de Rivarol (29 juin 2017, p. 16), « Hannibal » rend un hommage mérité à « Bocage », dont il annonce que la responsable depuis tant et tant d’années « va cesser d’émettre ». Mais, heureusement, ajoute-t-il, « Bocage va reprendre à la rentrée » sous une autre direction. « Hannibal » en profite pour dresser le bilan du combat contre le « Dogma Shoah » (titre dune impressionnante illustration de Chard). Il se risque à écrire : « A plusieurs reprises, le professeur Faurisson a estimé que la question était intellectuellement tranchée et que “la victoire du révisionnisme [historique]” était acquise ». Il ajoute : « Il convient cependant de noter que, sur le plan pratique, les choses sont différentes ».
Diable ! Ainsi j’aurais, à plusieurs reprises, estimé que « la victoire du révisionnisme » était acquise, point final ! Notre ami est si sûr de son fait qu’au bas de la même colonne il répétera : « [L]e professeur Faurisson estime la question intellectuellement tranchée et la victoire des révisionnistes totale ». Re-Diable ! Errare humanum est, perseverare diabolicum ! Quil me relise, le prudent crayon à la main ! 
En réalité, si jai effectivement conclu que, sur le strict plan de la recherche historique et scientifique, les victoires du révisionnisme sont impressionnantes par leur nombre et leur étendue et si même je considère que notre victoire est devenue totale avec l’effondrement, en janvier 1985, de Raul Hilberg au premier procès Zündel de Toronto, en revanche, nos adversaires, eux, ne cessent de frapper de plus en plus fort sur le plan des médias et sur celui de la répression, cest-à-dire sur ce qu’« Hannibal » appelle « le plan pratique ». 
Mais comment ce « plan »-là aurait-il pu m’échapper ? Le combat révisionniste ne se poursuit-il pas, aux yeux de tous, dans des conditions qui, année après année, se font plus âpres et périlleuses ? Comment pourrais-je n’avoir dyeux que pour nos victoires quand je constate, année après année, que mon existence et celle de mon épouse deviennent de moins en moins vivables et quand je songe au sort de plus en plus affreux de révisionnistes tels que lingénieur chimiste français Vincent Reynouard (prison et exil) ou lingénieur chimiste autrichien Wolfgang Fröhlich (en prison pour la plupart du temps durant ces quatorze dernières années !) ? Et cela sans compter les épreuves ou dommages infligés à tant d’autres révisionnistes ainsi qu’à des nations entières comme lAllemagne, lAutriche ou la Palestine ?
Le cynisme de certains de nos magistrats vient de passer toutes les bornes avec mes récentes condamnations en qualité a) de faussaire de lhistoire, b) de falsificateur et c) de menteur. En 38 années de procès, jamais je navais encouru de telles condamnations mais voilà que, soudain, la XVIIchambre correctionnelle du Tribunal de Paris, présidée par Dame Fabienne Siredey-Garnier, vient de faire une découverte le 6 juin 2017 : il paraît qu’au fond, au tréfonds de leurs conscience, les nombreux magistrats qui, jusque dans un lointain passé et encore tout récemment, ont eu à traiter de mon cas ont, à leur époque, trop timidement montré que, pour eux, j’étais un faussaire de lhistoire, un falsificateur et un menteur. Certes, ils ne lont pas dit expressis verbis mais, pour qui, en 2017 sait lire dans les pensées d’autrefois, il paraît qu’ils l’ont pensé. A l’appui d’une thèse aussi stupéfiante, mes récents juges ne fournissent nul exemple, nulle preuve, nulle démonstration ; ils se contentent d’exprimer leur pure et dure conviction intime avec, à la clé, quelques superbes tricheries ou gredineries quen appel je me ferai un plaisir d’exposer « devant le peuple français ». Nous reviendrons là-dessus plus tard.
Pour linstant, je nai pas dautre ambition que de prouver, par la citation dextraits de mes écrits datant de 2015, de 2016 et de 2017 qu’encore dans un récent passé, j’ai pris soin de signaler à mes lecteurs aussi bien nos victoires sur  le plan historique et scientifique que la pauvreté de nos moyens face à nos adversaires qui, sur le plan médiatique et celui de la répression, jouissent dun pouvoir de plus en plus inquiétant.
Je comprends que, pour sa part, « Hannibal » puisse en conclure que désormais « On ne peut donc passer que par les marges, ne parler que de ce qui est dicible » en prenant soin de ne plus enfreindre la loi « Sirat-Fabius-Gayssot » du 13 juillet 1990 mais jespère que, de son côté, il comprendra que, vu mon hérédité écossaise, je ne puis, pour ma part, que poursuivre ma longue et lourde tâche comme je lai commencée : avec une sorte dobstination qui peut donner à penser que, comparé à un Français, je serais peut-être affligé dune certaine épaisseur de lentendement. Perge quo coepisti (Continue dans la voie où tu t’es engagé) : telle était la devise quen classe de cinquième, à lâge de 12 ans, jinscrivais parfois en tête de mes devoirs au « Collège de Provence » de Marseille, chez nos jésuites, au-dessous dune autre devise : Labor improbus omnia vincit (Le travail, à la condition qu’il soit acharné, vient à bout de tout). 
Voyez-vous, à 88 ans, je reste fidèle aux devises de mon enfance. Il faut me le pardonner. Je vous demande seulement d’imaginer combien il peut m’en coûter de m’infliger ainsi la haire et la discipline ! Mais, passons ! « Never complain, never explain ! »             
1er juillet 2017

NB : Si vous êtes désireux de lire le contexte des trois extraits ci-après (de 2015, 2016 et 2017), il vous suffit de consulter aux trois dates indiquées le blog qui porte mon nom.
Un observateur avisé aura remarqué que, plus nos adversaires sentent la partie leur échapper sur le plan historique ou scientifique, plus ces derniers éprouvent le besoin d’accroître le tamtam de leur propagande et d’aggraver la répression (31 décembre 2015).
A mesure que le révisionnisme marque des points sur le plan historique et scientifique, le tamtam holocaustique, lui, ne fait que croître cependant que la répression judiciaire contre les révisionnistes, elle, s’aggrave à proportion (10 mars 2016).
Sur le plan de la science et de l’histoire, la victoire des révisionnistes est totale ; sur le même plan historique et scientifique la défaite des exterminationnistes est écrasante et s’accompagne, en outre, du déshonneur d’exercer une telle répression, digne des régimes totalitaires (3 juin 2017).

Monday, June 26, 2017

Texte du stupéfiant jugement rendu le 6 juin 2017 à mon encontre + Texte de mes premiers commentaires


Tribunal de Grande Instance de Paris,
17e chambre correctionnelle, 6 juin 2017

Président : Fabienne Siredey-Garnier. Assesseurs : Marc Pinturault et Caroline Kuhnmunch. Ministère public : Florence Gilbert. N° de parquet : 14356000489. Plaidoiries le 9 mai 2017. Robert Faurisson porte plainte pour diffamation publique contre Ariane Chemin, journaliste du Monde, et Teresa Cremisi, directrice de publication des Editions Flammarion, pour avoir écrit et publié dans Le Monde / 70 ans d’histoire (août 2014, 496 p.) un article intitulé : « 29 décembre 1978 / Le jour où Le Monde a publié la tribune de Faurisson » (p. 469-470).
Le texte du jugement qui me déboute de mes demandes
Voyez ci-après les neuf pages du jugement du 6 juin 2017 qui déclare recevable l’offre de preuve d’Ariane Chemin, renvoie Ariane Chemin et Teresa Cremisi des fins de la poursuite, déclare Robert Faurisson recevable en sa constitution de partie civile et le déboute de ses demandes en raison de la relaxe prononcée.
Mes premiers commentaires sur ce jugement
Me voici déclaré 1) un menteur, 2) un falsificateur et 3) un faussaire de l’histoire. De 1979 à 2017, soit en 38 ans, jamais une instance judiciaire n’a porté à mon encontre une seule de ces trois accusations. Si j’avais été vraiment condamné à l’un ou à l’autre de ces titres, les médias du monde occidental auraient immanquablement corné la nouvelle à tous les échos.
Mais il y a pire. Dans ce jugement, on ne me fournit pas un seul exemple, pas une seule preuve de ce que je serais effectivement soit « un menteur professionnel », soit un « falsificateur », soit un « faussaire de l’histoire ». J’attendais au moins trois exemples, trois preuves. Je ne découvre rien de tel.
Parce que j’ai souvent fait état du résultat de mes enquêtes sur les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs, et cela notamment en une phrase de près de soixante mots, j’ai pu être condamné pour « diffamation raciale (!) », pour « dommage à autrui » (!), pour « contestation » (loi Gayssot) (!) ou pour tel autre motif, mais jamais je n’ai été condamné comme menteur professionnel, comme falsificateur ou comme faussaire de l’histoire. Certains de mes adversaires sont allés jusqu’à déplorer cet état de fait surtout quand, par exemple, un arrêt de la Cour d’appel de Paris, en date du 26 avril 1983, a rendu justice à la qualité de mes travaux sur les « chambres à gaz nazies ». J’ai, d’autre part, obtenu, par le passé, la condamnation de personnes déclarant que j’avais été condamné comme faussaire de l’histoire (tel a été le cas de l’avocat Bernard Edelman, docteur en droit, et du responsable du Recueil Dalloz-Sirey« la bible des juristes », successivement en première instance, en appel et en cassation ; voy., par exemple, Le professeur Faurisson obtient la condamnation du Dalloz-Sirey, 23 novembre 1983).
L’explication, incroyablement biscornue, de mes juges se situe à la page 6 de leur écrit. Pour eux, les différentes juridictions qui, par le passé, se sont prononcées sur mon cas l’auraient fait en recourant à des « formulations et précautions stylistiques et méthodologiques » qui cachaient leur conviction profonde selon laquelle j’aurais « occulté et travesti la vérité historique ». Mes juges estiment que leurs précautionneux prédécesseurs n’auraient pas exprimé le fond de leur pensée ! Pendant 38 ans (de 1979 à nos jours), lesdits prédécesseurs auraient considéré que j’étais un homme qui avait « occulté et travesti la vérité historique » mais, pendant 38 ans, prenant toutes sortes de précautions, ils n’auraient pas osé et su le dire. Ici on attend une démonstration. On aimerait savoir comment, tout d’un coup, en 2017, mes juges auraient soudainement sondé les cœurs et les reins de leurs timides prédécesseurs. Quelles auraient été au juste ces « formulations » précautionneuses ? Ces « précautions stylistiques » ? Et surtout ces « précautions méthodologiques » qu’on a peine à imaginer vu le caractère jargonnesque de la formulation ? On aimerait surtout des démonstrations rigoureuses avec, d’une part, les phrases des anciens juges, d’autre part, leurs « précautions » et, enfin, la traduction précise de leur pensée profonde par de nouveaux juges, sans doute particulièrement pénétrants.  
De quel droit le tribunal s’est-il dispensé de toute véritable démonstration ?
Il est arrivé que, portant plainte contre telle personne me traitant de « faussaire », j’aie été débouté. Tel a été le cas quand Robert Badinter a osé dire à la télévision qu’il m’avait fait condamner « pour être un faussaire de l’histoire ». Mais la vérité allait se révéler toute autre. En 2007, les juges de la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris ont expressément prononcé que l’ancien Garde des Sceaux avait « échoué en son offre de preuve » (p. 16 du jugement du 21 mai 2007), ce qui signifie que R. Badinter n’avait pas été capable de prouver que Faurisson avait été condamné en qualité de « faussaire de l’histoire ». R. Badinter n’avait échappé à une condamnation qu’au bénéfice de « la bonne foi » (sic). Dans ces conditions, les juges de la même chambre du même tribunal de Paris, cette fois-ci, en 2017, sous la présidence de Dame Siredey-Garnier ne peuvent  pas se prévaloir d’un tel jugement et l’invoquer pour conclure qu’il y avait là, dans ce jugement même de 2007, une preuve de plus de ce que Faurisson était au fond un faussaire de l’histoire, un faussaire stigmatisé comme tel par une instance juridictionnelle française. C’est  pourtant ce qu’ont eu l’audace de faire ces juges, le 6 juin 2017.
Autre étrangeté : en 1990, le Parlement, avec la loi Gayssot (ou « loi Faurisson »), a soudain institué en délit le fait même de contester l’existence de la Shoah et des « chambres à gaz exterminatoires ». Soit ! Mais comment, le 6 juin 2017, le tribunal a-t-il pu ajouter que cette loi « confère nécessairement aux personnes persistant [dans la contestation] la double qualité de délinquant et de menteur » (p. 6) ? La qualité de « délinquant », certes, mais celle de « menteur », nulle part. On s’arroge le droit de qualifier de « menteur » celui qui ose « contester » la vérité révélée aux juges et par les juges de Nuremberg : serions-nous là face à l’application d’un dogme de nature religieuse, selon lequel celui qui persiste à douter est nécessairement de mauvaise foi ?
Le tribunal présidé par Dame Siredey-Garnier s’est lui-même permis de gravement falsifier le texte et le contenu de l’arrêt susmentionné du 26 avril 1983. Au bas de la page 8, citant un important passage de cet arrêt, il en interrompt subitement le cours et en omet froidement la si importante conclusion. Juste après les mots « plus de quatorze ans », suivis d’un point-virgule, la cour avait ajouté le considérant suivant : «  la valeur des conclusions défendues par M. Faurisson [sur les chambres à gaz nazies] relève donc de la seule appréciation des experts, des historiens et du public ».  On aura noté la présence de la conjonction « donc ». Pour la cour, les recherches, les travaux, les conclusions de M. Faurisson en ce domaine sont si sérieux (car sans aucune trace soit de « légèreté », soit de « négligence », soit d’ignorance délibérée, soit, surtout, de « mensonge ») que tout le monde doit avoir le droit 1) de dire, tout comme Faurisson, que ces prétendues chambres à gaz nazies ne sont qu’un mensonge historique et 2), à plus forte raison, d’en débattre librement. 
Comment des magistrats peuvent-ils ainsi pousser l’aplomb jusqu’à dénaturer par de tels escamotages le sens d’une décision de justice ? Il est inconcevable qu’un arrêt qui contient, dans l’une de ses parties, un pareil hommage à mon travail sur les prétendues armes de destruction massive d’Adolf Hitler contienne, au fond, l’idée ou l’accusation que je serais « un menteur professionnel », un « falsificateur » ou un « faussaire de l’histoire ». Il est tout aussi inconcevable qu’un jugement où il est dit que Robert Badinter a été incapable de prouver qu’il avait, en tant qu’avocat, fait condamner Robert Faurisson en qualité de « faussaire de l’histoire » contienne, au fond, l’idée que le même Robert Faurisson serait, lui, un « faussaire avéré de l’histoire ». Assurément des juges peuvent quelquefois exprimer au début de leur sentence un avis, puis, par la suite, exprimer sur tel autre point des réserves ou des critiques mais ils ne le feront pas au point d’aller jusqu’à s’infliger un pareil démenti ou jusqu’à tenir un discours aussi incohérent.
26 juin 2017 

[Ces « premiers commentaires » devraient avoir prochainement une suite]